Terrasses, feu d’artifice, animations… Ce qui a été décidé pour cet été à Saint-Malo

Il n'y aura pas de feu d'artifice à Saint-Malo cet été.
Il n’y aura pas de feu d’artifice à Saint-Malo cet été. (© Archive Le Pays Malouin / Matthieu Baron)

Alors que le pays se déconfine progressivement, le maire de Saint-Malo Claude Renoult a fait le point, ce vendredi 5 juin 2020, sur la mise en place de nouvelles mesures par la mairie à l’approche de l’été.

Des tables sur des places de stationnement

La première décision annoncée est à destination des cafés, hôtels et restaurants actuellement contraints de devoir limiter leur nombre de tables, pour respecter les mesures sanitaires décrétées par le gouvernement.

« On a convenu avec eux, quand on le pouvait, de leur donner un espace vital supplémentaire, afin de les aider à compenser la perte de places dans leurs établissements ».

Lire aussi : Nouvelles pistes cyclables « testées » à Saint-Malo : ce qui va changer dès la semaine prochaine

Concrètement, les établissements disposant de places de stationnement devant chez eux pourront y installer quelques tables.

« Pour ceux qui en font la demande, on neutralisera des places de parking. Ce sera du cas par cas, et selon les possibilités. Et on ne touchera pas, bien entendu, au plan de circulation. Cette autorisation sera valable jusqu’à la fin de l’été. Pour la suite, nos successeurs verront ».

Les cafetiers et restaurateurs concernés par cette mesure pourront installer des tables et des chaises sur ces places de parking. Mais pas de planchers.

« Par contre nous allons prolonger l’occupation des planchons (terrasses) sur l’espace public jusqu’au 3 janvier ».

Restaurants et bars pourront ouvrir plus tard

La mairie a également décidé d’autoriser restaurants et bars à fermer leurs portes une heure plus tard le soir. Jusqu’à 2 h pour les cafés-restaurants et dans la limite de 3h30 pour les bars de nuit.

« On demande, en retour, à chacun de bien vouloir s’engager à respecter certaines règles en signant une charte. Ce n’est qu’après la signature de cette charte qu’ils pourront ouvrir plus tard », insiste bien Claude Renoult.

Pas de feu d’artifice

Les regroupements de personnes étant toujours très limités, le maire a également rappelé que le grand feu d’artifice du 14 juillet était bien évidemment annulé cet été à Saint-Malo.

Lire aussi : Saint-Malo : le célèbre bar à bières l’Aviso attaqué au pied de biche

Du côté des artistes de rue, la mairie dit réfléchir à la mise en place « d’animations déambulant dans les rues de la ville », afin de ne pas créer d’attroupement sur un même site.

Les peintres vont quitter la place Chateaubriand

Véritables figures de la place Chateaubriand, Intra-Muros, l’été, les portraitistes devraient s’installer dans le jardin des Douves, devant les remparts.

« On ne pouvait pas les laisser sur la place Chateaubriand, déjà très fréquentée. Nous disposons de plus de place dans le jardin de Douves. Ça facilitera le respect des mesures sanitaires. J’en ai discuté avec eux, plusieurs se retrouvent dans une situation désespérée, sans revenus. Nous nous devons de leur trouver une solution ».

Lire aussi : Des croisières à la découverte des côtes bretonnes au départ de Saint-Malo cet été

Un « drive-in » pour le cinéma en plein air

Quant aux séances de cinéma en plein air, elles sont maintenues. Mais sous la forme d’un « drive-in ». Deux films sélectionnés par les internautes (Seul sur Mars et Mission Cléopâtre) seront projetés du côté de la Briantais et dans un autre endroit qui reste à définir.

« Récréer du mouvement »

« Malgré les contraintes, nous voulons recréer du mouvement pour ne pas se laisser enfermer dans l’immobilisme. Il nous faut maintenant sortir de cette torpeur », conclut Claude Renoult qui rappelle également « que ces mesures sont bien entendu susceptibles d’évoluer selon les prochaines annonces gouvernementales ».

Claude Renoult : « Malgré les contraintes, nous voulons recréer du mouvement pour ne pas se laisser enfermer dans l'immobilisme. Il nous faut maintenant sortir de cette torpeur »
Claude Renoult : « Nous voulons recréer du mouvement pour ne pas se laisser enfermer dans l’immobilisme. » (© Le Pays Malouin)

Article source: https://actu.fr/bretagne/saint-malo_35288/terrasses-feu-d-artifice-animations-ce-qui-a-ete-decide-pour-cet-ete-a-saint-malo_34117506.html

Des surprises cet été à Béziers

Le déconfinement s’accélère. Du coup, des manifestations culturelles pourront se tenir cet été…

Absolument. C’est la bonne nouvelle de ces derniers jours. Nous allons pouvoir reprogrammer des rendezvous que nous avions dû annuler du fait du Coronavirus. Ainsi, les « Jeudis de Béziers » vont commencer dès la dernière semaine de juin. Le Son et lumière se tiendra, tout au long des mois de juillet et août, sur la place de la Madeleine. Vous pourrez admirer le feu d’artifice de la fête nationale, comme tous les ans, le soir du 13 juillet. Sans oublier celui du 22 août pour commémorer la libération de notre ville en 1944. Et puis, il y aura d’autres surprises  ! Nous y travaillons. Béziers devrait être plus belle, plus surprenante que jamais… Nous aurons l’occasion d’y revenir. Si la Féria n’aura pas lieu, puisque les rassemblements de plus de 5 000 personnes restent interdits, nous marquerons le 15 août à notre manière  ! Il faudra être à Béziers ce jour-là…

Vous pourrez admirer le feu d’artifice de la fête nationale, comme tous les ans, le soir du 13 juillet. Sans oublier celui du 22 août pour commémorer la libération de notre ville

Reste que l’épidémie n’a pas disparu comme par miracle…

Vous avez raison. Le virus est toujours là même si sa propagation a beaucoup diminué. Aussi, je veux le redire, il faut respecter toutes les règles avec lesquelles nous avons pris l’habitude de vivre ces dernières semaines. Et parmi elles, le port du masque. Pour ceux qui en auraient besoin, nous continuons à en distribuer. Gratuitement bien sûr. On peut les retirer à l’entrée de l’hôtel de ville comme à l’accueil de la Caserne Saint Jacques, mais aussi dans les maisons de quartier, à la Maison de la vie associative et au Palais des Congrès.

Un dernier mot. On ne parle que de rugby dans les rues de Béziers…

Cela ne m’a pas échappé (sourire). Aujourd’hui, les deux parties -le club professionnel et les Émiratis- ont choisi des avocats pour les représenter. Il s’agit maintenant d’une discussion entre deux entités privées. Le maire n’a pas à intervenir dans ces négociations. Je suis en retrait. Mais si les négociations avancent et qu’un accord se dessine, je souhaite que celui-ci me soit présenté avant d’être soumis à la DNACG, le gendarme financier du rugby, qui devra, dans tous les cas, donner son feu vert.

Saint-Cirq. Les jeunes du village annulent les festivités estivales

Thibault Cassagne, président de l’association des jeunes de Saint-Cirq, évoque l’annulation de la fête du village due à la crise sanitaire liée au coronavirus:

Quid de la fête du village ?

Suite aux annonces du gouvernement, nous avons pris la décision d’annuler la fête du village qui devait se dérouler le second Week-end de juillet. La décision d’annuler a été prise par tous les membres de l’association, et après discussion, en total accord avec Guy Rouziès, maire de la commune.

Quel était le programme ?

La programmation était identique aux années précédentes avec deux soirées festives. Le feu d’artifice, le repas champêtre, les soirées dansantes, le concours de pétanque étaient bien sûr à l’affiche. Cette année, nous avions prévu une nouveauté: la prestation de la nouvelle association de majorettes du village, les Majo Girls. Nous avons pris l’habitude depuis les dernières éditions d’appliquer un thème au Week-end. Celui-ci comme le programme sera réitéré l’année prochaine.

Les conséquences économiques de cette annulation ?

Nous n’annulons aucune prestation, nous les reportons en espérant pénaliser le moins possible nos prestataires. On a une forte pensée envers les artistes et traiteurs concernant le maintien de leur activité professionnelle durant et après cette période compliquée. On pense aussi à tous nos sponsors et à leur participation financière. Nous ne sommes bien sûr plus en mesure de les solliciter. Nous les remercions pour l’attention qu’il porte à notre manifestation. Il sont chaque année de plus en plus nombreux. On espère que cette période sera la moins pénalisante possible pour leur activité.

Un mot pour les villageois ?

On pense aussi aux habitants du village. On ne pourra pas leur rendre visite lors des habituelles aubades. C’est un véritable moment d’échange qu’on ne pourra pas réaliser cette année. Enfin, on pense à tous ces gens qui ont l’habitude de venir à notre fête et qui égayent nos festivités. Pour finir sur une note positive, nous travaillions à l’organisation d’un événement qui pourrait se dérouler à la fin de l’été, si les conditions le permettent, dans le but de se réunir, de faire la fête et de faire vivre le village.

Article source: https://www.ladepeche.fr/2020/06/03/les-jeunes-du-village-annulent-les-festivites-estivales,8914791.php

Lot-et-Garonne – La fête nationale gâchée. Un artificier tire une fusée d’alarme

Le drapeau national est en berne. La fête du 14 juillet 2020 ne ressemblera à aucune autre, sans animations, sans feu d'artifice . Au grand dam du professionnel Bugat Pyrotehcnic
Le drapeau national est en berne. La fête du 14 juillet 2020 ne ressemblera à aucune autre, sans animations, sans feu d’artifice. Au grand dam du professionnel « Bugat Pyrotechnic », la société villeneuvoise, dont le carnet de commandes est néant. (© Illustration Pixabay)

Ni bal, ni musique ! La fête nationale a pris du plomb dans l’aile. Le Covid-19 a mis le feu aux poudres… La grande majorité des villes de France est privée du traditionnel feu d’artifice. Les grands rassemblements de public interdits, l’embrasement des cités est un champ de mines en ruine.

120 feux d’artifice désamorcés

A la sortie d’une morosité ambiante, ça aurait pu donner des étoiles dans les yeux… Le 14 juillet 2020 risque hélas de sentir le « pétard mouillé ».

« C’est une année noire pour les artificiers », lâche Denis Lagrange, professionnel qui a racheté « Bugat Pyrotechnie » en 2016 à Villeneuve. Une entreprise familiale lot-et-garonnaise, vieille de… 134 ans !

Un tsunami a balayé toutes les commandes. « D’ordinaire, nous organisons 250 prestations durant l’été. Entre les 13 et 14 juillet, nous tirons 120 feux d’artifice, grâce à nos employés et saisonniers. Quel désastre, c’est cuit jusqu’à fin août.

Un préjudice énorme

Qui se soucie de notre avenir? Personne. Les pouvoirs publics relayent des messages contradictoires, flous. Avec des « si », comment voulez-vous que je puisse avoir une perspective, une visibilité ?

Au soir du 1er tour des élections municipales, tout s’est arrêté brutalement pour ma société. Sans installation des Conseils et désignation des maires, ça n’a fait qu’aggraver la situation.

Mes cinq employés sont au chômage. Le préjudice est de l’ordre de 500.000 €. Le dépôt regorge d’un arsenal de fusées, de feux de Bengale, d’assemblages d’éléments… Et rien ne sort. C’est une catastrophe. »

Trop de risques dans l’empressement

Les facteurs climatiques peuvent parfois impacter l’activité des artificiers. « Je pense à la canicule et la sécheresse de 2003. Dans le cas présent, la situation est pire. Pour essayer de résister, j’ai sollicité un soutien à ma banque, un Prêt garanti d’État de 250.000 € », rajoute Denis Lagrange.

Et si, soudain, les appels d’offre venaient à se relancer?

« Je refuserais toute proposition d’organiser un spectacle dans l’urgence. Nous exerçons un métier à risque. Il exige un grand sérieux, un grand professionnalisme dans la préparation, dans la manipulation. L’empressement ne ferait qu’accentuer les facteurs humains, le risque d’une négligence. Je tiens à la sécurité de mes employés, du public. »

La Garonne plongée dans le noir

Toute la profession est touchée de plein fouet par la crise économique.

A Marmande, la commune s’adresse à un autre artificier. Le maire Daniel Benquet l’a annoncé : « le feu d’artifice n’aura pas lieu le 14 juillet. Probablement sera-t-il repoussé? »

Après cette annonce du 14 avril, il n’y a pas eu d’information complémentaire à ce sujet. Au stade de la réflexion, il serait à l’étude une autre fête à l’automne… Qui sait, des fusées illumineront peut-être le ciel marmandais?

Gratuit et populaire, le feu d’artifice fait partie du patrimoine français!

Article source: https://actu.fr/nouvelle-aquitaine/marmande_47157/lot-et-garonne-la-fete-nationale-gachee-un-artificier-tire-une-fusee-d-alarme_33984733.html

Pas de fête de la musique ni de feu d’artifice le 14 juillet

L’épidémie de coronavirus n’en finit pas de bousculer les habitudes et chambouler le calendrier des manifestations culturelles. Sans surprise, la Ville a annoncé l’annulation de la fête de la musique et le report du feu d’artifice du 14 juillet… à Noël.

1 Des événements populaires annulés 1 001 Danses, Kan Ar Bobl, festival Arz Pobl, fête de la Bretagne, Jap And Co, les Tréteaux du Blavet, Indelebil Sound… la liste des manifestations culturelles déprogrammées est déjà longue. Et les espoirs de ceux qui espéraient profiter du déconfinement ont été douchés avec l’officialisation de l’annulation de la fête de la musique, initialement prévue le samedi 20 juin. « Non seulement, il n’est pas, pour le moment, possible d’organiser des rassemblements de plus de 100 personnes, mais cet évènement demandait beaucoup de préparation en amont, inenvisageable durant le confinement », rappelle la Ville. Autre rendez-vous populaire rayé du calendrier en ces temps de pandémie : Pontivy au fil de l’eau, prévu le 27 juin, le bal et le feu d’artifice du 14 juillet. « On envisage de reporter le feu d’artifice à la période des fêtes de fin d’année, dans le cadre du marché de Noël », précise Laurence Kersuzan, adjointe au maire en charge de la culture.

2 Les Jeudis de la musique maintenus Les animations culturelles ne seront pas complètement en berne cet été, puisque la Ville a décidé de maintenir les Jeudis de la musique, en juillet et en août. Seul le premier concert, prévu le 9 juillet avec la Kerlenn Pondi, est annulé. Et la programmation du 6 août est à revoir, puisque le groupe Tarwa N-Tiniri, initialement à l’affiche, ne pourra pas venir du Maroc. C’est le groupe Jack Titley string band qui ouvrira les concerts d’été le jeudi 23 juillet, place Anne-de-Bretagne, puis Osvaldo Carné, jeudi 30 juillet, square Lenglier, Nolwenn Korbell’s band le jeudi 13 août, place Anne-de-Bretagne, Who is who le jeudi 20 août, square Lenglier, et les Glochos le jeudi 27 août, à La Plage. Par ailleurs, le forum des associations se tiendra le 6 septembre au palais des congrès. « Et s’il faut plus d’espace pour maintenir les barrières de sécurité, nous pourrons l’organiser au parc des expositions », indique Michel Jarnigon, adjoint au maire en charge de la vie associative. Enfin, la journée médiévale se déroulera le 20 septembre.

3 Un service de drive pour les livres La médiathèque est réouverte depuis le 12, et jusqu’au 26 mai, uniquement pour les retours (pas d’emprunt possible), chaque mardi de 16 h à 19 h, les mercredis et samedis de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h. Un système de drive sera mis en place à partir du 26 mai. La commande se fera en ligne ou par téléphone. « Nous proposerons un catalogue en ligne mais aussi des pochettes-surprises. En effet, en raison des dix jours de décontamination imposés par ouvrage, tous les livres ne seront pas disponibles. La pochette sera un moyen de répondre aux attentes », explique Françoise Le Guellec, la directrice de la médiathèque.

Le palais des congrès (en dehors du don du sang des 26, 27 et 28 mai), le théâtre des Halles, les Bains douches et le service archives de la médiathèque restent fermés au moins jusqu’au 2 juin. « Tout dépendra des nouvelles décisions gouvernementales », précise la municipalité.

Article source: https://www.letelegramme.fr/morbihan/pontivy/pas-de-fete-de-la-musique-ni-de-feu-d-artifice-le-14-juillet-18-05-2020-12553937.php