Football : Nîmes – Lyon, la der sous le signe de la fête

Quand on avait découvert le calendrier du promu gardois en juin dernier, on s’était inquiété. Un début de championnat ardu (OM, PSG, Bordeaux et Monaco lors des six premières journées) et, pour finir, la réception de Lyon. Pas le plus facile pour assurer son maintien… Car l’on était tous persuadés que si Nîmes sauvait sa peau, ce serait lors de l’ultime journée, pas avant.

On s’était bien fourvoyés. Il n’y aura aucune crainte, ce vendredi soir. Que de la joie et du plaisir, à consommer sans modération face à des Lyonnais eux aussi libérés, sûrs de retrouver la Ligue des champions. Un peu d’émotion, aussi, avec des adieux. Du jeu, surtout, comme d’habitude. Et un dernier match pour écrire la dernière page d’une saison qui restera, quoi qu’il arrive, dans les annales de Nîmes Olympique.

Les équipes

Blaquart a décidé de convoquer 19 joueurs. En formation pour son diplôme d’entraîneur, Harek est bien présent. Pour ses dernières minutes ? Savanier est de retour alors qu’Alakouch est préservé car sous la menace d’une suspension en début de saison prochaine. Paquiez le remplacera. Seule incertitude, la présence de Bobichon ou de Valls dans le milieu à trois.

Du côté de Lyon (4-2-3-1), un changement par rapport à Caen (Gorgelin) malgré les matches internationaux à venir. Lopes, Fekir, Denayer, Rafael et Tete sont forfaits.

Sofiane Alakouch préservé
Sofiane Alakouch préservé
– DR

1. Quelle fête et quelles animations ?

C’est soir de fête aux Costières. Après Monaco, il y a treize jours, le stade sera une nouvelle fois à guichets fermés, Lyon faisant partie du pack mis en place l’été dernier pour les grosses affiches (avec Paris, Marseille et Montpellier). Les 15 000 spectateurs attendus sont priés de venir en rouge. Deux tifos seront déployés par les Gladiators Nîmes 1991 en pesage Est et par les Nemausus 2013 sur toute la tribune sud, avec des feuilles de papier à brandir (et à ne pas jeter sur la pelouse, sous peine d’amende pour le club).

Après la rencontre, le public est invité à rester. Après un tour d’honneur des joueurs et du staff, qui seront ensuite appelés un par un, un feu d’artifice conclura la soirée et la saison. Un spectacle pyrotechnique qui sera tiré aux alentours de 23 h 15 – 23 h 30, et qui sera offert par l’entreprise Hectare, l’aménageur foncier qui était le sponsor maillot du club en Ligue 1. Ce “cadeau” signifie-t-il que la société spécialisée dans l’immobilier va rempiler sur la tenue des Crocos ? En tout cas, Hectare se dit très satisfait de l’investissement…

2. Quels joueurs vont faire leurs adieux ?

Il y a les cinq joueurs en fin de contrat. Aucun ne poursuivra l’aventure nîmoise : Sourzac, Lybohy, Hsissane (laissés libres), Harek (fin de carrière) et Alioui (qui a refusé de prolonger). Il y a les quatre joueurs en prêt : Bernardoni, Maouassa, Ferri et Guillaume. NO aimerait conserver le premier et le troisième, mais cela suppose des efforts financiers importants de leur part, et des ventes de joueurs. L’espoir est très mince…

Enfin, il y a « ceux qui vont jouer leur dernier match avec Nîmes sans le savoir », comme le disait Bernard Blaquart ce jeudi en conférence de presse d’avant-match. Savanier ? Bouanga ? Bozok ? D’autres ? Pour Savanier, que Laurent Boissier a vu hier, le directeur sportif de Nîmes Olympique a dit ceci : « Si c’est pour qu’il parte dans un grand club, on ne le bloquera pas » Sous-entendu : si c’est pour Montpellier, on se donnera les moyens de le garder…

3. La meilleure saison depuis 44 ans ?

Par cette brillante saison, Nîmes a encore dépoussiéré les statistiques et peut encore les améliorer. Les Gardois sont dans les temps de la saison 1978-79, que la formation entraînée par Henri Noël avait bouclée à la 8e place avec 54 pts (avec la victoire à 3 points). En cas de victoire face à Lyon, les Crocos version 2018-19 feraient mieux, avec une 7e place et 56 pts.

Il faudrait alors remonter à l’époque Firoud pour trouver mieux : l’exercice 1974-75, achevé en 4e position avec 59 pts. C’était il y a quarante-quatre ans. Ce qui fait dire à Anthony Briançon : « On vit quelque chose d’exceptionnel et je crois que dans l’esprit des gens, on est entré dans l’histoire de ce club et de cette ville ». Pas mieux, capitaine !

Article source: https://www.midilibre.fr/2019/05/24/football-feu-dartifice-et-bouquet-final-pour-nimes-olympique,8217447.php

EN IMAGES. Toulouse : les deux frérots Bigflo & Oli ont enflammé le Stadium

Bigflo et Oli sur la scène du Stadium de Toulouse, vendredi 24 mai 2019.
Bigflo et Oli sur la scène du Stadium de Toulouse, vendredi 24 mai 2019. (©Frédéric Scheiber / Actu Toulouse)

Devant 30 000 spectateurs, les deux frangins Bigflo Oli ont accompli leur plus grand rêve d’artistes en donnant un premier concert au Stadium de Toulouse, vendredi 24 mai 2019, 27 ans après Michael Jackson.

Des invités, des surprises, de l’émotion, une pluie battante… Actu Toulouse vous raconte le concert des deux rappeurs les plus connus de la Ville rose, comme si vous y étiez ! (Note de la rédaction : Attention, si vous allez au concert samedi soir, cet article est susceptible de contenir des spoils !) 

Lire aussi : Toulouse. Météo, accès, invités : tout savoir avant les concerts de Bigflo Oli au Stadium

Un rêve de gosses

Ce show au Stadium, les deux frangins en rêvaient depuis le collège, et l’espéraient depuis deux ans. Autant dire que cette série inédite de deux concerts à la maison a été préparée comme jamais… avec une organisation titanesque et parfaitement maîtrisée (malgré une attente un peu longue pour passer à la fouille, en raison des conditions de sécurité). 

27 ans après Michael Jackson, le Stadium de Toulouse s'est à nouveau transformé en scène de concert, pour Bigflo  Oli.
27 ans après Michael Jackson, le Stadium de Toulouse s’est à nouveau transformé en scène de concert, pour Bigflo Oli. (©Frédéric Scheiber / Actu Toulouse)

Foé, Berywam et… Will Smith ! 

Après avoir convié les Toulousains Foé et Berywam (champions du monde de beatbox), qui ont assuré avec bonheur la première partie du show, Bigflo Oli ont surpris une première fois les spectateurs en diffusant une vidéo hilarante sur les écrans géants du Stadium, où apparaissent pêle-mêle, Didier Deschamps, Jamel Debouzze, Gad Elmaleh, Michel Sarran ou encore… Will Smith (!), qui livrent leurs conseils aux deux frangins. 

Le groupe Berywam, en première partie de Bigflo et Oli, vendredi 24 mai 2019.
Le groupe Berywam, en première partie de Bigflo et Oli, vendredi 24 mai 2019. (©Frédéric Scheiber / Actu Toulouse)

Bigflo Oli, première ! 

Quand les deux rappeurs arrivent sur la gigantesque scène de 1400m2 au décor soigné,  sous une pluie fine, l’émotion du public (essentiellement jeune et familial) est palpable : ça y est, ils font le Stadium ! Eux mettront sans doute quelques minutes à s’en rendre vraiment compte. « Vous pourrez dire : ‘J’y étais !’», avaient-ils scandé. On y est, ils y sont ! 

Bigflo et Oli, au Stadium de Toulouse, vendredi 24 mai 2019.
Bigflo et Oli, au Stadium de Toulouse, vendredi 24 mai 2019. (©Frédéric Scheiber / Actu Toulouse)

Le papa monte sur scène

Après une demi-heure de concert débuté par le titre « Nous Aussi 2 » puis un medley réussi de plusieurs titres (La vie normale, Gangsta, Pour un pote…) , les deux frangins font monter leur paternel, Fabian,… pour y interpréter en famille leur chanson « Papa ». Et enchaînent avec le titre « Maman », pour que personne ne soit jaloux ! 

Bigflo et Oli entourent leur père, Fabian Ordonez, sur la scène du Stadium.
Bigflo et Oli entourent leur père, Fabian Ordonez, sur la scène du Stadium. (©Frédéric Scheiber / Actu Toulouse)
Bigflo et Oli entourent leur père, Fabian Ordonez, sur la scène du Stadium.
Bigflo et Oli entourent leur père, Fabian Ordonez, sur la scène du Stadium. (©Frédéric Scheiber / Actu Toulouse)

Lire aussi : Bigflo Oli au Stadium de Toulouse : revivez le premier concert dans les conditions du direct

Rentrez chez vous 

Une fois la nuit tombée, l’émotion redouble d’intensité quand les Toulousains interprètent « Rentrez chez vous », qui raconte l’histoire d’une France ravagée par les bombes, obligeant les deux frères et leur famille à traverser la Méditerranée pour trouver une terre d’accueil… Le Stadium s’illumine. C’est beau. 

Le Stadium s'illumine, pour le concert de Bigflo  Oli.
Le Stadium s’illumine, pour le concert de Bigflo Oli. (©Frédéric Scheiber / Actu Toulouse)
Bigflo et Oli, au Stadium de Toulouse, vendredi 24 mai 2019.
Bigflo et Oli, au Stadium de Toulouse, vendredi 24 mai 2019. (©Frédéric Scheiber / Actu Toulouse)

La lune… géante !  

Quand ils interprètent un des morceaux de leur troisième album, « La Lune »… une lune géante déboule alors sur le Stadium, qui s’éclaire à nouveau, pour un moment tout en magie et féérie. La pluie, elle, redouble d’intensité. Elle accompagnera les deux frères jusqu’à la fin du concert… Mais peu importe, l’essentiel est ailleurs ! 

La lune déboule sur le Stadium, un des moments forts du concert.
La lune déboule sur le Stadium, un des moments forts du concert. (©Frédéric Scheiber / Actu Toulouse)

Black M, Soprano, Squeezie 

30 000 personnes ont assisté au concert de Bigflo  Oli au Stadium, vendredi 24 mai 2019.
30 000 personnes ont assisté au concert de Bigflo Oli au Stadium, vendredi 24 mai 2019. (©Frédéric Scheiber / Actu Toulouse)

La deuxième partie du show est pleine de surprises : idoles de jeunesse de Bigflo et Oli,  Black M et Soprano font une apparition remarquée pour interpréter « C’est que du rap » avec les deux Toulousains. Quelques minutes plus tard, le public scande à tue-tête les paroles de « Dommage », puis le Youtubeur Squeezie (acclamé par le public) les accompagne sur le morceau « Demain« …. 

Le rêve continue, ce soir 

Oli ne peut s’empêcher de verser une petite larme, les deux frères s’enlacent, le concert se termine… par un bouquet final : un feu d’artifice, tiré depuis le StadiumLes spectateurs repartent mouillés mais heureux. Ils pourront dire : « J’y étais ! ».  Le rêve éveillé de Bigflo et Oli continue, samedi 25 mai 2019, pour un second concert Stadium, que les deux frangins joueront à guichets fermés. 

Lire aussi : Toulouse. Etonnantes, drôles ou émouvantes, 16 vidéos sur l’ascension de BigFlo Oli

Bigflo et Oli, au Stadium de Toulouse, vendredi 24 mai 2019.
Bigflo et Oli, au Stadium de Toulouse, vendredi 24 mai 2019. (©Frédéric Scheiber / Actu Toulouse)

Article source: https://actu.fr/occitanie/toulouse_31555/en-images-toulouse-deux-frerots-bigflo-oli-ont-enflamme-stadium_24011354.html

NÎMES OLYMPIQUE Retour en images sur la fête aux Costières !

Bernard Blaquart ovationné par le public des Costières (Photo Anthony Maurin)

Malgré la défaite cruelle (2-3) face à Lyon, les joueurs du Nîmes Olympique ont pu fêter leur 9e place acquise en Ligue 1 avec le public resté tard au stade des Costières. Un moment de communion et d’émotions à revivre en images.

Pour ce dernier match de la saison, les supporters voulaient rendre hommage à leurs joueurs, auteurs d’une saison formidable avec cette 9e place. Les festivités ont débuté avant la rencontre, avec le tifo des Nemausus 2013 en tribune sud et un « Merci », brandit par les Gladiators, en Est, accompagné des portraits de chaque joueur.

Même si les Lyonnais sont venus ternir la fête en retournant la situation dans les dernières minutes, public et joueurs ont célébré une deuxième saison dans l’élite à venir. Après l’appel de chaque Croco, où Ripart s’est démarqué en enchaînant les tours de cape, Harek a été distingué par ses coéquipiers qui ont lui remis un maillot collector. Des premières larmes pour le défenseur qui viendront rejoindre celles de Savanier, devant le kop des ultras nîmois. Le milieu qui a reçu le trophée du meilleur passeur de la saison.

Mais aussi des sourires lors du feu d’artifice et du tour d’honneur réalisés devant une foule qui voulait en profiter un maximum. On avait l’impression de se revoir il y un an, à célébrer la remontée en Ligue 1. Retour en images sur cette belle soirée :

La banderole « Merci », déployée par les Gladiators (Photo Anthony Maurin)
La fête a démarré avant même la fin du match chez les Gladiators (Photo Anthony Maurin)
Une entrée triomphale pour Ripart, le maestro des Costières (Photo Anthony Maurin)
Encore une histoire de plus à raconter à leurs enfants pour les deux amis Paquiez et Briançon (Photo Anthony Maurin)
Harek avec son maillot collector a posé avec tous ses coéquipiers (Photo Anthony Maurin)
Bernardoni, Ferri, Maouassa garderont un souvenir impérissable de leur passage dans le Gard (Photo Anthony Maurin)

Revivez également la soirée en vidéos avec nos directs sur la pelouse des Costières : 

 

Article source: https://www.objectifgard.com/2019/05/25/nimes-olympique-retour-en-images-sur-la-fete-aux-costieres/

DIRECT FOOT. Suivez en live le choc Stade de Reims – PSG dès 21H

Face au Paris Saint-Germain, ce vendredi, le Stade de Reims a su boucler, avec la manière en l’emportant 3-1, une saison 2018-2019 réussie, auréolée d’un maintien confortable et d’une place assurée dans le top 10 de la Ligue 1. Que le promu et champion de France 2018 de L2 termine au 8e rang.

Les temps forts et les buts en vidéo

Déjà devant à la pause (1-0, Baba, bien servi par Oudin), les Champenois ont doublé la mise grâce à une superbe frappe croisée de Cafaro, mettant Buffon au supplice un peu avant l’heure de jeu. Et même si Mbappé y est allé de son 33e but dans la foulée, les Stadistes ont tenu pour signer leur 13e succès, prestigieux, de l’exercice. Avant que Pablo Chavarria, pour sa dernière (sa 101e) en rouge et blanc, parachève un exercice accompli dans le temps additionnel.

Moussa Doumbia, qui devance ici Thomas Meunier, est impliqué sur l’ouverture du score rémoise.
Moussa Doumbia, qui devance ici Thomas Meunier, est impliqué sur l’ouverture du score rémoise. – Christian Lantenois

Pour revivre ce direct depuis votre mobile, cliquez ici

Les féminines du Stade de Reims ont, elles, reçu leur trophée de championnes de France à la mi-temps de ce match de gala

Reims – PSG : Kylian Mbappé, artiste de variété

Pour revivre les autres rencontres de cette 38e et dernière journée, et se replonger dans l’évolution des scores des autres rencontres en direct. Il suffit de cliquer sur un match…


Article source: https://www.lunion.fr/id67347/article/2019-05-24/direct-foot-suivez-en-live-le-choc-stade-de-reims-psg-des-21h

Coupe de France: Quand les handballeuses amateurs de Lattes vivent comme des pros une finale

Les handballeuses de Lattes disputent samedi la finale de la Coupe de France départementale.

Les handballeuses de Lattes disputent samedi la finale de la Coupe de France départementale. — Lattes Handball

« Les contes de fées existent… à tout âge ! » Elle a les yeux qui pétillent, Laure Proux-Mahouy. Trois ans après avoir gagné la Coupe de France départementale, les filles du Lattes Handball et leur capitaine de 42 ans retrouvent samedi l’AccorHotels Arena pour y décrocher le même trophée. Cette honnête joueuse « en Nationale 2 et Nationale 3 en région parisienne » quelques années plus tôt, n’auraient jamais imaginé connaître ces frissons réservés autrefois au monde professionnel.

Les handballeuses de Lattes disputent samedi la finale de la Coupe de France départementale.
Les handballeuses de Lattes disputent samedi la finale de la Coupe de France départementale. – Lattes Handball

Nées il y a dix ans, ces six coupes de France de handball, une par échelon de niveau (national, régional, départemental) et par sexe sont un énorme succès populaire. Des centaines de clubs s’y inscrivent pour vivre cet événement. « Ce qui en fait la réussite, c’est que l’intégralité des frais d’inscription est reversée aux clubs finalistes. C’est une grande fête du handball et une belle reconnaissance pour le club », sourit Richard Fina, manager sportif du club.

Feu d’artifice et coupe identique pour tous les vainqueurs

« L’espace d’un week-end, on s’occupe de nous comme des pros. On arrive par TGV à Paris, accueillies par une personne de la fédé, qui nous attend avec une pancarte au nom du club. On est hébergées à l’hôtel, et ensuite on joue dans ce lieu mythique », reprend la capitaine, déjà de la fête en 2016, comme cinq autres joueuses.

Les handballeuses de Lattes disputent samedi la finale de la Coupe de France départementale.
Les handballeuses de Lattes disputent samedi la finale de la Coupe de France départementale. – Lattes Handball

Lattes y jouera à 10h30 contre les Alsaciennes d’Illkirch-Graffenstaden, en ouverture d’une journée où six finales se succéderont, jusqu’aux pros de Chambéry et Dunkerque le soir. « Le protocole est le même pour nous, comme pour les pros, avec l’entrée des joueuses une à une appelées par leur nom, le feu d’artifice pour les vainqueurs et la coupe qui est la même pour tout le monde », reprend Laure Proux-Mahouy.

Les handballeuses de Lattes disputent samedi la finale de la Coupe de France départementale.
Les handballeuses de Lattes disputent samedi la finale de la Coupe de France départementale. – Lattes Handball

Une cinquantaine de supporters feront le déplacement pour soutenir les joueuses et faire la fête à leur côté, qu’elles gagnent ou qu’elles perdent. « En 2016, plusieurs joueurs du MHB qui disputaient la finale le soir étaient venus nous voir jouer le matin. C’est vraiment une communion de toute la famille du handball ». Montpellier cette fois a échoué en demi-finale, mais les anciens montpelliérains Arthur Anquetil (aujourd’hui à Chambéry) et Samir Bellhacene (à Dunkerque) viendront peut-être les soutenir, comme elles le feront le soir. « On reste toutes la journée pour profiter de l’événement jusqu’au bout ».

 

  • Sport
  • Montpellier
  • Languedoc-roussillon
  • Montpellier Handball
  • Handball
  • Finale
  • Sport féminin
  • Coupe de France

Article source: https://www.20minutes.fr/sport/2524599-20190524-coupe-france-quand-handballeuses-amateurs-lattes-vivent-comme-pros-finale