Athlétisme – Meeting des Hauts-de-France: Un joli casting mais pas de vraies étincelles à Liévin

Disposer des meilleurs ingrédients ne garantit pas toujours une recette réussie. Ce dimanche soir, à Liévin, tout était réuni pour vivre une soirée exceptionnelle avec des médaillés européens, mondiaux et olympiques à la pelle, et une salle pleine à craquer (5 500 personnes). Hélas, la grosse performance n’est jamais sortie, laissant forcément tout le monde quitter l’Arena sur un petit goût d’inachevé.

On comptait, bien sûr, sur Genzebe Dibaba pour clore la soirée en feu d’artifice avec un record du monde sur 1 000 m, mais, après avoir été longtemps sur les bases du record de la Sud-Africaine Maria Mutola, l’Éthiopienne a fini par craquer dans le dernier tour (2’37’’41).

Sam Kendricks sans forcer

Jusque-là, l’événement avait été plutôt bien rythmé, agrémenté par les exploits de la nouvelle mascotte à la perche ou au triple saut, et par le clin d’œil sympathique de Pierre-Ambroise Bosse, qui, à défaut de pouvoir s’aligner sur 1 000 m (la faute à un tacos mexicain mal digéré en fin de stage), a offert un moment de bonheur à une dizaine de gamins avec lesquels il a partagé un tour de piste.

Des étincelles auraient pu jaillir de plusieurs épreuves, mais si les principaux lauréats ont bien été ceux attendus, ils n’ont pas réussi à totalement mettre le feu dans l’enceinte artésienne. L’Américain Sam Kendricks, champion du monde 2017, auteur de la meilleure performance mondiale à 5,90 m, la veille, à Rouen, a conforté son statut de grand favori, mais sans s’envoler plus haut que 5,71 m, tout comme son dauphin des Mondiaux de Londres, le Polonais Lisek, bloqué, lui aussi, à 5,71 m.

Pascal Martinot-Lagarde fait le boulot

Marie-Josée Ta Lou a bien signé la quatrième performance mondiale de la saison avec 7’’13 sur 60 m et Pascal Martinot-Lagarde a décroché l’unique succès tricolore de la soirée, sur 60 m haies, avec son meilleur chrono de la saison en 7’’57, mais, là encore, on espérait un petit mieux. Respectivement deuxième de la perche avec 4,57 m et troisième du 60 m en 6’’64, Ninon Guillon-Romarin et Jimmy Vicaut n’ont pas davantage été en mesure de faire se lever le public.

L’an passé, les meilleures performances mondiales s’étaient enchaînées pour le retour du meeting des Hauts-de-France. Cette année, le casting était alléchant, mais le scénario n’a pas été totalement à la hauteur des attentes. Qu’importe, les grands noms de l’athlétisme sont de retour à Liévin et on attend déjà avec impatience le millésime 2020.

Article source: http://lavdn.lavoixdunord.fr/535963/article/2019-02-10/un-joli-casting-mais-pas-de-vraies-etincelles-lievin