Biarritz : les fêtes de Bibi, entre traditions et modernité

Il ne faudra pas moins de 100 chanteurs pour porter d’une seule voix le prélude des fêtes de Bibi Beaurivage. Cent voix du Chœur biarrot, accompagnées d’autres artistes, chanteurs et musiciens, dans un même concert, intitulé Gora Bibi : Beti aitzina ! Un tour de chauffe donné demain en l’église Saint-Martin, à 20 h 30, avant le lancement officiel des festivités samedi à midi pour cinq jours, jusqu’au 1er mai.

On ne bouleverse pas un programme qui gagne. « Nous sommes toujours dans la lignée des précédentes années, reconnaît Jean-Marc Pees, président du comité des fêtes. Mais nous sommes attentifs à ce que ces fêtes soient d’abord pour notre quartier. Nous sommes un quartier où l’on se dit bonjour, où l’on s’entraide. Ces fêtes ont cet esprit-là : les gens s’y rencontrent. Ce sont des fêtes de famille. »

Et le comité des fêtes s’est de nouveau investi à fond pour être à la hauteur de ses ambitions. Petits et grands, sportifs et gourmets, chacun trouvera chaussure à son pied. Il lui suffira de piocher au fil des multiples animations qui, entre traditions et modernité, jalonneront cette édition.

Zikiro et trottinettes

Tradition du mus dont le tournoi, débuté le 13 avril, s’achèvera par la finale le 1er mai à l’Auberge 22, à 11 heures. Modernité du rendez-vous estampillé « culture urbaine » qui, ce samedi 27 avril (de 17 heures à 19 h 30), déploiera ses démos et initiations gratuites avec du rink hockey, des parcours et acrobaties urbaines, du skate et d’autres disciplines à découvrir.

Tradition du zikiro, dimanche 28 avril, qui sous le chapiteau blanc au-dessus de la Côte des Basques est pris d’assaut. Modernité – ou retour des traditionnels jeux d’enfants, tout dépend du point de vue – de la 2e édition du grand prix de trottinettes qui, lundi 29 avril, opposeront les écoles Paul-Bert, Pyrénées et Sainte-Marie (14 heures).

Parmi les incontournables, ce qui est en passe de devenir une tradition, le mardi 30 avril, à 18 h 30 : l’épreuve de course à pied, soit une boucle de 9 kilomètres, surnommée la Bibi Beaurivage. Le marché des producteurs et agriculteurs locaux, le 1er mai, de 9 heures à 13 heures, en partenariat avec Euskal Herriko Laborantza Ganbara, reste, lui, ancré dans le paysage. De quoi récupérer avec de bons produits, de la veillée de la veille en famille, ponctuée pour la seconde fois cette année par le feu d’artifice. Il sera lancé, à 23 heures, le mardi 30 avril, depuis l’esplanade de la Côte des Basques.

Un gage pour l’avenir

D’un jour à l’autre, d’une animation à une autre, d’une musique à une autre, un fil rouge musical sera assuré par DJ Bobkat. Et il y en aura de la musique, traditionnelle et contemporaine. Du groupe Piarres avec des reprises de rock « tournesolées » le samedi 27 avril, à partir de 21 heures, aux mutxiko.

De quoi largement mêler les générations. Un gage pour l’avenir selon Jean-Marc Pees : « Nous avons fait entrer des jeunes au comité des fêtes pour assurer les prochaines relèves et amener de nouvelles idées. C’est aussi permettre à notre association et nos fêtes de perdurer. »

Article source: https://www.sudouest.fr/2019/04/23/les-fetes-de-bibi-entre-traditions-et-modernite-6010807-4037.php