Black M : retour vers le futur à Ille-sur-Têt

Le ciel était tombé sur la tête du Fest’Ille night IV en août 2014, lorsque la pluie avait obligé les organisateurs à annuler la soirée Black M. Comme un pied de nez à l’histoire, c’est un Black M en pleine ascension qui sera présent, samedi 3 août, sur le parking de la gare pour le Fest’Ille night IX.

Le rappeur français d’originne guinéenne, ancien membre du groupe Sexion d’assaut, dont il était un des leaders avec Maître Gims, a attaqué sa carrière solo 2014, avec un premier album Les yeux plus gros que le monde. Il est aujourd’hui au sommet de sa gloire.

Le président de Fest’Ille, Frédéric Aymerich, et son équipe, n’ont pas la mémoire courte. « Il était venu sur place. Il y avait du monde qui attendait. Il a joué le jeu. Il a attendu sous la pluie les gens qui voulaient prendre une photo. Nous avions alors envisagé, pour rattraper le coup, une soirée à l’occasion de sa tournée des Zénith, mais c’était financièrement impossible ».

Les négociations ont été très serrées, le format et le prix discuté. « Il viendra en showcase. Le format habituel est de 35 minutes. Là, il sera 50 minutes sur scène. C’est une fierté pour nous. On propose un chanteur qu’aucun festival ne pourrait présenter gratuitement. Ça été compliqué car à ce niveau ils ne veulent pas faire de showcase en plein air. Ils partent sur des tournées en discothèque. Depuis cinq ans que je suis à la tête de Fest’Ille, on travaille avec la production Totem et ça crée des liens. Ce sera le festival le plus cher de l’histoire, mais qui est financé par le travail des bénévoles : les thés dansants, les vide-greniers, les rifles, les sponsors, l’aide des élus ».

Une soirée festive qui sera complétée par sept dj qui se relaieront derrière les platines, la présence de la télé réalité avec Les Marseillais et un somptueux feu d’artifice.

Mais la prouesse c’est d’offrir une soirée de ce niveau gratuitement. « Nous avions tenté avec Maître Gims une soirée payante. Ça n’avait pas été concluant. Là on s’est dit qu’on ne voulait pas perdre notre identité. Et nous sommes repartis sur autre chose », souligne Frédéric Aymerich.

Article source: https://www.lindependant.fr/2019/02/23/black-m-retour-vers-le-futur-a-ille-sur-tet,8033663.php