Capitale européenne de la Culture 2019 : Matera, cité troglodyte, donne le coup d’envoi des festivités

Mis à jour le 19/01/2019 à 18H42, publié le 19/01/2019 à 17H59


Matera capitale de la culture 2019

Matera capitale de la culture 2019

© LENA KLIMKEIT / DPA / DPA PICTURE-ALLIANCE/AFP

CULTUREBOXCapitale européenne de la Culture en 2019, la ville italienne de Matera donne samedi le coup d’envoi d’une année de festivités pour attirer les visiteurs du monde entier dans cette singulière cité troglodyte, classée au patrimoine mondial de l’Unesco.

Expositions, concerts, spectacles vivants, parcours culturels ou rencontres avec les habitants… Des centaines d’événements, qui s’étaleront sur 48 semaines, ont été prévus dans un programme élaboré depuis 2014, année de la désignation de Matera comme Capitale européenne de la Culture 2019, titre qu’elle partage avec Plovdiv, en Bulgarie.

Matera, joyau classé au patrimoine mondial de lUNESCO

Matera, joyau classé au patrimoine mondial de l’UNESCO

© Jean-Luc PETIT/SIPA

54 fanfares samedi 19 janvier pour la journée inaugurale

Les civilisations rupestres

Un spectacle hommage aux premiers pas sur la Lune

Un passeport à 19 euros pour les citoyens de Matera

Les « citoyens temporaires » de Matera devront payer 19 euros pour un passeport valable un an qui leur permettra d’assister à tous les événements. Ils sont aussi invités à s’inspirer de l’atmosphère mystique du lieu pour écrire des textes, créer des objets, des sculptures, inventer des sons, des installations, qui deviendront à leur tour une exposition, celle qui achèvera l’année Matera-2019.

 Habitations troglodytes creusées à même la montagne

 Habitations troglodytes creusées à même la montagne

© Jean-Luc PETIT/SIPA

Un million de visiteurs sont attendus par les organisateurs dans cette localité méridionale de 60.000 habitants qui a déjà vu le nombre de touristes croître de 170% entre 2010 et 2017. Elle est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1993, ce qui a contribué à accroître sa notoriété. La cité au passé douloureux, qualifiée dans les années 1950 de « honte nationale » en raison de son extrême pauvreté, a aujourd’hui retrouvé sa dignité en sauvant ses palais baroques et ses églises rupestres. Et ses grottes millénaires, autrefois symbole d’un sud miséreux, sont aujourd’hui devenues de coquettes boutiques ou des hôtels de luxe.

Article source: https://culturebox.francetvinfo.fr/culture/matera-capitale-de-la-culture-en-2019-donne-le-coup-d-envoi-des-festivites-284540