Cologna, porteur de drapeau et d’espoir

Cet honneur ne se refuse pas. Ce vendredi soir (midi heure suisse), dans le congélateur à ciel ouvert du stade olympique, Dario Cologna sera bien le porte-drapeau de la délégation helvétique. Le secret de Polichinelle a été levé et le triple champion olympique a dit, les yeux brillants d’émotion, sa fierté de tenir un tel rôle. Pour Ralph Stöckli, le Grison a assurément le charisme et le profil de l’emploi. Mais surtout le talent. Car plus qu’une bannière, on attend de lui qu’il porte aussi les premiers espoirs de médaille!

«Pour tous, un premier podium, c’est souvent une libération», affirme le chef de mission. Il y a deux ans, à Rio, il avait misé sur la jeunesse de Julia Steingruber. Le poids des responsabilités n’avait pas écrasé la gymnaste, légère comme une plume et en bronze quelques jours plus tard dans l’épreuve du saut. Là-bas, c’est la canicule qu’il fallait combattre. Pour s’en prémunir, la Saint-Galloise avait défilé avec des bas de contention! À PyeongChang, ils seront en laine thermique…

En attendant le skiathlon de dimanche, dont Cologna est le champion en titre, que le… show commence! Livrée aux quatre vents, la cérémonie d’ouverture aura pourtant du mal à réchauffer les corps malgré un déploiement de chaufferettes et des trésors de grâce scénique. De fait, pour Cologna, ce tour d’honneur glacial ne ressemblerait-il pas plutôt à un cadeau empoisonné, moins de deux jours avant son entrée en piste? «J’espère au contraire qu’il me procurera un élan supplémentaire», a rétorqué le récipiendaire. Par mesure de protection, Swiss Olympic réduira son temps de marche nordique à vingt minutes! «Super Mario» vivra les préliminaires à l’abri et courbera le feu d’artifice final. Ainsi, il évitera de brûler trop d’énergie.

En France, la fonction ne crée pas forcément l’orgasme. Depuis les échecs répétés de certains de ses ambassadeurs, dont le fondeur Jason Lamy-Chappuis et le kayakiste Tony Estanguet, elle est même frappée de malédiction. Trop d’honneur nuirait-il? Ce n’est pas l’avis de Martin Fourcade, le porte-étendard tricolore, qui n’a ni froid aux yeux, ni peur des racontars. Si la star du biathlon a accepté cette distinction, ce n’est pas pour faire de la figuration. «J’ai envie d’habiter ce rôle, d’être à l’écoute de tous les athlètes, d’insuffler quelque chose», a-t-il confié à la revue Ski Chrono. Plus introverti, Cologna a demandé s’il devait faire autre chose que brandir son drapeau. «Porte-le bien haut, ça sera déjà bien», lui a répondu Ralph Stöckli. (nxp)

Créé: 08.02.2018, 20h57

Article source: https://www.24heures.ch/sports/cologna-porteur-drapeau-espoir/story/11442302 feux d'artifice, , artificier /