Domaine du Jas d’Esclans: il fabrique votre rosé bio – Les industriels de vos vacances

Un pied (de vigne) dans la modernité et un autre dans l’Antiquité. A l’avant-garde du vin bio, le domaine du Jas d’Esclans déploie sa toison de vignes dans un écrin de collines où soufflent non seulement le mistral mais aussi de très vieux souvenirs: au début de notre ère, les Romains cultivaient déjà la vigne sur les rives de la Méditerranée. Aujourd’hui, les 53 hectares de vignes que possède la famille De Wulf garantissent une production de 150.000 bouteilles de rosé par an.

Chiffres clefs

Chiffre d’affaires 2009 : 1,6 million d’euros
Statut de la société : Domaine du Jas d’Esclan : EARL (Entreprise agricole à responsabilité limitée)
Propriétaire : la famille de Wulf, exclusivement
Emplacement : Vallée des Esclans, entre Nice et Aix-en-Provence
Nombre d’employés : une dizaine

Après avoir souffert de certains préjugés, longtemps tenu pour un breuvage négligeable, le rosé est devenu récemment la coqueluche des consommateurs, surtout pendant l’été. Léger, « facile » mais non dénué de personnalité, il se marie aux poissons, aux crustacés, à la charcuterie, aux viandes blanches. D’ailleurs, l’Hexagone, avec ses six millions d’hectolitres de rosé, contribue à un bon tiers de la production mondiale.

eco-construction

« En Provence, s’avance Matthieu de Wulf, il existe 450 caves particulières comme la nôtre ainsi qu’une cinquantaine de caves coopératives. Nous comptons parmi les plus grosses structures de la région, produisant de surcroît du rouge et du blanc.»

Originaire de l’Aisne, il s’était spécialisé dans la reprise d’exploitations agricoles qu’il revendait, après les avoir assainies. En 2001, Matthieu de Wulf a eu le coup de foudre pour le Domaine du Jas d’Esclans, dont il a rénové certaines parcelles et qu’il a agrémenté d’une cave en bois. « J’ai respecté les critères d’éco-construction ». Pas question d’utiliser du désherbant : pour dissuader les parasites, du souffre et du cuivre sont répandus. Trois ouvriers veillent en permanence au grain: ils intègrent une petite équipe, dont un caviste. Bien entendu, l’embouteillage et l’étiquetage sont effectués à la propriété. Le Domaine du Jas s’approvisionne en bouteilles auprès de Saint-Gobain et OI Manufacturing.

EXCES DE DEMANDE

Matthieu de Wulf caresse le rêve d’accroître sa production, ne pouvant satisfaire une demande trop forte. Encore faudrait-il pouvoir élargir le domaine en rachetant une ou plusieurs propriétés. Mais les opportunités sont rares dans les parages où l’on assiste à une flambée des prix. « Dans le pire des cas, l’hectare peut atteindre 500.000 euros.»

La moitié des ventes se font sur place: des touristes et des vacanciers séjournant dans les stations balnéaires tout autour poussent la grille d’entrée, le panier moyen s’élevant à 80 euros. En second lieu, 35 % de la production est absorbée par les hôtels et les restaurants dans les Alpes Maritimes et le Var. Et les 15 % de bouteilles restantes ? Elles partent à l’étranger. Certes, la promotion à l’international du vin rosé est soutenue par le Conseil interprofessionnel des Vins de Provence, avec la bénédiction de la Région Paca. Mais impossible pour l’instant, en ce qui concerne le Domaine de Jas d’Esclans, de miser sur les exportations.

Histoire du rosé

Le vin rosé possède un statut encore flou. Sa vinification se fait selon deux principes au choix: la saignée et le pressurage direct. Sorti de l’ombre au début du millénaire, quand il acquit soudain une réputation de légèreté et jeunesse, le rosé fut sans doute le premier vin au monde. L’empire romain en détient la paternité. la France s’avère le principal producteur mondial. Et la Provence possède le plus vaste vignoble d’AOC rosé.

Le domaine du Jas d’Esclans en Juillet 2010


Ces industriels fabriquent vos vacances
15 / 15

Article source: https://www.usinenouvelle.com/article/domaine-du-jas-d-esclans-il-fabrique-votre-rose-bio.N135558