Fête du Lac des Nations : comment juger des feux d’artifice – Actualités – Estrie …

Chaque année, une vingtaine de Sherbrookois et de Sherbrookoises deviennent des juges pyrotechniques à la Fête du Lac des Nations. Ils sont triés sur le volet, doivent suivre une formation rigoureuse et respecter des règles bien établies. Estrieplus.com a rencontré le président du jury, Jean-Marc Bénard, qui nous explique comment juger et noter des feux d’artifice.

Des conçus
pour le public et évalués par le public

Ils sont 20 personnes à être choisies pour composer le jury des feux
parmi quelque 120 candidatures reçues. Par une série de questions bien
précises, des artificiers déterminent lesquelles sont les mieux habilitées à
noter les spectacles.

Cette année, l’âge de l’échantillon va de 20 à 70 ans, soit
trois générations d’amateurs de feux d’artifice.

« Avoir un éventail aussi large permet de normaliser
les notes puisque chaque personne a des préférences visuelles et musicales
différentes, explique le président du jury des Grands feux Matelas Houde 2015,
Jean-Marc Bénard. La Fête du Lac, c’est une compétition internationale, mais
jugée par ceux qui l’apprécient! »

101

Comme les juges sont des Monsieurs et Madames Tout-le-monde, ils doivent suivre une formation d’une demi-journée pour devenir de
vrais experts des feux d’artifice. La formation vise à les conscientiser à la
complexité d’un spectacle pyrotechnique et à le regarder avec un œil plus
critique que le seul émerveillement.

« Les jurés sont amenés à découvrir tout le travail qu’il
y a derrière un feu, à connaître les pièces pyrotechniques et de quoi elles sont composées, explique M. Bénard. La formation permet aussi d’apprécier l’accompagnement
musical, les transitions entre les tableaux, la disposition des bombes dans le
ciel et si les agencements de couleurs sont intéressants. Les jurés sont aussi
en mesure d’évaluer la relation et la communication entre le visuel et l’auditif
du spectacle. »

La confidentialité est
la reine des feux

Les jurés sont assermentés et la plus grande confidentialité
est exigée pendant toute la durée de leur mandat. Ils n’ont pas le droit de
parler de leur appréciation des à leurs conjoints ni à leur entourage, et ne peuvent pas non plus accorder d’entrevues aux médias. Les
notes attribuées par chacun des juges ne sont connues que de Jean-Marc Bénard.

« On exige cette confidentialité en respect au travail
des artificiers, parce qu’ils investissent beaucoup de temps et d’argent dans
les spectacles. Une fois le gagnant de la Coupe des dieux dévoilé le
dimanche, les jurés auront toute la liberté de parler de leur expérience, de leur
appréciation des feux et de discuter entre eux », explique M. Bénard.

Jean-Marc Bénard concède que la tâche de juré est un travail
rigoureux. Les exigences ne semblent toutefois pas effrayer les candidats, puisque 120 personnes avaient signifié leur intérêt à réaliser le mandat.

« En cinq ans à la présidence du jury, je n’ai pas eu
de mauvais commentaires de mes jurés. En devenant juge de compétition, ils
vivent une expérience sensorielle hors du commun! », affirme M. Bénard.


 Imprimer 
 Envoyer 

Mardi, 14 juillet 2015
Agression et vol qualifié au centre-ville de Sherbrooke : le SPS demande l’aide du public
Un jeune homme de 22 ans a été victime d’un vol qualifié dans la nuit de samedi à dimanche près du bar Le Magog de la rue Dufferin, à la sortie des bars vers les 3 h 45. Un groupe d’environ sept à huit individus aurait asséné plusieurs coups à la victime, lui causant une importante commotion cérébrale et plusieurs lésions au visage.

Lundi, 13 juillet 2015
Des chèvres et du fromage
Marie Vaillancourt, a l’agriculture dans le sang. Quand on est la quatrième génération à y oeuvrer, normal que l’appel de la terre soit aussi fort.

Article source: http://www.estrieplus.com/contenu-fete_du_lac_des_nations_feux_dartifice_jury-1355-36766.html feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie