Feu d’artifice pour la dernière à Trélut – 08/04/2018 – ladepeche.fr

Cela faisait un bail que Maurice-Trélut n’avait pas connu ça. Pas cette saison, en tout cas. D’habitude plus calme, le Stado a lâché les chevaux pour venir à bout de Bourgoin-Jallieu dans une rencontre spectaculaire. Neuf essais marqués, cinq pour les locaux, quatre pour les visiteurs et près de 72 points inscrits par les 46 acteurs de la rencontre.

Pour leur dernier match à domicile de la saison régulière, les Tarbais espéraient valider un long travail de préparation en vue du mois de mai et des phases finales. Il a fallu dix minutes aux locaux pour prendre un premier ascendant avec dix points d’avance, dont un premier essai après cinq minutes de jeu. Devant un CSBJ acculé en défense, Vergallo a parfaitement décalé Esteves, qui passe en force les défenseurs adverses pour marquer le premier essai de la rencontre. Si les Berjalliens n’ont pas abdiqué et se sont accrochés, le Stado a repris son avance avant la pause. Dans une première période qui n’a vu aucune équipe prendre l’ascendant territorial, les Stadistes s’en sont remis à un exploit individuel, signé Adrien Domec. Avant la pause, à la demi-heure de jeu, le trois-quart centre a récupéré le ballon, crocheté son adversaire pour aller plonger en terre promise (17-10).

Quatre minutes décisives

Au retour des vestiaires, les Berjalliens ont réduit l’écart et on fait peur au public tarbais (20-17). Pourtant à 14 après le carton jaune de Roux, les Isérois ont pu compter sur un énorme travail de Campeggia et la finition de Lepage pour revenir.

Pourtant, ils ne seront plus aussi proches au score. Les Tarbais ont ensuite profité de leur supériorité numérique pour planter deux nouveaux essais… en quatre minutes. Le premier sur un ballon porté où le pack a envoyé Kazalikashvili derrière la ligne (27-17, 51e). Quatre minutes plus tard, Jean-Baptiste Claverie s’est donné une passe décisive sur coup de pied rasant pour ensuite aplatir dans l’en-but, creusant l’écart (34-17, 55e).

Ensuite, les deux équipes se sont rendues coup pour coup. Un troisième essai pour les visiteurs, signé Clavelier, avant un nouvel essai tarbais, où les Isérois ont été pénalisés sur ballon porté.

Émoussés, et à quatorze après la blessure d’Esteves, les Tarbais ont encaissé un dernier essai en fin de match, par Bezuidenhout, symbole de Berjalliens qui n’ont pas lâché et ont joué leur rôle dans ce spectacle de fin d’année.


Stado tarbes Pyrénées 41 – CS Bourgoin Jallieu 31

Arbitre : Brayelle. MT : 17-10

Évolution du score : 5-0, 7-0, 10-0, 10-5, 10-7, 10-10, 15-10, 17-10, 20-10, 20-15, 20-17, 25-17, 27-17, 32-17, 34-17, 34-22, 34-24, 41-24, 41-29, 41-31.

Pour Stado-TPR : 5 E Esteves (5), Domec (33), Kazalikashvili (51), Claverie (55), pénalité (75) ; 4 T Claverie (5, 33, 51, 55), 2 P Claverie (11, 43).

Pour Bourgoin : 4E Demoule (15), Lepage (45), Clavelier (67), Bezuidenhout (78) ; 4 T Campeggia (15, 45, 67, 78) ; 1 P Campeggia (25).

TARBES : Pees ; Estevers, Domec (Bats, 68), Vunisa (Brethous, 58), Rubio ; Claverie (o), Vergallo (m) ; Havea (Bernad, 53), Armary (Gal, 72), Bonnecarrère ; Taulava (Percival, 53), Lacroix (cap) ; Koberidze (Duny, 61), Lapassouse (Loncan, 41), Kazalikashvili (Basile, 61).

BOURGOIN : Viard (Clavelier, 59) – Heinrich (Perret-Tourlonias, 41), Eymond, Tabualevu, Toumieux-Bellavoine – Nicolas (o), Campeggia (m) – Lepage (Vidal, 56), Leonte (cap), Recordier (Rabatel, 59e) – Roux, Milanole (Poissard, 56e) – Demoule (Mirande, 50), Hamel (Yilmaz, 50), Turrel (Bezuidenhout, 50).

Carton jaune : Roux (43).


Réactions

David Bonnecarrère, troisième ligne : «C’est un match où il y a eu beaucoup de rythme. Les Berjaliens n’étaient pas venus pour faire le voyage à vide. Ce sont eux qui ont relevé le niveau de la rencontre. Si nous savons voulu la victoire, il a fallu produire du jeu jusqu’à la fin. C’est par nos erreurs que nos adversaires sont toujours restés dans le match. Ce sont nos erreurs défensives, nos manques dans les replacements défensifs qui les ont laissés à chaque fois revenir quand on prend le score. Mais nous sommes sur la bonne voie et mentalement forts».

«Nano» Vergallo, demi de mêlée : «On aurait pu tuer le match très vite parce qu’on l’a conduit tout le temps. Sans cet essai casquette, nous aurions pu espérer le bonus. À chaque fois Bourgoin est revenu au score mais nous ne nous sommes jamais sentis en danger. Nous travaillons bien depuis longtemps et cela se voit dans le jeu. Pour autant, nous n’allons pas nous enflammer parce que nous savons d’où nous venons. Il nous reste 15 jours pour tout bien caler et recevoir cette demi-finale. Cela fit du bien d’enchaîner des matchs. Cela fait longtemps que nous n’avions pas joué un bloc de 5 matchs. On reprend le rythme».

Mickaël Lacroix, capitaine du Stado : «Bourgoin est une équipe très joueuse et elle n’a pas dérogé à sa façon de faire, à son jeu et à son système, surtout après les drames qui l’ont touché récemment. Ce fut contre ces Berjaliens, un match ouvert, un match de fin de saison. Tarbes a été bien offensivement mais moins bien défensivement. Ce n’est pas souvent que le Stado marque 40 points mais j’aurais préféré ne pas en encaisser 30. Je suis néanmoins satisfait de ce bloc de 4 matchs. Celui-ci a été rude dans l’intensité. Le résultat n’en est que plus positif pour nous-même si à la fin le physique est un peu entamé.

Article source: https://www.ladepeche.fr/article/2018/04/08/2776034-feu-d-artifice-pour-la-derniere-a-trelut.html feux d'artifice, , artificier /