Julien Candy tutoie les sommets de l’humanité

La dernière création de Julien Candy, du cirque Piètre, s’est déroulée dimanche après-midi, à la salle polyvalente. Ce spectacle ambitieux n’est rien moins qu’une rétrospective de l’humanité jusqu’à nos jours, puisque la première scène plonge le spectateur dans les ténèbres autour d’un feu, évoluant vers le réchaud à camping gaz, une invention qui fait le bonheur des salles de cinéma et des spectateurs hilares, recevant en direct des pop-corn explosant à la manière d’un feu d’artifice.

La scène suivante, l’artiste présente sur un carton l’addition des pop-corns, une pièce de 2 € fera l’affaire. « On m’avait prévenu, on n’est pas loin de l’Auvergne… », plaisante Julien Candy. Il va faire rouler la pièce de 2 € sur la tranche, puis finalement la caler dans un bouchon de bouteille de vin, qui sera planté de deux fourchettes, lui-même surmonté d’un petit parasol, un attelage improbable qui finira en équilibre sur le fil d’un hachoir, lui-même en équilibre sur son menton.

De l’objet au jouet

Tout objet devient jouet. Et l’artiste va encore surprendre les spectateurs en leur demandant de danser avec lui au milieu de disques vinyles transformer en cerceau, au son de musiques du début de l’aire du phonographe à aiguille, actionnés à la manivelle manuelle.

Pour augmenter le niveau culturel et expliquer au spectateur que ces témoignages du passé nous sont si chers, il va bien falloir laisser aux générations futures notre marque artistique. Comme les siècles précédents nous ont légué Bach, Rembrandt et Matisse et ce n’est pas le smartphone qui aura ce pouvoir d’émotion, qui nous rend libre, beau, chaleureux et solidaire…

Julien Candy termine en apothéose. À force de découper des papiers pour en faire des avions qui lui obéissent au doigt et à l’œil, tout en racontant l’histoire de son quartier, à force de faire exploser à la carabine des ballons qui se transforment en parachutes volants, à force de faire voler des avions grâce au vent créé par une chemise de nuit, à force de demander au spectateur de lancer en l’air des fléchettes qui viennent se planter par enchantement sur son chapeau haut de forme.

Sa dernière machine projette un vieux film muet sur un écran souple. Il le brandit d’une main, tandis qu’il tient debout en équilibre instable sur la tranche de roue de charrette qu’il trouve le moyen de faire tourner et donc d’avancer. Chapeau Monsieur Candy !

Correspondant Midi Libre : 06 72 11 89 06

Article source: https://www.midilibre.fr/2019/02/23/julien-candy-tutoie-les-sommets-de-lhumanite,8032460.php