La fête en point de mire

Et quelle fête ! Celle de la Madeleine. Commémorant le jour où Philippe VI de Valois est venu à Murat : c’était le 21 juillet 1345. Si la légende prend parfois le pas sur l’histoire, ce qui est certain, c’est que, depuis lors, les Muratais entrent en liesse à cette époque de l’année. Certes, le comité affirme manquer de main-d’œuvre, mais pas de volonté : la «Madeleine» poursuit son chemin au XXIe siècle.

C’est donc dans une logique de bonification que, dernièrement, la mairie avait souhaité une réunion interassociations. Début de cycle aussi pour les deux jeunes nouveaux présidents du comité, Cédric Carrié et Guilhem Bascoul. L’ancien, Julien Pistre, assure cependant la régence : «Du monde ! L’envie, elle est là, mais c’est du monde qu’il nous manque pour assurer correctement les aubades, les fleurettes du feu d’artifice…»

Autour de la table, outre Philippe le cuisinier, divers responsables : MJC, commerçants, pompiers, comité d’animation, mairie. Et, pour les battages, Lucien Cros qui dresse un constat sans nuance : «Tu traverses le centre du village, y a pas un chat.»

Redonner une âme au cœur du village

La fête a déménagé en bordure du bourg (autour de la salle du Petit-Train) voilà une dizaine d’années. Et ce «désert» de la grand-rue a aussi été ressenti comme une désolation par Didier Piasco, ainsi que par Pascale et Jean-Marie Valette. Tous trois sont de Gais Rêveurs (nouvelle association), mais pas seulement car ils prendront en mains l’animation du samedi : repas festif de midi sur la placette face à la mairie et banda assurée jusqu’à 22 heures. En enchaînement, la bodega des pompiers. Et surtout le feu d’artifice. Là, c’est le métier de Daniel Guibbert qui, malgré sa retraite, continue pour son village d’enfance où tout le monde l’appelle Jean-Pierre.

Voilà le programme quasi corseté du samedi 20 juillet. Au mitan, une période d’enthousiasme qui commencera par le marché de nuit du jeudi 18 pour le grand public. Quant aux cadres d’association, ils vont monter en charge sereinement jusqu’à la prochaine réunion, le vendredi 10 mai. Au menu : affiches et plaquette des partenaires sur la table des négociations.

Article source: https://www.ladepeche.fr/2019/03/09/la-fete-en-point-de-mire,8057973.php