Le feu d’artifice de Pierre Lemaître

Roi du roman noir, il s’est converti à l’intrigue et à la fiction historique avec succès. Prix Goncourt pour Au revoir là-haut en 2013, Pierre Lemaître n’a plus peur de rien et s’offre aujourd’hui le luxe d’une trilogie quasi balzacienne avec ce deuxième volet Couleurs de l’incendie chez Albin Michel.  

Livre après livre, je rends hommage à la littérature, de Simenon aux écrivains du XIXe siècle. Pierre Lemaître

Le premier opus de cette trilogie, Au revoir là-haut, a été adapté au cinéma par Albert Dupontel en  novembre 2017.

Extrait Au revoir là-haut, Albert Dupontel, 2017
Crédits : Jérôme Prébois / ADCB Films

Au revoir là-Haut se termine sur la mort d’Edouard Péricourt, gueule cassée de la Première Guerre mondiale, ange déchu, artiste anonyme qui combine une arnaque aux monuments aux morts. Couleurs de l’incendie s’ouvre sur l’enterrement de son père, Marcel Péricourt. Ce jour de février 1927, « on ne savait pas exactement ce qu’on allait mener au cimetière, un important banquier français ou l’époque révolue qu’il incarnait ». Avec ce changement d’époque, une page se tourne-t-elle ? Ce nouvel opus, Pierre Lemaître l’a-t-il composé comme une suite ou plutôt comme un éternel recommencement ?

Le lecteur doit savoir d’où vous parlez, et en même temps, il faut lui laisser tirer lui-même la morale. Dans un roman, il ne faut pas tirer les leçons à la place du lecteur. Pierre Lemaître

Pierre Lemaître a lu le poème « Les Lilas et les Roses », de Louis Aragon, publié dans le Crève-Coeur, Gallimard, 1940.

Sons diffusés :

Archive, Albert Dupontel, La Grande table, France Culture, 20.10.2017

Archive, Eric Vuillerme, Les Matins d’été, France Culture, 17.07.2017

Extraits : les « 4 derniers Lieder » de Richard Strauss, dirigés par Kurt Masur, Philips, 1982

Article source: https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-1ere-partie/le-feu-dartifice-de-pierre-lemaitre feux d'artifice, , artificier /