Le feu d’artifice gagnant est brésilien à Saint-Brevin

feu d'artifice, spectacle pyrotechnique, pyrotechnie, artificier, pyrotechnicienEntretien avec Vivian Pires, présidente de la compagnie brésilienne Pirotecnia Igual Brasil.

Vous vous attendiez à gagner la compétition ?

Je me préparais pour gagner, mais mes concurrents allemands et néerlandais étaient tellement bons que j’ai cru que je ne gagnerai pas. Quand le jury a annoncé le résultat, j’étais très heureuse et honorée.

Comment avez-vous réussi à séduire les spectateurs ?

Je pense que c’est en montrant la joie et l’intensité de l’ambiance brésilienne. On a représenté le carnaval de Rio, à travers des feux très colorés et des musiques entraînantes, comme la samba et la bossa nova.

Ça demande beaucoup de préparation un spectacle comme celui-là ?

Oui, c’est beaucoup de travail. Il a fallu dix jours pour préparer la musique, six pour créer le dessin des feux, puis trois pour faire les connexions des explosifs. Sur place, on a pris deux jours pour tout installer, avec les sept artificiers.

Pourquoi être venu au festival pyrotechnique, ici à Saint-Brevin ?

C’est toujours bien de participer à des compétitions à l’international et de se faire connaître en Europe. Pour montrer au monde ce que l’on sait faire. C’est aussi l’occasion de voir ce que les autres pays font ; c’est souvent assez différent selon les cultures.

Qu’avez-vous pensé de vos concurrents ?

Leurs spectacles m’ont beaucoup émue, ils sont très forts. Chacun avait son style : les Pays-Bas, c’était classique ; l’Allemagne, plus dramatique. J’adore voir ce que les autres sont capables de faire. Devant un feu d’artifice, je suis comme une enfant !

Votre prochain grand spectacle, c’est pour quand ?

Ce sera pour le réveillon. Tous les ans, nous faisons le feu d’artifice à Copacabana pour la nouvelle année. L’an dernier, on a aussi fait la Coupe du monde de football au Brésil, c’était une super-expérience. J’espère qu’on aura la chance de faire les Jeux olympiques de 2016 à Rio de Janeiro. En tout cas j’y travaille !

 

 

Article source: http://www.ouest-france.fr/le-feu-dartifice-gagnant-est-bresilien-saint-brevin-3641501