Le Gers d’Eve Ruggieri

Depuis une quarantaine d’années, les étés en Gascogne d’Eve Ruggieri sont synonymes de travaux ou d’aménagements pour son château de Beaumont-sur-l’Osse. Cet été, elle fait de la place dans la grande galerie pour deux causeries-concerts…

Dans son château de la belle au bois dormant, d’où l’on voit les tours de la forteresse de Larressingle, Eve se lève avant 7 heures, fait sa chambre et descend prendre son premier café de la journée. Les grands escaliers de pierre tiennent lieu de salle de gym à cette Gersoise de cœur à la silhouette de danseuse classique. Possession du flamboyant marquis de Montespan cocufié par Louis XIV, la «maison», comme l’appelle Eve, lui est apparue il y a plus de quarante ans sans toit ni fenêtres, entourée de ronces. Mais les arches ceinturant le domaine l’ont séduite et elle fit affaire avant qu’elles ne s’écroulent, deux ans plus tard, dans les douves, qu’elles dominaient…

Tout le temps qu’elle n’a pas passé à la radio, à la télévision, à l’écriture de biographies ou en audition de nouveaux talents et à l’organisation de fêtes royales autour du monde, Eve Ruggieri l’a consacré et le consacre encore à Beaumont.

On sait qu’elle a l’oreille musicale, elle a aussi l’œil pour dénicher les pièces rares, même modestes, qui donnent vie à la maison avant l’arrivée des invités (attendus pour un moment de musique et de gastronomie les 29 et 30 juillet, lisez ci-dessous si vous voulez y participer).

De la cuisine des gardes, qui se visite comme les jardins à la française, jusqu’à la très grande bibliothèque percée dans l’enfilade des chambres de domestiques, Beaumont est un éternel terrain d’exploration. Derrière des portes murées, Eve a découvert …une chapelle ? Non, un petit théâtre du XVIIIe, confirmant que ce château était bien celui des arts et du bon vivre.

SON INVITATION Carmen et La Malibran, piano et chandelles au château. Les 29 et 30 juillet, Eve Ruggieri sera l’accueillante hôtesse d’ «Un été en Gascogne», deux soirées au château de Beaumont-sur-l’Osse consacrées la première à Carmen, l’héroïne passionnée, la seconde à Maria Malibran, diva au destin tragique. Marie Kalinine (mezzo-soprano), Philippe Do (ténor) et la pianiste Yoshiko Moriai illustreront en musique le récit d’Eve Ruggieri, avant un buffet de chef préparé par Fabrice Biasolo, servi à la lumière de 1 000 chandelles semées dans les jardins à la française. 95 €/pers. Réservations au 06 65 77 73 74, à l’office de tourisme de Condom. festival-beaumont.fr

SON ARTISTEBéatrice Uria-Monzon. «Béatrice est pour moi la Carmen idéale, sensuelle sans une once de vulgarité,dit Eve Ruggieri à propos de la mezzo soprano gersoise, «idéale par sa couleur de voix, d’un or cuivré, et son physique aristocratique».

SA TARTINE Le fromage de Carine et Mathieu. Au château, en 2009, lors du mariage de sa fille Marion (journaliste à Elle) avec Paul Paul Barrois, (le fils d’Anne-Marie Périer), Eve a fait servir le fromage de brebis de Carine et Mathieu Baylocq (éleveurs producteurs à Fourcès, tél.06.81.09.01.31.). Les convives ont aimé, le multi-étoilé Alain Ducasse, aussi.

SES BONNES ADRESSESLe Florida et le Vieux pressoir. Eve Ruggieri saute aisément les repas, «je ne suis pas très gourmande», confie-t-elle, mais quand on lui parle restaurant, elle cite le Florida de Bernard et Baptiste Ramouneda, l’auberge gastronomique de Castéra-Verduzan (2 rue du Lac, tél.05.62.68.13.22, menu 14€ en semaine et chambres de charme), «Sinon, tout près, vous pouvez aller au Vieux Pressoir, chez Christine Martin, c’est une ferme auberge très agréable avec un panorama à 360°» (menu Pressoir 17€, à Caussens, près de Condom, tél.05.62.68.21.32.)

SES BOUTEILLES Pellehaut et Arton. Témoin de l’estime que se portent Eve Ruggieri et la maison Pellehaut, ce sont ces vignerons de Montreal-du-Gers (tél. 05 62 29 48 79) qui offriront les vins des deux soirées de juillet au château, notamment leur Réserve, rosée et médaillée. Mais dans la cave de la conteuse mélomane, on a aussi trouvé des bouteilles d’Arton, domaine de Patrick de Montal, à Lectoure…

SA FLEUR L’hortensia. De grands massifs d’hortensias bordent la terrasse du château… «Avec trois fleurs je fais un somptueux bouquet, et je les aime aussi secs, en hiver.»

SA PASSION Les antiquaires. Au fil des décennies, Eve Ruggieri a meublé sa «maison» de trouvailles chez les antiquaires des environs, «j’aime beaucoup Kiki Salis, chez qui je viens de dénicher ces globes terrestres, mais je vais aussi chez Eric Fenestra et chez Hélène Carlier» (les trois, à Condom).

Article source: http://www.ladepeche.fr/article/2016/07/17/2386148-le-gers-d-eve-ruggieri.html