Le monde bascule en 2019 sous les feux d’artifice

La Chine et l’Australie ont basculé dans 2019 à coups de feux d’artifice. Le président Xi Jinping a profité de son allocution du Nouvel An pour promettre de poursuivre les réformes et d’ouvrir son pays encore plus au reste du monde : «Le rythme de nos réformes va continuer, et la porte va s’ouvrir encore et encore».

Pour marquer le début de 2019, Sydney, la plus grande ville d’Australie, s’est illuminée grâce au plus grand feu d’artifice jamais tiré sur l’imposant pont qui enjambe son emblématique baie.

Une quantité record d’engins pyrotechniques, ainsi que des couleurs et des effets inédits, ont enflammé pendant 12 minutes le ciel pour le plus grand plaisir d’un million et demi de spectateurs, avec en arrière plan le célèbre opéra à l’architecture futuriste.

Mariages pour les couples désargentés

À Hong Kong, des centaines de milliers de fêtards se sont massés sur les rives du port de Victoria pour un feu d’artifice de dix minutes au coquet budget de 1,57 million d’euros.

Plutôt qu’un feu d’artifice, annulé par respect pour les victimes du tsunami dans la province de Banten, la capitale indonésienne Jakarta a choisi d’organiser le mariage d’un demi-millier de couples pauvres sous des tentes. La soirée du réveillon a été choisie afin que «le monde entier puisse célébrer leur mariage avec eux», a expliqué le gouverneur de la région, Anies Baswedan.

Au Japon, la soirée a été marquée à Saitama, au nord de Tokyo, par un juteux combat-spectacle très attendu de la superstar américaine Floyd Mayweather, qui a battu en un éclair un jeune champion japonais de kickboxing, Tenshin Nasukawa. «On s’est bien amusés», a commenté l’Américain. «Je suis toujours à la retraite (…) J’ai participé à ce combat juste pour distraire mes fans au Japon».

Les Japonais ont aussi plus traditionnellement afflué dans les temples pour débuter 2019 sous les meilleurs auspices.

Montée des populismes, inquiétude croissante sur le climat, Brexit, mobilisation des «gilets jaunes» en France… l’année 2018 a été marquée par l’aggravation de nombreuses crises et l’embrasement de nouveaux incendies.

Au rang des bonnes nouvelles, les optimistes pointeront l’exceptionnelle détente apparue en Corée depuis un discours du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un le 1er janvier, alors que la péninsule avait achevé 2017 sous la menace d’une apocalypse nucléaire. Ces considérations géopolitiques n’empêcheront pas les foules, de Fidji à Rio, de descendre dans les rues pour marquer le changement d’année.

À Pékin, les fêtards célébraient la nouvelle année quelques heures avant l’Europe.AFP

Article source: https://www.petitbleu.fr/2019/01/01/le-monde-bascule-en-2019-sous-les-feux-dartifice,6355083.php