Les «Wimereusiennes» : fêtes, feux d’artifice… et hôpital aux Mauriciens

Villa ou château ? Au 21 rue du Général-de-Gaulle, un somptueux portail vert olive encadré d’un muret couleur crème, digne d’un château, s’enroule autour d’une non moins somptueuse demeure.

Au 21 rue du Général-de-Gaulle, un somptueux portail vert olive encadré d’un muret couleur crème, digne d’un château.

Celle-ci est le fruit de la rencontre de deux personnalités anglaises, celle du businessman Maurice Ulcoq avec l’architecte John Belcher. En 1895, alors que Wimereux était en plein essor et très prisée par les Anglais, Maurice Ulcoq voulut s’y construire une jolie maison. Il acheta alors plusieurs parcelles de terrains bordant ce qui deviendra la rue du Général-de-Gaulle et confia cette tâche à John Belcher.

Chaque année il invitait le conseil municipal à sa table et demandait à Charles Le Bargy, sociétaire de la Comédie française de réciter quelques pièces. Ce formidable comédien choisissait paraît-il à chaque fois Les Fables de La Fontaine, probablement au cours des fêtes avec feux d’artifices que son hôte aimait organiser.

En 1901, Maurice Ulcoq devint membre fondateur du Boulogne Golf-club de Wimereux.

John Belcher est à l’origine du mouvement d’architecture « baroque edwardienne », il était l’un des architectes les plus influents de Londres. Il obtint la médaille d’or du Royal institute of British architects, qu’il présida ensuite. Il est reconnu dans de nombreux pays, on a d’ailleurs retrouvé des esquisses des Mauriciens à l’académie d’architecture de Londres.

Achevé en 1897, le Château mauricien servait probablement d’hôtel à l’origine.

En 1897, le Château mauricien est achevé, il servait probablement d’hôtel à l’origine et occupait l’ensemble de l’îlot circonscrit par la rue Napoléon, la rue des Mauriciens, la rue des Dunes et l’avenue Calain.

Dans le jardin, on retrouvait une fontaine monumentale de cinq mètres, dont les personnages plus vrais que nature sculptés par Achille Blot furent détruits pendant la Guerre.

Le Château mauricien possédait des dépendances pour héberger le personnel de maison : cette annexe, vous la connaissez sûrement, sous le nom de Paul et Virginie. Les anciennes écuries ont été transformées en bar par l’entreprise Malahieude.

Lors de la Première Guerre mondiale, le « Woman’s hospital corps » s’y installa, dirigé par les docteurs et suffragettes Flora Murray et Louisa Garett Anderson.

Article source: http://www.lavoixdunord.fr/region/les-wimereusiennes-fetes-feux-d-artifice-et-ia31b49089n3640141 feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie