Ligue 1. Rennes, quel feu d’artifice !

Benjamin Bourigaud (à droite) et Jordan Siebatcheu ont été les deux grands artisans de la victoire rennaise. (Photo AFP)

Rennes a donc conclu son année 2018 par un festival offensif, offrant une cinquième victoire de rang à son coach néophyte, Julien Stephan. Tout simplement stupéfiant.

Avant même Noël, décembre a été généreux pour le Stade Rennais. Après le départ en début de mois de Sabri Lamouchi, remercié autant pour ses résultats en dents de scie cette saison que pour sa mésentente avec son président Olivier Létang, Rennes est sur un nuage. Avec Julien Stephan à sa tête, le club rouge-et-noir a basculé dans une autre dimension.

Ce samedi soir, son groupe a ainsi enchaîné un cinquième succès de rang, toutes compétitions confondues (trois en L1, une en Ligue Europa et une en Coupe de la Ligue), avec douze buts marqués pour un seul encaissé ! Une réussite totale et nouvelle, après des mois d’atermoiements collectifs… Dans un Roazhon Park prompt à s’enflammer, les partenaires d’Hatem Ben Arfa ont tout simplement étouffé les Nîmois. Très vite bousculés par la vitesse bretonne, les Crocodiles ont perdu pied après… six minutes !

Après avoir donné des buts à Mexer et Da Silva, mercredi, en Coupe de la Ligue (2-1), Benjamin Bourigeaud, transfiguré depuis la nomination de Stephan, a, cette fois, délivré un caviar pour André (6′). Dans la foulée, l’ex-Lensois s’offre un but mêlant habilité et malice, après s’être appuyé sur Siebatcheu (14′).


Rennes transfiguré avec Stephan


Plutôt effacé en première période, malgré quelques dribbles ébouriffants de Ben Arfa, le duo Sarr-Ben Arfa se met en route très vite dans le deuxième acte. Désormais installé en pointe de l’attaque rennais, Siebatcheu n’a plus qu’à pousser au fond des filets le festival des duettistes (47′). L’ex-Rémois s’offre ensuite son premier doublé sous le maillot breton, après une frappe repoussée de Grenier (67′).

L’addition aurait pu être encore plus corsée, si Rennes avait mieux joué certaines situations. Dans le temps additionnel, Ben Arfa touche notamment la barre (90′ +2). « On a raté notre match. Je l’avais dit avant : Rennes a des joueurs de grand talent et quand ils sont en confiance, qu’ils mènent 2-0 après dix minutes… Ça a été un naufrage ce soir (samedi). On a peut-être été trop ambitieux… Rennes a été impressionnant », glisse Bernard Blaquart, le coach gardois.

Avec 26 points, le club de la famille Pinault s’est repositionné et peut légitimement, désormais, espérer une belle deuxième partie de saison. La dernière s’était terminée par une cinquième place au printemps. Tous les rêves semblent permis…

David Thomas

La fiche technique

Arbitre : Jérémy Stinat.

BUTS. Rennes : André (6’), Bourigeaud (14’), Siebatcheu (47’, 67’).

Avertissements. Rennes : H. Traoré (80’).

RENNES : Koubek – H. Traoré, Da Silva, Mexer, Bensebaïni – I. Sarr, Grenier (Léa-Siliki, 86’), André (cap.), Bourigeaud (Del Castillo, 81’) – Ben Arfa, Siebatcheu (Johansson, 68’). Non entrés en jeu : Gertmonas (g.), Zeffane, Hunou, Gélin. Entraîneur : Julien Stephan.

NÎMES : Bernardoni – Paquiez, Lyhoby, Briançon (cap.), Ripart – Savanier – Valls (Bozok, 54’), Ferri – Bouanga (Bobichon, 76’), Thioub (Alakouch, 54’), Alioui. Non entrés en jeu : Valette (g.), Landre, Miguel, Bobichon, Guillaume. Entraîneur : Bernard Blaquart.

Article source: https://www.letelegramme.fr/football/ligue-1-rennes-quel-feu-d-artifice-22-12-2018-12169658.php