Lorraine: Huit militants de Greenpeace jugés après le feu d’artifice …

Des militants de Greenpeace ont tiré un feu d'artifice depuis le site de la centrale de Cattenom, en octobre dernier.

Des militants de Greenpeace ont tiré un feu d’artifice depuis le site de la centrale de Cattenom, en octobre dernier. — HO / GREENPEACE / AFP

Ce mardi s’ouvre au tribunal de grande instance de Thionville (Moselle) le procès des huit militants antinucléaires et du directeur général de Greenpeace France. Poursuivis pour « intrusion en réunion et avec dégradation dans l’enceinte d’une installation civile abritant du matériel nucléaire », ils encourent jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende.

A lire aussi : VIDEO. Greenpeace sera jugé après le feu d’artifice à la centrale nucléaire de Cattenom

Un feu d’artifice près des piscines de combustible

En octobre 2017, une quinzaine de militants s’étaient introduits sur le site de la centrale nucléaire de Cattenom, en franchissant les deux barrières de sécurité pour accéder au bâtiment abritant la piscine de combustible nucléaire. De là, ils ont tiré un feu d’artifice. Les militants avaient diffusé sur Twitter la vidéo du feu d’artifice.

Pour Roger Spautz, chargé de campagne nucléaire pour Greenpeace Luxembourg, il s’agissait d’attirer l’attention sur la fragilité des bâtiments avec piscine « qui ne sont pas protégés, contrairement aux bâtiments avec réacteurs ». Au-delà, l’organisation voulait également « montrer que l’on peut s’introduire dans une centrale nucléaire ».

Cette action faisait suite au rapport alarmiste sur l’état des centrales nucléaire en France que Greenpeace avait remis aux autorités, pointant en particulier la fragilité des piscines où sont entreposés les combustibles usagés.

A lire aussi : VIDEO. Greenpeace tire un feu d’artifice sur le site de la centrale nucléaire de Cattenom, plusieurs interpellations

Une mobilisation en soutien aux militants jugés

Les militants avaient alors été stoppés par les gendarmes, et huit d’entre eux avaient été interpellés. Aucun impact sur la sûreté des installations n’avait toutefois été constaté, selon EDF.

Ce mardi, Greenpeace appelle à la mobilisation en soutien aux millitants de Greenpeace France, à 11h30, place de la mairie de Thionville. L’ONG enjoint également EDF à entreprendre les travaux nécessaires pour renforcer la protection de ses centrales, très vulnérables aux attaques extérieures.

Article source: https://www.20minutes.fr/justice/2227659-20180226-lorraine-huit-militants-greenpeace-juges-apres-feu-artifice-tire-centrale-cattenom feux d'artifice, , artificier /