Lourdes s’est enlevé une épine du pied

Est-ce la présence des internationaux lourdais Michel Arnaudet, André Campaès et Alain Caussade qui insufflait une dynamique offensive aux jeunes lourdais lesquels n’avaient pas convié leurs supporters à pareille fête depuis bien longtemps ? Le pack ‘’rouge et bleu » prônant la révolte sous les yeux des connaisseurs Jean-Pierre Garuet, Louisou Armary et Michel Hauser, approvisionnaient leur ligne arrière qui réalisait un véritable feu d’artifice, durant la première mi-temps. Trois mouvements devaient faire mouche, mais les Lourdais pêcheront dans la finition, sur deux actions, notamment. Parce que, sur la troisième, Roch Aguerre auteur d’une chevauchée solitaire de 75 m. marquait bel et bien un superbe essai. En pointant, il touchait le poteau de but et le juge de touche visiteur s’empressait bien vite de signaler un passage en touche peu évident. Dommage, tant le FCL méritait de virer en tête à la pause, au vu de sa domination quasi constante. Au contraire, il pliait sur deux belles actions gersoises qui permettaient à ces derniers de mener de 9 points.

Mais le rugby garde toujours une part d’indécision dans ses rebonds. Aux essais de lumière se refusant aux Lourdais, il offrait un essai casquette, un de ces essais à zéro passe qui compte autant de points qu’un essai où toute l’équipe touche la balle. Suite à un dégagement d’Anel qui trouvait une touche aux 20 m.gersois, le lancer pour les joueurs de l’Astarac échouait dans les bras de Burgueno-Reyes, très actif, qui profitait de l’aubaine et remettait les siens en selle.

Il restait tente minutes pour que la victoire choisisse son camp. Les joueurs de l’Entente tenteront bien de faire la décision en confiant les clés du camion à leurs avants.

Mais les Bigourdans, mis à rude épreuve par les coups de boutoir des Tapasu and Co, ne fléchiront pas. Grâce à une défense hermétique, restant soudés collectivement, ils préserveront une victoire acquise sur la plus petite marge mais qui leur permettra de disputer les deux dernières rencontres sans avoir une épée de Damoclès au-dessus de leurs têtes.

Article source: https://www.ladepeche.fr/2019/03/26/lourdes-sest-enleve-une-epine-du-pied,8091370.php