Marche en mémoire des victimes du drame de la disco

Marche en mémoire des victimes du drame de la disco

Bucarest

Ils étaient près de 10’000 à afficher leur solidarité envers les victimes de l’incendie d’une discothèque à Bucarest qui a fait au moins 30 morts.

  •   Imprimer

Marche en mémoire des victimes.

Marche en mémoire des victimes.

Articles en relation

  • Deuil national après le drame dans la disco
  • Un incendie fait 27 morts dans une disco de Bucarest

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager Commenter


Votre email a été envoyé.

Des milliers de personnes sont descendues dans les rues de Bucarest dimanche pour exprimer leur solidarité envers les victimes de l’incendie meurtrier dans une boîte de nuit, dont le bilan de 30 morts risque de s’alourdir de façon «significative», selon le gouvernement.

Environ 10’000 personnes, selon la gendarmerie, ont marché de l’emblématique place de l’Université – haut lieux du soulèvement populaire contre le régime communiste il y 25 ans – vers les lieux du drame où de nombreux autres Bucarestois se recueillaient devant une mer de fleurs et de cierges déposés depuis samedi.

Trois blessés, gravement brûlés, ont succombé à leurs blessures dimanche, portant le bilan de la tragédie à 30 morts, en majorité des jeunes dont un mineur de 15 ans.

«Je suis venu rendre hommage à ceux qui sont morts et montrer mon soutien aux blessés qui luttent pour survivre», a déclaré Gabriel Mistodie, la trentaine.

Nous aurions dû «manifester avant, pour dire que nous n’entrons plus dans de tels établissements car nous ne sommes plus en sécurité», relevait de son côté Oana, 30 ans, alors que des manquements au règles élémentaires de sécurité ont été pointés du doigt, notamment par le chef de l’Etat Klaus Iohannis.

«C’est une tragédie provoquée d’une certaine manière par la corruption, l’indifférence et l’incompétence, et je pense que c’est un signal que les choses doivent changer dans la société roumaine», estime Gabriel Mistodie.

Show pyrotechnique

Dimanche, quelque 140 personnes étaient toujours hospitalisées, a annoncé le secrétaire d’Etat Raed Arafat, dont 35 «sont dans un état critique». 29 des blessés n’ont toujours pas pu être identifiés, selon le parquet.

«Nous craignons que le nombre des morts augmente de façon significative», a-t-il ajouté, à l’issue de la réunion d’un groupe de travail sur la situation au Palais Victoria, siège du gouvernement.

Vendredi, 300 à 500 jeunes venus assister à un concert du groupe local de hard rock Goodbye to Gravity s’étaient entassés dans la discothèque Colectiv situé au coeur de la capitale lorsqu’un show pyrotechnique a déclenché un incendie.

Selon plusieurs témoignages, la plupart des victimes ont été intoxiquées par une fumée épaisse qui a envahi le local, avant d’être rattrapées par les flammes.

Le Parquet général, chargé de l’enquête, doit auditionner les trois actionnaires du club, installé dans une ancienne fabrique de chaussures.

Les médias ont accusé les propriétaires, mais aussi les autorités, d’«irresponsabilité».

Autorités accusées

«Coïncidence, malédiction ou indolence criminelle?», s’est interrogé ainsi en Une le quotidien Evenimentul Zilei, selon lequel deux autres discothèques détenues par l’un des patrons de Colectiv ont déjà été détruites par des incendies ces dernières années.

L’éditorialiste du journal Gandul a accusé pour sa part les autorités de ne pas avoir durci les contrôles dans les lieux de nuit après des accidents similaires, moins meurtriers toutefois.

De nombreuses irrégularités ont déjà été identifiées. Une seule porte était ouverte dans la discothèque, qui ne disposait d’aucune sortie de secours. En outre, des matériaux inflammables de mauvaise qualité ont été utilisés pour l’isolation acoustique, ce qui a accéléré la propagation du feu, selon une source policière.

La boîte de nuit ne disposait pas des autorisations requises pour accueillir des concerts et encore moins des shows pyrotechniques, a également souligné Raed Arafat.

Les enquêteurs veulent entamer rapidement l’audition des témoins. «Nous avons identifié ceux parmi les blessés hospitalisés dont l’état de santé permet de raconter ce qui s’est passé», a indiqué le Parquet.

(afp/nxp)

Créé: 01.11.2015, 17h54


Votre email a été envoyé.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Merci de votre participation, votre commentaire sera publié dans les meilleurs délais.

Merci pour votre contribution.

S’il vous plaît entrer un commentaire.

J’ai lu et j’accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

Connecté avec Facebook


Se déconnecter de FacebookConfidentialité

Connectez-vous avec Facebook


S’il vous plaît entrer un nom valide.


S’il vous plaît indiquez le lieu géographique.


Ce numéro de téléphone n’est pas valable.


S’il vous plaît entrer une adresse email valide.


Veuillez saisir deux fois le même mot de passe

S’inscrire
Fermer

Vous devez lire et accepter la Charte de commentaires avant de poursuivre.

Nous sommes heureux que vous voulez nous donner vos commentaires. S’il vous plaît noter les règles suivantes à l’avance: La rédaction se réserve le droit de ne pas publier des commentaires. Ceci s’applique en général, mais surtout pour les propos diffamatoires, racistes, hors de propos, hors-sujet des commentaires, ou ceux en langues étrangères ou dialecte. Commentaires des noms de fantaisie, ou avec des noms manifestement fausses ne sont pas publiés non plus. Plus les décisions de la rédaction n’est ni responsable déposée, ni en dehors de la correspondance. Renseignements téléphoniques ne seront pas fournis. L’éditeur se réserve le droit également à réduire les commentaires des lecteurs. S’il vous plaît noter que votre commentaire aussi sur Google et autres moteurs de recherche peuvent être trouvés et que les éditeurs ne peuvent rien et est de supprimer un commentaire une fois émis dans l’index des moteurs de recherche.




 auf Facebook publizieren 

Veuilliez attendre s’il vous plaît





No connection to facebook possible. Please try again.
There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Fermer

<!– –>




Article source: http://www.lematin.ch/monde/Marche-en-memoire-des-victimes-du-drame-de-la-disco/story/29420455