Nice : premier feu d’artifice depuis l’attentat du 14 juillet

«On n’oublie pas mais on reprend le cours des festivités.» Sophie était aux premières loges samedi soir pour assister au feu d’artifice tiré à Nice. Une soirée symbolique puisque, il y a bientôt deux ans, un camion a foncé dans la foule sur la Promenade des Anglais, tuant 86 personnes venues assister au feu d’artifice. C’est donc la première fois depuis le 14 juillet 2016 qu’un tel événement était organisé à Nice.

Massées sur un quai situé dans le prolongement de la Promenade des Anglais, environ 50.000 personnes, dont beaucoup de familles avec enfants, selon la mairie, ont assisté au spectacle.

Environ 50.000 personnes étaient présentes.
Environ 50.000 personnes étaient présentes. YANN COATSALIOU/AFP
Premier feu d'artifice à l'occasion de la Fête du Port.
Premier feu d’artifice à l’occasion de la Fête du Port. YANN COATSALIOU/AFP

Le rendez-vous a été donné à l’occasion de la Fête du Port. Gratuite, la manifestation était entourée d’importantes mesures de sécurité, unanimement appréciées et assurant un confinement des spectateurs derrière des herses en béton et des portiques de sécurité où des agents contrôlaient les sacs. «La Fête du Port, c’est le premier événement où l’on se retrouve entre Niçois depuis l’attentat, c’est gratuit et populaire, ça attire les mêmes personnes qu’aux 14 juillet. Là, on se sent en sécurité», confie Aurélie, une infirmière de 39 ans dont une collègue a perdu son mari dans l’attentat.

Le spectacle a été conçu par la même équipe d’artificiers que celui du soir de l’attentat il y a deux ans. Huit artificiers étaient postés le long de la digue, d’après Nice-Matin .

«50.000 personnes ont assisté à cette fête, ont admiré cet arbre de vie. C’était une nécessité. C’était permettre à

Christian Estrosi: «On n'avait pas encore reconquis le terrain d'une fête populaire.»
Christian Estrosi: «On n’avait pas encore reconquis le terrain d’une fête populaire.» YANN COATSALIOU/AFP

chacun, tout doucement, lentement, de se dire que la vie reprend ses droits», a déclaré au quotidien le maire de la ville Christian Estrosi. «Ma première pensée va vers les 86 victimes et leurs familles. Ce soir, la vie est plus forte que la mort. Aux artisans de la barbarie, je veux dire que Nice est debout, plus forte que jamais. Aux Niçoises et aux Niçois, à tous ceux qui sont venus, je veux dire qu’ils ont montré leur courage. (…) Ce rassemblement, rien ne pourra l’ébranler. Nice a retrouvé, ce soir (samedi), sa dignité et sa fierté», a-t-il pousuivi.

Renouer avec le feu d’artifice? «Ça fait du bien, c’est comme un regain de vie après une sorte de sommeil qui s’était installé», assure Jean-Louis, un Niçois de 48 ans. «Il ne faut pas que ça s’arrête, ajoute une mère de famille. Nice sans feu d’artifice, ce n’est plus Nice.»

Concurrencé par Cannes qui organise un festival international de chaque été, Nice espère proposer un autre feu d’artifice pendant la saison touristique. Mais il n’aura lieu ni le soir de la fête nationale ni le lendemain comme dans le reste de la France. À partir de 2019, Nice renouera avec la tradition du feu d’artifice tiré pour la fête nationale. Celui-ci aura lieu le 15 juillet et non le 14.

Article source: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/06/10/01016-20180610ARTFIG00025-nice-premier-feu-d-artifice-depuis-l-attentat-du-14-juillet.php feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie