Nicolas Pépé, un tampon pour l’avenir


Nicolas Pépé, un tampon pour l'avenir

Nicolas Pépé, un tampon pour l’avenir

Buteur et double passeur décisif face au PSG dimanche soir, Nicolas Pépé est venu s’offrir un feu d’artifice avant de quitter le Nord en fin de saison. Désormais, l’heure du choix arrive.

Ce mec le répète depuis des mois : il sait d’où il vient, où il va et comment il y va. Dès la fin du mois de septembre, quelques semaines après avoir refusé de rejoindre l’Olympique lyonnais et choisi de rester à Lille, Nicolas Pépé avait prévenu lors d’un entretien donné à L’Équipe : « Je n’ai pas terminé ce que j’ai à faire ici. J’ai un plan de carrière bien défini. » Sept mois plus tard, tout le monde savait. Tout le monde savait que le LOSC, dauphin qui nageait à vingt points du PSG au coup d’envoi, jouerait sa chance. Parce que c’était un soir de « fête« , parce que c’était une nuit pour valider une saison plus que positive et parce que c’était, aussi, un match pour lui. Alors, dimanche soir, Pépé, avec son pas affûté et félin, est arrivé sur les planches de Pierre-Mauroy et a transformé la fin de week-end de son club en un film fantastique dont il s’est approprié le rôle du super-héros. Comment ? En grand : avec le regard déterminé du tigre incapable de tolérer la défaite, en excellant entre les lignes, en étant à l’origine de l’ouverture du score des siens, en doublant la mise et en offrant deux passes décisives à Gabriel et José Fonte. Ce qui vient dessiner autre chose : on attendait Nicolas Pépé sur un tel film et il a brillé, symbolisant l’insouciance d’un LOSC joueur et brillant vainqueur du PSG (5-1).

Le joueur sourire

Une certitude ce soir : demain, l’Ivoirien fera ses valises. Son président Gérard Lopez l’a confirmé dans la matinée au micro de Téléfoot, avouant que son joueur « entre dans une fourchette de prix » que le LOSC ne peut plus assumer, et tout ça n’est que l’issue logique à la saison délirante d’un type débarqué dans le monde pro à dix-huit ans et en qui tout le monde n’a pas toujours cru. La faute à des difficultés à rentrer dans les moules du circuit, à se plier à la rigueur et à l’autorité, avant que le directeur du centre de formation d’Angers, Abdel Bouhazama, ne le prenne entre quatre yeux et lui inculque les règles du « monde du travail« . Aujourd’hui, Nicolas Pépé a 23 ans, s’est fabriqué ses propres limites, joue avec elles et brille surtout par sa liberté de création. C’est ce qu’il a de nouveau montré face au PSG, réduit à dix et amputé de nombreux

Lire la suite de l’article sur SoFoot.com

Article source: https://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/nicolas-pepe-un-tampon-pour-l-avenir-0ac469565bc3ac93934ff02d7677d56a