Première diffusion en direct à partir d’un drone pour Radio-Canada – ICI.Radio

La diffusion en direct avec des drones comporte plusieurs défis, dont celui du décalage entre les images en temps réel et celles qui sont diffusées sur Facebook, mais aussi la courte durée des batteries. « On peut voler 15 minutes avec le drone, mais les feux d’artifice durent 30 minutes », explique Thomas Le Jouan, chef de la recherche et du développement aux services numériques à Radio-Canada.

« Être là où les usagers sont »

L’idée de miser sur le direct, notamment avec les drones, est d’offrir une perspective différente aux internautes et « d’être là où les usagers et les utilisateurs sont », dit Thomas le Jouan.

« Ce qu’on observe beaucoup avec les diffusions en direct, c’est la qualité de commentaires et de partages qui est beaucoup plus importante que sur les publications traditionnelles », ajoute-t-il.

Le potentiel de toucher du public à l’international est aussi un avantage de cette formule en direct. « On demande souvent aux personnes qui se joignent au direct de nous dire d’où ils nous regardent. On reçoit des messages du Japon, de Colombie, de France, donc l’expérience est plutôt très bien accueillie », souligne Thomas Le Jouan.

Dans les coulisses de feux d’artifice

Plus tôt cet après-midi, la chroniqueuse Marie-Eve Tremblay est allée observer les coulisses des feux d’artifice à La Ronde, au parc Jean-Drapeau. La diffusion de sa vidéo a fait réagir plusieurs internautes qui étaient intrigués du fonctionnement des feux et surpris de toute la préparation qu’il pouvait y avoir pour une seule soirée.

En compagnie de Paul Csukassy, directeur technique de l’International des Feux, Marie-Eve Tremblay s’est promenée sur le site ensablé où travaillent de 20 à 25 personnes tous les soirs de feux d’artifice.

Article source: http://ici.radio-canada.ca/regions/montreal/2016/07/27/002-feux-artifice-montreal-coulisses-loto-quebec-parc-jean-drapeau.shtml