Thor Ragnarok, un feu d’artifice d’éclats de rire (critique)

Quatre ans après la sortie de « Thor : Le Monde des ténèbres », le dieu du tonnerre fait son grand retour dans « Thor : Ragnarok » pour un troisième opus Marvelous. Une suite haut en couleur, en rire et en coupe de cheveux.

 

Nous sommes deux ans après les évènements d’Avengers : L’Ère d’Ultron. Armé de son iconique sarcasme, de ses jolis pectoraux (et de pouvoirs divins, quand même), Thor parcourt le cosmos et se voit confier la périlleuse mission d’empêcher le Ragnarok, nom donné à l’apocalypse asgardienne susceptible de résulter en la destruction de sa planète et de sa civilisation. Une mission un tantinet sérieuse pour le plus « awkward » des super-héros, presque aussi sérieuse d’ailleurs que celle entreprise par Taika Waititi. Avec Thor : Ragnarok, Waititi fait le pari fou de raviver l’amour des fans de Marvel pour un Avenger écrasé par deux films d’une cruelle absurdité. Surprise générale, il réussit.

Check out the new International poster for #ThorRagnarok! #Thorsday ⚡️

Une publication partagée par Marvel Studios (@marvelstudios) le 24 Août 2017 à 12h25 PDT

Cheveux courts, marteau en moins, c’est métamorphosé que le dieu du tonnerre est apparu en mars dernier, alors que démarrait à peine la promotion du film. Et si dire adieu aux mèches blondes iconiques du super-héros a d’abord été difficile, c’est finalement pour le meilleur que celui-ci est allé faire un tour chez le coiffeur. Plus drôle, plus décomplexé et aussi et surtout bien plus coloré que ses prédécesseurs, Thor : Ragnarok marque le début d’une nouvelle ère, pour le dieu du tonnerre et pour le Marvel Cinematic Universe tout entier.

Chris Hemsworth le traverse avec toute la grâce (ou pas) et l’humour qui le caractérisent.

Les performances de Mark Ruffalo (Hulk) et Tom Hiddleston (Loki) viennent sublimer le tout, prouvant que Thor est encore capable de porter un film digne de recevoir les grosses têtes de l’univers Marvel. Mieux encore, le film permet l’introduction de l’asgardienne Valkyrie, brillamment campée par une Tessa Thompson dont la place dans le MCU est déjà toute gagnée. Thor : Ragnarok s’offre même le luxe d’une super-vilaine charismatique en la personne de Cate Blanchett, qui incarne une Hela sauvage et convaincante. A croire que Thor avait vraiment besoin d’un makeover pour assurer sa survie. Alors oui, Thor n’est plus vraiment Thor, mais on ne l’a jamais autant aimé.

Crédit photo : Instagram marvelstudios

Article source: http://nextplz.fr/actualite/content/2452132-thor-ragnarok-un-feu-d-artifice-d-eclats-de-rire-critique