Un “feu d’artifice” pour la dixième édition de MusicaSète

Succédant aux Soirées lyriques depuis 2010, le festival MusicaSète égaye chaque année le début du printemps sur l’Île singulière. On le doit à l’initiative de Franck Fontcouberte, directeur artistique de l’Ensemble vocal de Montpellier, de l’orchestre Contrepoint et de la Chorale de Sète. Le chef d’orchestre nous parle de cette édition anniversaire, placée sous le signe de la diversité des genres…
Dites-nous quelques mots sur ce festival, dont c’est la 10e édition cette année.
Depuis 2010, il y a eu beaucoup de chemin parcouru. L’idée du festival est de rendre la musique classique accessible à tous. Cette année, je voulais faire un métissage entre les fidèles du festival et de nouveaux solistes, et entendre des pièces originales. J’aime bien donner des grands classiques pour que les spectateurs soient attirés par des valeurs sûres, mais aussi leur jouer des pièces qu’ils ne connaissent pas. 
J’ai toujours cette envie de vouloir ouvrir un maximum la musique classique. Pour cette édition, j’ai invité des solistes venant de différents pays : la Chine, le Liban, l’Allemagne, l’Angleterre, l’Écosse et la France.
Quel est le programme ?
Nous commençons avec un concert de musique de chambre assuré par le quatuor Aurea, qui jouera des œuvres du grand répertoire (Beethoven, Brahms) et rendra hommage au compositeur anglais Franck Bridge.
Vendredi, le concert sera placé sous le signe de la rencontre entre les cultures occidentales et orientales. La pièce d’Arvo Part, du même titre que le concert, illustre tout particulièrement ce thème.
Et samedi, c’est un feu d’artifice parce qu’on aura six solistes invités. 
Nous commencerons par le triple concerto de Beethoven. J’ai invité le trio original des sœurs Michel avec lesquelles j’ai déjà eu l’occasion de travailler. En seconde partie, on aura la messe de Sainte-Cécile de Charles Gounod. J’ai choisi cet air parce que Sainte-Cécile est la patronne des musiciens. 
Je voulais aussi le faire découvrir parce qu’il s’agit d’une œuvre peu connue de Gounod. En tout, nous aurons 130 choristes, la Chorale de Sète, l’Ensemble vocal de Montpellier, l’orchestre symphonique du Contrepoint et trois solistes, dont le Sétois Frédérik Fournier.
Pourquoi ce festival attire-t-il tant ?
Peut-être par rapport à l’idée qui est développée. C’est un festival qui veut aller vers le public. Tout le monde peut y trouver son compte, c’est pour cela qu’il est bien ancré à Sète.

Théâtre Molière – 20 h 30    Tarifs : 20 €, 15 €, gratuit pour les moins de 12 ans. Pour un billet acheté, un billet offert pour le concert du 22 mars (dans la limite des 100 premiers billets vendus).
Billetterie à l’office de tourisme, tél : 04 99 04 71 71.

Article source: https://www.midilibre.fr/2019/03/11/un-feu-dartifice-pour-la-dixieme-edition-de-musicasete,8061517.php