Wavre: nouveau recours contre Walibi

A
ce niveau de bruit pendant pratiquement huit jours d’affilée à Halloween, je peux vous assurer que cela tape sur les nerfs. On vit dans le stress permanent. »

Philippe Platteau, le président de l’ASBL Les Versants de la Dyle, qui compte une centaine de riverains de Walibi, ne peut pas mieux décrire les effets du permis wallon du 7 juillet 2015 autorisant dix journées exceptionnelles, sans limitation de bruit, accordée au parc d’attractions. Des soirées qui peuvent durer jusqu’à 23 h et se terminer par un feu d’artifice.

Raison pour laquelle l’ASBL avait immédiatement attaqué le permis au Conseil d’État. Il a cependant fallu attendre fin 2017 pour que l’auditeur annonce son intention d’estimer le permis illégal. Avec la réaction immédiate du ministre wallon qui annulait le premier permis unique pour en signer un nouveau, en date du 11 janvier.

La notion de « journées exceptionnelles » y est recadrée, justification comprise. Les feux d’artifice ne peuvent plus durer que 30 minutes, entre 20 h et 21 h d’octobre à mars, mais toujours entre 22 h et 23 h d’avril à septembre. Et apparaît une limite de bruit pour toute la journée, hors feu d’artifice, à 60 dBA.

Niveau de bruit triplé

« Dans les zones d’habitat, le gouvernement wallon avait limité le taux maximal de bruit à 55 dBA en journée, constate Denis Brusselmans, l’avocat des riverains. Autoriser 60 dBA pendant dix jours exceptionnels revient à réautoriser le “No limit”. Entre 55 et 60 dBA, cela équivaut, en effet, à tripler le niveau de bruit… »

Et Philippe Platteau d’ironiser : « On a doucement ri. Le ministre impose à Walibi dix jours de fermeture en compensation pour ces dix jours exceptionnels. Mais Walibi est déjà fermé tout l’hiver ! C’est vraiment se moquer de nous. De plus, il faut savoir que, pendant un feu d’artifice, on peut atteindre les 70 dBA. »

Un nouveau recours a donc été déposé par les riverains, avant que ne soit lancée l’enquête publique pour le nouveau permis. Soit 1.300 euros rien que pour le dépôt, plus les frais d’avocat. Sauf qu’ils vont récupérer les 1.300 euros de départ puisqu’ils ont gagné leur premier recours.

Article source: http://www.lesoir.be/146466/article/2018-03-20/wavre-nouveau-recours-contre-walibi feux d'artifice, , artificier /