La Fête – Domaine de Saint Cloud

Le mardi 13 mai 2014

La Fête c’est un spectacle multi-artistique qui enfin rend aux vraies festivités leurs lettres de noblesse. Dans les sublimes jardins du parc de Saint-Cloud, qui accueillaient autrefois les plus belles fêtes de France, ce sont tous les plaisirs et toute la féerie d’antan qui renaissent. Sous les mains virtuoses de François-René Duchâble, Macha Méril interprétera une véritable ode à la joie sous un ciel illuminé de milliers d’étoiles scintillantes et crépitantes. Des feux d’artifices merveilleux mais aussi un fantastique ballet de jets d’eau, de lumières et la présence féérique de cerfs-volants.

La fête c’est quand un groupe d’amis, professionnels du spectacle et amoureux de la vie décident d’unir leurs talents pour restaurer la fête dans sa dimension la plus folle et la plus intense !

Dans un climat morose où le rêve, la joie et la féerie manquent de place, où il est parfois mal vu de se réjouir, la Fête prend le contrepied de cet état d’esprit pour renouer avec l’enthousiasme, le rire et le bonheur d’émerveiller.
Une initiative personnelle prise par une poignée de joyeux révoltés qui font de leur métier une arme contre l’ennui et qui décident de produire aujourd’hui leur propre spectacle.

Libres des contraintes budgétaires, des obligations de rentabilité ou du souci de l’image, ils ne poursuivent qu’un objectif : s’amuser, vous amuser pour Redécouvrir ensemble le plaisir de s’émerveiller.

François-René Dûchable, pianiste

Naturellement doué pour le clavier, François-René Duchâble entre au Conservatoire national supérieur de Musique qui lui décerne à 13 ans le Premier Prix de Piano. Trois ans plus tard (à 16 ans), il se classe onzième au Concours musical international Reine Élisabeth de Bruxelles, où Arthur Rubinstein remarque son talent et lui prodigue de précieux encouragements. En 1973, il remporte le Prix de la Fondation Sacha-Schneider. Depuis, il s’est produit en récital à travers le monde, en Europe, aux États-Unis, au Canada et au Japon.

Macha Méril, comédienne

Née pendant la guerre de 40 de parents russes réfugiés en France après la Révolution de 17, Macha Méril a montré tôt des dispositions pour le théâtre et le cinéma. Élève du cours Dullin (TNP), elle abandonne ses études de lettres pour répondre à ses premières propositions de films, La Main Chaude de Gérard Oury, et Le Signe Du Lion d’Éric Rohmer.

Jean-Éric Ougier, scénographe
Si Jean-Éric Ougier fait référence en la matière, c’est peut-être parce que sa fascination pour le feu ne date pas d’hier « Ma vocation est née à cinq ans, devant un fabuleux feu d’artifice tiré à Annecy». Il a beau célébrer ses 30 ans de métier et de passion, Jean-Éric Ougier continue de se battre et se débattre. « L’art du feu ne s’enseigne pas. Le métier d’artificier n’est pas reconnu par les élites intellectuelles et pourtant nos spectacles fédèrent un public considérable. Contrairement à l’Espagne, le feu d’artifice n’est pas considéré chez nous comme un art à part entière. Les fans sont de plus en plus nombreux mais les fabricants de poudre, dans notre pays, se font rares ».

La fête, une initiative de Jean-Éric Ougier et la société Fêtes et Feux
Spécialiste des grands événements pyrotechniques depuis trente ans, signataire du 14 juillet de Paris, du Grand Feu de Saint-Cloud, des Nuits de feu de Chantilly, etc. Fêtes et Feux produit également dans toute la France des spectacles artistiques avec les plus grands talents de la danse, du théâtre, du cirque et de la musique.

Le Domaine National de Saint-Cloud : un site extraordinaire à ciel ouvert
Situé aux portes de Paris, le domaine national de Saint-Cloud offre aux amoureux de la nature 460 hectares de jardins animés de fontaines et de sculptures, dans la majesté des perspectives dessinées par André Le Nôtre.
. La Fête aura lieu sur le site extraordinaire des 24 jets, au sommet du Parc, qui regroupe de merveilleux bassins surplombant la ville de Paris.

Crystal group
Conçoit, crée et réalise des décors, des mises en scène, des spectacles et jeux autour de l’Eau. Spécialistes de l’éphémère, Crystal group conçoit également des fontaines, des décors fixes fabriqués et usinés dans ses ateliers.

Magnum
Depuis 1986 Magnum met son savoir-faire et son matériel à disposition des acteurs des industries du spectacle et de l’événement. Une véritable expertise en prestation lumière, son, vidéo, énergie et structure.

Porté par le vent
est né de la passion de Christophe Martine qui débutait le parapente en 1987 à l’âge de 14 ans. Depuis il a trouvé un nouveau support pour faire partager sa passion de « l’Air et du Vent » aux plus jeunes : des ateliers de création de cerfs volants. Des objets volants non identifiés, merveilleux, tout droit sortis d’un imaginaire de contes de fées.

ICO événements
ICO est composée d’un directeur de projet qui s’adjoint à la demande des régisseurs confirmés, des techniciens spécialisés et des assistants de production chevronnés. Nous sommes en mesure de répondre directement à des appels d’offre publics. En référence : Ville de Paris, Communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise, Armada de Rouen, Ville d’Annecy… Nous travaillons aussi et de manière privilégiée avec des agences partenaires : Fêtes et Feux Prestations et Pixpocket.


Article source: http://www.artistikrezo.com/2014032115729/actualites/musique/la-fete-domaine-de-saint-cloud.html

L’artificier Pascal Albizu s’en est allé

Publicité

B

osseur, artiste, bouillant, vivant, épicurien, tenace, débordant d’énergie, pourvu d’un fort caractère, ce sont les qualificatifs employés par ses amis pour décrire Pascal Albizu. C’est un homme très attaché à sa commune, au monde des festivals qui a disparu, à 55 ans, vendredi.

Publicité

Très jeune, il entre au chantier du prieuré. Pendant dix ans, il s’est investi avec toute l’énergie dont il était capable, dans la restauration de ce haut lieu patrimonial et culturel macarien. Électricien de formation, il a d’abord travaillé chez un artisan local avant d’intégrer la fonction publique territoriale, comme projectionniste à Léognan. Bon comédien et amoureux des planches, il intervient dans des critiques caricaturales de la vie publique macarienne fort appréciées. Mais ce n’est que plus tard qu’il va pouvoir vivre pleinement sa passion pour la pyrotechnie.

Fasciné depuis sa plus tendre enfance par les feux d’artifices, il saute le pas lors du festival verdelaisien Rêve ou meurt. Puis, il enchaîne avec l’embrasement des carnavals de Saint-Macaire et de Saint-Pierre d’Aurillac.

En 1989, il quitte la fonction publique pour transformer la poudre en une multitude d’étoiles et devient Bizu, l’artificier. Il va alors laisser libre court à son côté artistique car, pour lui, la création d’un feu d’artifice était un art. « La pyrotechnie, c’est la mise en place d’un décor éphémère dans l’espace… », se plaisait-il à dire.

Son objectif était d’essayer de mettre en scène des spectacles associant la pyrotechnie, le conte, la musique et la danse. L’alose de feu, un des moments incontournables du Festival des fifres de Garonne et de la Fête de l’alose, en était le symbole et montrait l’immense attachement que « Bizu » vouait à cette Garonne dont il se sentait si proche. Aujourd’hui, il a rejoint le monde qui l’a toujours fait rêver, celui des étoiles.

Ces obsèques ont lieu cet après-midi, à 16 heures, au cimetière de Saint-Pierre d’Aurillac.

Pascal Albizu et son alose de feu, symbole du Festival des fifres de Garonne. archives Patrick Izaute

Article source: http://www.sudouest.fr/2014/03/04/l-artificier-pascal-albizu-s-en-est-alle-1479498-3131.php

Un danseur de rue accroche des feux d’artifice à ses baskets

A Stuttgart, en Allemagne, un danseur de breakdance a associé son art à un spectacle de pyrotechnie. Il avait ainsi accroché à ses baskets des feux d’artifice, laissant place alors à un spectacle unique.

En Allemagne, pour fêter la nouvelle année de manière originale, le danseur Lil Amok a réalisé une performance époustouflante. Ce danseur de rue a décidé d’accrocher des feux d’artifice à ses baskets. Une fois la mèche allumée, Lil Amok nous a alors offert un spectacle impressionnant.

Il mélange danse et pyrotechnie

Accompagné de ses amis, Lil Amok a voulu marquer le passage à la nouvelle année. Pour ce faire, il a donc eu l’idée complètement folle, et dangereuse, de mettre des feux d’artifice sur ses baskets. C’est donc en feu qu’il entame sa prestation. D’ailleurs, ses amis savaient à quel point cet exercice pouvait être risqué. Juste après avoir allumé la mèche, ils sont partis se mettre à l’abri. 

Ce danseur de breakdance prouve qu’il n’a pas froid aux yeux. Il réalise cette performance incroyable et périlleuse. Ces feux d’artifice constituent un véritable danger pour le danseur mais également pour son public. Fort heureusement, il se trouvait dans une zone isolée et il n’était entouré que de ses amis. Ce groupe a donc tout fait pour offrir un maximum de sécurité aux habitants de Stuttgart, où se déroulait cette démonstration.

Une performance surprenante mais dangereuse

Ce petit feu d’artifice est d’autant plus impressionnant que Lil Amok dansait en même temps que les éclats de lumières s’échappaient de ses chaussures. Le résultat est tout simplement magnifique. Le jeu de lumière proposé par ce feu d’artifice est une réussite totale. En plus du feu d’artifice, les internautes peuvent également profiter des talents de danseur de Lil Amok.

Toutefois, ce danseur n’est pas complètement fou puisqu’il met en garde son public en accolant un avertissement au titre de sa vidéo pour éviter que ses fans ne cherchent à reproduire la même scène. En effet, il avait avec lui tout un groupe d’amis et un spécialiste en pyrotechnie pour l’entourer.

Article source: http://www.gentside.com/breakdance/un-danseur-de-rue-accroche-des-feux-d-039-artifice-a-ses-baskets_art57844.html

Le Groupe F investit Istres et Marseille

Après notamment Marseille, le Rhône à Arles, les falaises à Cassis, le Château d’If ou la FrabricA d’Avignon, le Groupe F, comme “feu”, investit les berges de l’étang de l’Olivier et la colline du Castellan à Istres (18h) ainsi que le Vieux-Port de Marseille (19h), mardi prochain. Au programme, une œuvre multiforme, au carrefour du Land-Art, de la performance pyrotechnique et du théâtre à ciel ouvert. Mêlant eau et feu, musiques et récits, cette saga épique intitulée “Révélations” a parcouru les eaux pour transfigurer, par ses “lumières”, les espaces investis.

Des “révélateurs” sur un vaisseau de flammes

Le 7e volet à Istres devait être le dernier, mais Marseille aura le dernier mot avec un ballet de feu, de musique et d’images autour du Fort St-Nicolas, de ND-de-la-Garde, du Vieux-Port ou de la Digue du Large. Le Crystal Group réalisera un spectacle vivant de fontaines d’eau et de lasers dans le bassin du port : sculpture animée avec jet droit de 70m de haut entouré par huit jets oscillants et 32 jets arches balayant les airs. Ces jets s’animeront, faisant se succéder les tableaux et enchaînant rythmes doux et effrénés, le tout avec des jeux de lumière et une musique grandioses.

Pour Éric Binoud, directeur administratif du Groupe F, “Révélations” est « une réflexion sur les migrations et les explorations. Les photons [révélateurs] sont des éléments perturbateurs du lieu. Quand ils viennent sur un territoire, ils le valorisent par la musique, la scénographie, les projections vidéo ou la pyrotechnie en reprenant des éléments architecturaux, historiques ou géographiques liés à ce lieu et ses habitants. » Arrivant à Istres dans un vaisseau de flammes escorté par des embarcations de feu, les “révélateurs” vont provoquer une pluie d’étoiles et soulever des vagues de lumières avant de débarquer et de rejoindre l’hôtel de ville qui deviendra le théâtre d’illuminations. Un spectacle sans partition écrite, mais très poétique.

“Révélations”, épisode 7, esplanade Charles-de-Gaulle (étang Olivier), Istres MP2013 (navettes toutes les 15 minutes depuis le parking Audibert, à partir de 16h30), mardi 31 décembre, à 18 heures et au Vieux-Port de Marseille à 19 heures. Durée de chaque représentation : 30 à 35 minutes. Entrée libre.

Entreprise créée en 1990 aux alentours de Nîmes et installée à Mas-Thibert depuis 1994, le Groupe F emploie aujourd’hui 14 permanents et peut compter jusqu’à 50 intermittents, en fonction des demandes.

Reconnu dans le monde entier, il conçoit des spectacles sur mesure, du plus grandiose au plus modeste, toujours gratuits pour le public : de la finale de la Coupe du Monde de football 1998 à l’Exposition universelle de Lisbonne, en passant par la clôture des JO d’Athènes en 2004 et l’illumination de la Tour Eiffel pour le passage en l’an 2000 (véritable tournant pour le groupe F).

Pour 2014, le groupe a un projet avec le plasticien chinois Cai Guo Kiang.

Marie-Félicia ALIBERT

Vos commentaires

Article source: http://www.ledauphine.com/vaucluse/2013/12/28/on-continue-a-inventer-tout-en-lumiere

Tous les arts sont à Soissons en Sc’Aisne

Publié le vendredi 20 septembre 2013 à 14H00 – Vu
23 fois

Le concert de Gabriel Saglio et les Vieilles Pies aura lieu le samedi, Quai Saint-Waast.

SOISSONS – Soissons en Sc’Aisne revient les 28 et 29 septembre prochains. Les amateurs des arts de la rue, théâtre et musique pourront déambuler sur les bords de l’Aisne afin de découvrir les très nombreuses animations proposées.

Un programme riche et dense (une cinquantaine de rendez-vous sur deux jours) pour faire rire, surprendre et se détendre en famille, avec des productions principalement soissonnaises. Des temps forts au fil desquels le public est invité à déambuler, à écouter, voir, toucher, admirer, transpirer, applaudir, s’émerveiller, rire, courir, sauter, pédaler, ramer, chevaucher ou encore danser.
A noter cette année deux prestations immanquables : L’envolée spectacle pyrotechnique et le concert de Gabriel Saglio Les Vieilles pies.

 

AU PROGRAMME :

  • Quai Saint Waast : L’envolée par Eido, samedi de 20 h à 23 h ; concert de Gabriel Saglio Les Vieilles Pies, samedi à 21 h. Poutou sel et Mimi sucre par la Cie graine de malice, samedi à 11 h 30, 14 h, 16 h, 18 h et dimanche à 11 h, 14 h, 16 h, 18 h. Nicolas Quenée, samedi de 14 h à 19 h et dimanche de 10 h à 19 h. Capitaine Pic, samedi de 14 h à 22 h et dimanche de 10 h à 19 h. Nad boat, exposition itinérante à bord d’un bateau night day, samedi de 14 à 19 h et dimanche de 10 h à 19 h. La petite buvette dans la prairie par la Cie du butor, samedi à 15 h et 18 h. La petite buvette dans la prairie par Habanera, dimanche à 12 h 30, 15 h et 17 h. Lafleur en tournée, par la Cie picaresk, dimanche à 12 h, 15 h et 17 h. Développons-nous durablement, par la Cie la crète, dimanche à 16 h.
  • Quai de la halte fluviale : La caravane de Rosa Bonheur, par la compagnie Rosa Bonheur : samedi de 15 h à 17 h et de 20 h à 22 h, dimanche de 13 h 30 à 15 h 30 et de 16 h à 18 h. L’anniversaire de la princesse Xunaïra (dans la halte fluviale), par la compagnie Nomades : samedi à 15 h 30, 17 h 30 et 19 h 30, dimanche à 11 h 30, 15 h 30 et 17 h 30. Les passeurs de rêve, par la compagnie Acaly : samedi à 12 h, 15 h, 16 h, 17 h, 18 h, 19 h, 20 h et 21 h, dimanche à 11 h, 12 h, 14 h, 15 h, 16 h, 17 h et 18 h. L’homme de fer, par la compagnie Acaly : samedi à 15 h et 17 h, dimanche à 11 h 30, 15 h et 17 h. Spectacle du clown Cogito à l’espace bout’choux : samedi et dimanche de 14 h à 19 h. Bertha et Miranda, par la compagnie Presque siamoises : samedi à 15 h et 17 h. Spectacle du musicien Jean-Michel Mary, alias Pop’s : dimanche à 12 h 30. On the road toujours, par la compagnie Louise Rafale : dimanche à 15 h et 17 h.
  • Story Boat : Le journal d’un fou, par le Théâtre de grenier : samedi à 14 h. Le cabaret des enragés, par la MJC de la Vallée de l’Aisne : samedi à 15 h 30. Contes et raconte : samedi à 17 h. Les méfaits du tabac, par la compagnie Pass à l’acte : samedi à 18 h 30. Boyton, par Karim Mexian : samedi à 20 h 30. L’armoire à contes : dimanche à 11 h et 14 h. Anywhere out of the world, par la compagnie Petit Kayou : dimanche à 16 h. Concert « Autour de Mingus », avec Rémi Gadret : dimanche à 18 h.
  • Jardins de l’hôtel de ville : Le cercle boiteux de mon imaginaire, par la compagnie Zampanos : samedi à 14 h 30 et 16 h 30, dimanche à 15 h et 17 h. Contes et raconte : samedi à 15 h et dimanche à 14 h. Bob, transports en tout genre, par la compagnie L’arbre à vache : samedi à 15 h 30 et 18 h. Au p’tit poème, par la cie Apremont Musithea : dimanche à 11 h et 14 h.
  • Promenades du Mail : Concert d’Adèle Blanchin : samedi à 15 h. Concert de l’Harmonie municipale et Amis réunis de Soissons : dimanche à 11 h. Contes et raconte : dimanche à 16 h. Concert d’Abélio : dimanche à 15 h et 17 h 30.
  • Esplanade du Mail : L’art de la récupération ou calligraphie, par Séverine Rabozzi : samedi et dimanche de 14 h à 19 h. Toy Toy, la fabrique poétique, par la cie Le Roulotte Ruche : samedi à 16 h et 20 h 30 ; dimanche à 14 h et 16 h.
  • Salle des Fêtes : Les Cancres par l’ACS Théâtre : samedi à 11 h. Concert de l’ACS Chorale : samedi à 15 h. Le cabaret des enragés par la MJC de l’Aisne : samedi à 18 h. Le P’tit bal du dimanche : dimanche de 14 h 30 à 18 h.
  • Abbaye Saint-Léger : Les pinceaux voyageurs, au cloître : samedi et dimanche de 10 h à 19 h. Pôle Art, au cloître : samedi de 14 h à 19 h et dimanche de 10 h à 19 h. La crypte affaire résolue, par la cie Arts et nuits blanches, à la crypte : samedi à 15 h, 17 h, 20 h ; dimanche à 11 h 30, 15 h, 17 h 30. Les intempor’elles à l’abbaye : samedi à 14 h 30. O’Tango à l’abbaye, samedi à 16 h 30. La Campanella à l’abbaye, samedi à 19 h. Carnet de voyage à l’abbaye : samedi à 21 h. Amicale des portugais à l’abbaye : dimanche à 14 h. Amicale Tour de ville – Bois de sapin : dimanche à 16 h. Attchoo Dancin’The World : dimanche 18 h.
  • Spectacles en mouvement : Roultazig par le Philarmonique Trio : samedi et dimanche à 14 h 30, 16 h 30, 18 h. Les passeurs de rêve par la cie Acaly : samedi de 14 h à 22 h et dimanche de 10 h à 19 h. L’homme de fer par la cie Acaly : samedi à 15 h et 17 h. Jeu masqué par la cie Pass’à l’acte : samedi à 14 h 30 et 16 h 30 et dimanche à 12 h, 14 h, 16 h. A tout bout de chant : samedi à 16 h. Si Oh ! par Habanera Club : samedi à 12 h 30, 15 h 30, 17 h, 18 h 30. Garçons s’il vous plait ! dimanche à 14 h 30, 16 h, 17 h 30.
  • Marché de Soissons : Le cabaret des enragés par la MJC de l’Aisne : samedi à 10 h 30. Jeu masqué par la cie Pass’A l’Acte : samedi à 11 h. Les passeurs de rêves par la cie Acaly : samedi à 11 h. Si Oh ! par Habanera Club : samedi à 11 h 30.

 

 

PRATIQUE
Soissons en Sc’Aisne
Samedi 28 et dimanche
29 septembre.
Partout en ville et durant les deux jours.
(détails ci-dessous)
Entrée libre.



Article source: http://www.aisnenouvelle.fr/article/culturaisne/tous-les-arts-sont-a-soissons-en-scaisne