Une spectaculaire projection sur l’église Saint-Pierre en juillet

En 2018, les Rencontres audiovisuelles lancent la première édition du « Vidéo mapping festival » dans la région des Hauts-de-France. Le mapping vidéo est une discipline en plein développement, et le festival a pour ambition de le présenter sous toutes ses formes (mapping monumental, sur objet, jeu vidéo, immersif, interactif).

Le mapping vidéo est également appelé fresque lumineuse ou projection illusionniste. C’est une technologie multimédia qui permet de projeter de la lumière ou des vidéos sur des volumes, de recréer des images de grande taille sur…

Article source: http://www.lavoixdunord.fr/320863/article/2018-02-20/une-spectaculaire-projection-sur-l-eglise-saint-pierre-en-juillet feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

Nouvel An Chinois : des feux d’artifice de fer en fusion à Chongqing …


La victoire de Martin Fourcade, la plus belle des récompenses pour ses supporters

Article source: https://www.lci.fr/insolite/nouvel-an-chinois-des-feux-d-artifice-de-fer-en-fusion-a-chongqing-2079186.html feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

Nouvel An Chinois : des feux d’artifice de fer en fusion à Chongqing !

RÉFORME DU RAIL

Les négociations débutent ce lundi entre le gouvernement, la SNCF, les usagers et les syndicats.

Article source: https://www.lci.fr/insolite/nouvel-an-chinois-des-feux-d-artifice-de-fer-en-fusion-a-chongqing-2079186.html feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

Ariège : chute mortelle en ski pendant les festivités en l’honneur de Perrine Laffont

Un jeune skieur s’est tué dimanche aux Monts d’Olmes, dans l’Ariège, après une chute au moment où la station fêtait le retour de son enfant prodige, la nouvelle championne olympique de ski de bosses, Perrine Laffont, a-t-on appris auprès de la gendarmerie et des pompiers.

Chute après un saut. L’accident s’est produit peu après 15h30. Le jeune homme de 19 ans, qui skiait avec son père, a chuté après un saut dans des conditions qui n’ont pas été communiquées ni par le Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) qui est intervenu ni par les pompiers.

Le feu d’artifice annulé. Au même moment, Perrine Laffont, rentrée samedi en Ariège, fêtait son sacre dans sa station. Au programme : retrouvailles avec ses amis, initiation au ski de bosses pour les enfants, séances de dédicaces. Une descente aux flambeaux et un feu d’artifice étaient prévus pour clôturer la journée mais ces deux événements ont été annulés par les responsables de la station. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de l’accident.

Article source: http://www.europe1.fr/faits-divers/ariege-chute-mortelle-en-ski-pendant-les-festivites-en-lhonneur-de-perrine-laffont-3578144 feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

Perrine Laffont fêtée comme une superstar dans sa station des Monts d’Olmes

Auréolée de sa médaille en or remportée dans l’épreuve de ski de bosses aux Jeux Olympiques de Pyeongchang, Perrine Laffont est rentrée samedi dans son fief ariégeois. Ce dimanche, une semaine jour pour jour après son sacre, la jeune championne de 19 ans a été fêtée dans sa station des Monts d’Olmes, là-même où elle a fait ses premières descentes alors qu’elle était haute comme trois pommes !

La rédaction ariégeoise de La Dépêche a suivi en direct cette journée : 

18 heures : La journée a été endeuillée par le décès d’un jeune skieur audois de 19 ans qui s’est tué sur les pistes des Monts D’Olmes en fin d’après-midi. Devant la gravité des faits, la décision d’annuler la descente aux flambeaux et le feu d’artifice, qui devaient clôturer la journée de fête de Perrine Laffont, après l’obtention de son titre de championne olympique de ski de bosses, a été prise.

15h04 : Perrine Laffont donne des cours particuliers de ski de bosses sur les pistes !

Perrine Laffont félicite son coéquipier Pyrénéen Martin Fourcade pour sa quatrième médaille d’or olympique

« Forcément je suis super heureuse pour lui. Il a raté quelques courses depuis le début de ces J.O. mais là de revenir juste après…On sait de toutes façons c’est le meilleur et qu’il était capable de le faire et c’est super pour lui. Je n’ai pas eu le temps de regarder sa course parce que j’étais ici aux Monts D’olmes mais je ne manquerai pas de la revoir ce soir. Martin ça fait déjà un moment qu’il est sur le toit du monde : performer à côté de lui pour la région, pour les Pyrénées, c’est cool de faire ça en team ! Et si jamais Martin tu m’entends, je veux quand même te remercier de m’avoir laissé gagner la prmière médaille pour la France dimanche dernier ! »

12h05 : En attendant l’initiation au ski de bosses, les enfants de la station n’ont pas perdu de temps pour regagner les pistes.

11h55 : Perrine a pris la pose avec les petits skieurs des Monts-d’Olmes pour leur plus grand plaisir. Peut-être de futurs champions !

11h45 : Elus locaux ou même skieurs en herbes, ils tiennent tous à féliciter l’enfant du pays ! Quelques enfants sont montés sur scène pour poser une question à leur nouvelle idole.

11h40 : Perrine a eu le droit à une Marseillaise jouée par un groupe de son village de Lavelanet.

11h35 : C’est l’effervescence aux Monts-d’Olmes ! Perrine est accueillie par une haie d’honneur. Elle prend un bain de foule parmi ses plus fidèles supporters.

11h01 : L’arrivée de Perrine est maintenant imminente. Elle devrait être accueillie par une haie d’honneur, accompagnée des cuivres du « Coq lavelanétien »

Dimanche matin, les Monts-d’Olmes au diapason de Perrine Laffont

La station des Monts-d’Olmes se prépare pour le retour de sa championne olympique avec des installations en bas des pistes. Une initiation au ski de bosses est prévue dans la journée.

10h25 : Ce matin aux Monts-d’Olmes, tout tourne autour de Perrine, jusque dans les détails. Elle est même présente sur les sets de table !

10h18 : Son père, Jean-Jacques Laffont, moniteur de ski ESF dans la petite station, a été sollicité par les médias dans l’attente de l’arrivée de « Pépette ».

Samedi soir, la station se prépare au grand évènement

Samedi après-midi, Perrine atterrit à l’aéroport de Toulouse

 

Article source: https://www.ladepeche.fr/article/2018/02/17/2744622-suivez-retour-championne-olympique-perrine-laffont-station-monts-olmes.html feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

Cinq choses à savoir sur le nouvel an chinois

L’année du chien a débuté cette nuit en Chine, l’occasion pour les habitants de voyager en masse pour se retrouver en famille, de regarder le plus suivi des shows télévisés du monde et d’envoyer des étrennes électroniques. Voici cinq choses à savoir sur le nouvel an lunaire en Chine.

Le coq laisse sa place au chien

Selon le cycle du calendrier lunaire, l’année du chien succède celle du Coq. D’après les canons astrologiques, les personnes nées l’année du chien sont directes et loyales et possèdent un sens aigu de la justice, même si elles sont réputées têtues et irritables. Les géomanciens hongkongais prévoient une année compliquée, où les griffes seront sorties : le président américain Donald Trump est né en 1946 sous le signe d’un « chien de feu », lequel s’oppose au canidé « de terre » de 2018… Le milliardaire américain a été récemment représenté à Taiyuan (nord de la Chine) par une statue de chien à son effigie, arborant sa houppette dorée et sa moue caractéristique.

La plus grande migration

Des centaines de millions de Chinois rentrent dans leur région d’origine pour célébrer le nouvel an en famille, la plus grande transhumance humaine du monde. Du 1er au 10 février, 732 millions de voyages avaient déjà été effectués, en voiture, avion, en train ou en bateau, alors même que les congés officiels ne commençaient que ce jeudi. En 2017, les Chinois avaient effectué environ 3 milliards de trajets durant toute la période du nouvel an. Le phénomène met à rude épreuve les transports avec des trains bondés où s’entassent des voyageurs parfois sans siège, chargés d’imposants bagages et de paquets de nouilles instantanées.

Pékin privé de pétards

Après le dîner du réveillon, où les raviolis sont à l’honneur, la tradition est d’allumer après minuit des chapelets de pétards à sa porte pour effrayer les « mauvais esprits ». Mais, à Pékin, la nuit du nouvel an a été inhabituellement silencieuse : soucieuse d’endiguer la pollution hivernale, la capitale a – comme 440 autres villes chinoises – drastiquement interdit l’usage de pétards et de feux d’artifice et a musclé sa surveillance. Résultat : des rues désertes, contrastant avec le tonnerre assourdissant des années précédentes. Les Pékinois pourront se rattraper sur les « foires de temples », vastes kermesses proposant jeux, artisanat et sucreries.

Stars et politique à la télé

C’est l’émission télévisée la plus regardée dans le monde.

Suivie en famille, la soirée de nouvel an de la chaîne d’État CCTV voit son succès s’éroder auprès des jeunes, mais garde une audience considérable, avec plus de 700 millions de téléspectateurs revendiqués pour l’édition 2017. Le Super Bowl américain n’en réunissait récemment que 103 millions. Chaque année depuis trente-cinq ans, l’émission propose un délicat dosage de chanteurs populaires, de sketches, de performances de minorités ethniques, etc. et de numéros édifiants célébrant en musique les slogans politiques du régime communiste. Pour l’année du chien, l’émission de CCTV s’est assuré un franc succès en réunissant sur scène, pour la première fois en deux décennies, deux stars de la chanson, Faye Wong et Na Ying. Mais le Parti n’était pas loin : d’autres chansons évoquaient la « nouvelle ère » prônée par le président Xi Jinping ou son projet d’infrastructures des « routes de la soie ».

Guerre des « enveloppes rouges »

La tradition chinoise veut que l’on offre en fin d’année de l’argent dans des « enveloppes rouges ». Mais ces étrennes sont désormais envoyées massivement sous la forme électronique via son smartphone, avec une alternative ludique consistant à laisser une somme se diviser de façon aléatoire entre plusieurs amis… Et ce, en profitant des plateformes de paiement en ligne : celle de WeChat, la messagerie du groupe Tencent, ou d’Alipay, administrée par le géant de l’e-commerce Alibaba.

Ces deux mastodontes d’Internet se mènent chaque nouvel an une âpre bataille en distribuant généreusement leurs propres enveloppes-cadeaux pour attirer les usagers vers leurs systèmes de paiement. En 2017, 46 milliards d’enveloppes rouges avaient été échangées par les usagers de WeChat en six jours. Le record pourrait être battu cette année : Tencent a annoncé vendredi que 688 millions d’utilisateurs de WeChat (sur près d’un milliard au total) avaient envoyé des enveloppes électroniques ce jeudi, mais sans dévoiler le montant total dépensé.

Article source: http://www.lepoint.fr/monde/cinq-choses-a-savoir-sur-le-nouvel-an-chinois-16-02-2018-2195530_24.php feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

Aubagne, Arles, Istres, Martigues et Salon : 5 feux d’artifice et spectacles du Groupe F à découvrir ce samedi – Frequence

L’ouverture de MP2018 sur le Vieux Port ce mercredi vous a plu ? Vous en voulez encore ? Les cinq villes partenaire de l’année culturelle MP2018 organisent elles aussi leur fête d’ouverture ce samedi.

Initialement, Marseille devait aussi l’organiser ce samedi, mais en raison du Red Bull Crashed Ice, l’événement a été avancé à mercredi 14 février.

Le coup d’envoi sera donc donné simultanément à Aubagne, Arles, Istres, Martigues et Salon ce samedi 17 février à 19h précisement.

Cependant, dans la plupart de ces cinq villes, des animations et spectacles seront proposés durant toute la journée de samedi.

Le spectacle proposé par le Groupe F devrait durer entre 20 et 30 minutes et pourrait être complété par un petit feu d’artifice dans certaines villes. Il reprendra le concept du spectacle proposé à Marseille (photo ci-dessus), avec des tableaux proposés autour de la thématique de l’amour et du baiser, conclués par quelques tirs de fusées d’artifice.

Le programme des festivités et les informations pratiques dans chacune des villes :

<!–

–>


<!–

–>


<!–

–>


<!–

–>


<!–

–>

Retour en images sur le spectacle du Vieux Port à Marseille

<!–

–>

Article source: https://www.frequence-sud.fr/art-54181-aubagne__arles__istres__martigues_et_salon__5_feux_d_artifice_et_spectacles_du_groupe_f_a_decouvrir_ce_samedi_bouches_du_rhone feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

160 ans des Apparitions : feu d’artifice tiré vers le Sanctuaire

Dimanche soir 11 février, malgré la pluie qui n’a cessé de la journée, le feu d’artifice prévu par la mairie a pu être tiré. Celui-ci partait du château fort vers le Sanctuaire. Les pèlerins étaient nombreux à venir sur l’esplanade et devant la basilique du Rosaire. C’est le cardinal Lorenzo Baldisseri, secrétaire du Synode des évêques, venu de Rome, qui a donné le départ, vers 20 h 15, et la pluie a cessé tout de suite, se remettant à tomber juste après le final qui représentait un cœur avec l’inscription «160 ans». Sous les parapluies, on pouvait reconnaître, l’évêque, Mgr Brouwet ; le père André Cabes, recteur du sanctuaire ; le père Jean-François Duhar ; les élus Bruno Vinualès, Philippe Subercaze, Josette Bourdeu, maire, Madeleine Navarro…

Le public s’est ensuite dirigé vers la basilique Sainte-Bernadette pour assister à l’oratorio «Aquero» avec les chœurs, solistes et orchestre italiens Fideles et Amati, venus de Rome.

Article source: https://www.ladepeche.fr/article/2018/02/16/2743346-feu-d-artifice-tire-vers-le-sanctuaire.html feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

Steve Bossé, feu de paille ou feu d’artifice ?

Par Jean-Luc Autret

En novembre dernier, bien des observateurs ont été surpris par l’annonce du Groupe Yvon Michel de l’arrivée dans son organisation de l’athlète de MMA, le bien connu Steve Bossé. Encore plus surprenant, son « listing » d’adversaires potentiels (Hopkins, Jones Jr, Bute, Pascal) à l’époque en a fait sourire plusieurs. À l’approche de son premier combat professionnel, nous avons eu le plaisir de nous entretenir avec lui.

Pourquoi la boxe?

Certains s’en rappelleront, en mai 2015, il devait passer pro lors d’un gala à St-Jean-sur-le-Richelieu en affrontant Éric Barrak. À l’époque, il comptait déjà sur une expérience en MMA de onze combats. Une invitation surprise à se joindre à la UFC a mis fin à son projet boxe et il a pu augmenter considérablement sa notorité en remportant le combat de la soirée lors d’un gala UFC à Ottawa en juin 2016.

« J’ai choisi de passer à la boxe principalement à cause des blessures, particulièrement ma dernière à une épaule me force à ne plus faire de jiu-jitsu. Mon corps a souvent été hypothéqué et je me suis toujours plus concentré sur mes poings que mes genoux ou mes pieds. La boxe est une continuité tout à fait logique pour moi. De plus, mon passage en UFC m’a permis d’augmenter considérablement ma valeur. Je crois pas qu’en 2015, GYM aurait accepté de me signer aux mêmes conditions qu’aujourd’hui », nous explique le cogneur d’expérience.

Considérant qu’il est maintenant âgé de 36 ans, Steve Bossé est réaliste avec ses objectifs comme boxeur professionnel. « Je ne vise pas les titres mondiaux, je suis réaliste. Tant que mon corps tiendra le coup et que je vais enchaîner les victoires, je veux boxer. Je souhaite offrir un beau spectacle aux amateurs et démontrer aux sceptiques que je sais boxer », ajoute-t-il du même souffle.

À l’entraînement boxe depuis très longtemps

Steve Bossé a d’abord été un joueur de hockey au sein de le ligue nord-américaine, dont deux saisons à Laval et deux autres à St-Jean. Bien connu pour l’utilisation de ses poings, il se fait encore régulièrement parler de sa série de combats avec Jon « Nasty » Mirasty.

Il a commencé à s’entraîner à la boxe avec Yaslo Marin à partir de l’âge de 14 ans. En 2007, il s’y est mis plus sérieusement, puisque sa carrière de bagarreur a pris de plus en plus d’envergure. Depuis 2016, il s’entraîne régulièrement avec Ash Raf du Titans Académie à Montréal, un gars de Muay Thai qui a travaillé dans le passé avec Paul Evans et Howard Grant. De plus, Bossé s’entraîne depuis les derniers mois avec les frères Marc-André et David Gauthier au Fighters pride Académie Boxing à St-Jean.

« Lorsque je me suis entendu avec Yvon Michel, je prévoyais entamer ma préparation après le temps des fêtes parce que j’ai eu une opération à un œil l’été dernier et je devais rester loin du ring pour bien me rétablir. Quand la régie nous a demandé de faire un six rounds pour débuter en boxe, ça pas mal changé nos plans. Au lieu d’entamer ça à la fin avril, ce sera réalité le 15 février. Mon camp d’entraînement s’est limité à cinq-six semaines et je ne ferai pas de coupe de poids pour jeudi. Puisque ça fesait sept mois que je n’étais pas au gym, nous nous sommes concentrés sur une remise en forme et j’ai mis les gants avec mon bon ami Yan Pellerin ainsi que Francis Charbonneau, qui a déjà fait trois combats de boxe pros et six en MMA », souligne celui qui sera accompagné vers le ring par Marc-André Gauthier et Ash Raf.

Pour lire la suite, rendez-vous sur 12 rounds.ca

Article source: http://www.rds.ca/grand-club/billet/steve-boss%C3%A9-feu-de-paille-ou-feu-d-artifice-1.5951281 feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

Le quartier des Remparts estime qu’il y a trop de feux d’artifice au Neubourg

L’association le quartier des Remparts a tenu son assemblée générale le vendredi 2 février à la salle du vélodrome. (©Le Courrier de l’Eure)

L’association du Quartier des Remparts a tenu son assemblée générale à la salle du vélodrome. En présence de l’adjoint aux travaux et cadre de vie François Bidault, le président de l’association Jean-Marc Bourgeois a ouvert l’assemblée avec en préambule une pensée pour tous ceux qui nous ont quittés, dont Pierre Chomyn qui fut un des piliers de l’association. Pierre Chomyn qui rêvait depuis de nombreuses années d’un vide-greniers organisé dans le quartier des Remparts et dont le vœu fut exaucé l’an passé pour la première fois.

Une manifestation sur laquelle est revenu le président du bureau car fort de ce succès, un nouveau vide-grenier, réservé uniquement aux particuliers, aura lieu le dimanche 10 juin.

« Nous remédierons aux petits problèmes rencontrés l’an passé (publicité, poste à déterminer de chacun) et verrons à apporter quelques améliorations, dont le verre de l’amitié offert à tous les exposants », indique Jean-Marc Bourgeois.

Il a profité de la présence de François Bidault pour lui faire une demande de subvention exceptionnelle de 200 €. Il est vrai que l’adjoint au cadre de vie a été mis un peu à mal concernant la subvention de 200 € seulement qui leur fut accordée par la municipalité du Neubourg, trop peu pour mettre en place une telle manifestation. Heureusement son succès et la restauration ont permis de faire quelques bénéfices comme l’a exposé le trésorier dont le bilan financier laisse apparaître un excédent de 839,42 €. « La cagnotte augmente » s’est-il exclamé !

Respecter les distances réglementaires

Quelques voix se sont ensuite élevées dans le public concernant le feu d’artifice ou plus exactement les feux d’artifice tirés dans le quartier. Car au nombre de trois (Noël, 14 juillet et 15 août) certains estiment qu’un seul suffirait « d’autant plus actuellement où l’on parle d’économies ». De plus, quelques riverains ont profité de cette assemblée pour faire remarquer qu’il est tiré bien trop près des maisons. Les distances réglementaires ne sont pas respectées !

François Bidault n’a pu s’exprimer à ce sujet, mais il a pu confirmer que l’an prochain, les illuminations de Noël iront jusqu’au quartier des Remparts. Certaines personnes se sont en effet étonnées qu’à l’issue du feu d’artifice de Noël, le quartier se retrouvait tristement nu et que c’était bien dommage !

Article source: https://actu.fr/normandie/neubourg_27428/le-quartier-remparts-estime-quil-trop-feux-dartifice-neubourg_15508483.html feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

Loisirs: Pas de Fêtes de Genève en 2018: le feu d’artifice n’est pas …

L’été 2018 se déroulera au minimum syndical. Genève Tourisme parle «d’animation estivale» et non plus de «Fêtes», et pour cause: outre la présence de la Grande Roue et du Village Suisse, déjà annoncées pour trois mois au bord du lac, il ne faut pas s’attendre à grand chose. Cette décision, prise en accord avec les autorités du Canton, fait suite aux résultats déficitaires des deux précédentes éditions. Même la survie du grand feu d’artifice, appelée de ses vœux par le ministre de tutelle de la branche touristique, Pierre Maudet, n’est pas garantie à 100% pour l’heure. La Fondation cherche encore des fonds et dépend de l’engagement de sponsors.

«Le feu d’artifice est confirmé sur le principe, détaille le communiqué de presse. Si un montant de base est déjà assuré, l’ampleur et la durée de cet événement pyromusical dépendent directement de la récolte de fonds actuellement en cours. L’implication d’un sponsor principal pourrait garantir un spectacle d’une qualité égale voire supérieure aux années précédentes.» Des intervenants comme Genève Aéroport ou Patek Philippe ont apporté une contribution financière par le passé.

Faire l’impasse sur les fêtes 2018, était-ce la décision la plus sage? «C’était la seule possible, estime Pierre Maudet. On ne peut pas demander à une fondation privée de s’engager financièrement au-delà de ses réserves. Mon Département donne un coup de main dans la recherche de sponsors pour les feux» Une rallonge cantonale n’est donc pas d’actualité? «C’est totalement exclu, la volonté du législateur est de ne pas s’impliquer dans ce domaine, qui bénéficie déjà la taxe de séjour et de la taxe touristique. On peut par contre se demander si c’est toujours à Genève Tourisme d’organiser les Fêtes. On y réfléchira lors des états généraux du tourisme le 15 mai, sur la base des résultats de la votation du 4 mars.» Contacté, le magistrat en charge de l’environnement urbain, Guillaume Barazzone, ne souhaite pas s’exprimer avant la votation. Willy Bourquin, doyen des forains de Genève, estime que «c’est un coup dur, ça me fait mal au cœur. Les organisateurs ne nous ont même pas consulté, ils annulent comme ça. On peut peut-être organiser quelque chose à nos frais, il faut qu’on en discute entre forains, on a plein d’idées». L’association Touche pas à mes Fêtes, qui n’est apparemment plus en activité, se refuse à tout commentaire.

Les grand feux, qui se tiennent traditionnellement pendant une cinquantaine de minutes le deuxième samedi d’août, sont bien la seule composante des Fêtes qui mette tout le monde d’accord. Leur maintien figure à la fois dans l’initiative et le contre-projet qui seront soumis aux résidents de la Ville de Genève le 4 mars. Ils symbolisent aux yeux de tous l’ADN de cette grande manifestation estivale. Mais quand il s’agit de les payer -ils coûtent en moyenne entre 500 000 et 700 000 francs – il n’y a plus grand monde.

Les principales sources de financement d’un feu d’artifice sont les places payantes, le sponsoring, et les participations des collectivités publiques (sauf à Genève).
Cette année, aucune place payante ne sera proposée étant donné les incertitudes quant au financement du feu et à sa durée. Seule une petite zone VIP sera réservée. A Genève,
le public réagit parfois assez mal à la priorité donnée aux quelques milliers de places payantes. Selon Genève Tourisme, il y en aurait entre 9000 et 15 000 selon les années. Un rapport du service d’audit interne de l’Etat rapporte un «sentiment de privatisation accrue le soir des feux». En comparaison, la Fête du Lac à Annecy comporte 46000 places payantes pour 200 000 spectateurs. Et Sonnwendfeier à Oensingen, qui se revendique «le plus gros feu d’artifice de Suisse», ouvre ses champs pour 30 000 à 50 000 personnes contre 20 francs. Néanmoins l’événement ne se déroule que tous les trois ans.

Par ailleurs aucune subvention publique directe, que ce soit de la Ville ou du Canton, ne vient alimenter les feux à Genève. Alors qu’à Annecy, la Ville apporte près de 20 % de la somme, soit tout ce qui n’est pas financé par la billetterie. Par contre, la Fête du Lac se passe de sponsors.
Et à Locarno, l’événement Luci e ombre avec un feu de 35 minutes est financé à 32 % par la Ville et les communes avoisinantes.

Autres animations estivales

Pour animer l’été 2018, y aura-t-il un événement fédérateur à part les classiques Ciné Transat et concerts du parc La Grange? Le festival gratuit Le tour de le rade en 80 jours (TDR80), lancé l’an dernier, attend toujours ses autorisations pour la deuxième édition. «On attend aussi de voir comment tournent les Fêtes, pour éventuellement proposer un projet plus conséquent si elles font défaut», avançait Sivan Karabulut, directeur de TDR80, juste avant l’annonce.
Pourra-t-on compter sur une animation sur le quai marchand du Mont-Blanc, pour succéder à l’Escale de 2016 et aux Rendez-vous du lac de 2017? Des projets de Mairie sont en cours de définition et pourraient comporter un «volet estival» sur lequel la Ville ne communiquera pas avant ce printemps.

Historiquement, les Fêtes ont déjà été réduite aux seuls feux. En 1991, la Suisse célèbre son 700e anniversaire. Si les Fêtes font une pause, ne subsiste qu’un feu d’artifice gratuit. De même, la manifestation avait été suspendue en 1955 et 1977, pour ne pas faire de concurrence à la Fête des vignerons à Vevey.

(TDG)

Créé: 14.02.2018, 14h21

Article source: https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/fetes-2018-feu-artifice-reste-conditionnel/story/23592861 feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

Steve Bossé, feu de paille ou feu d’artifice ? – Boxe – Grand Club …

Par Jean-Luc Autret

En novembre dernier, bien des observateurs ont été surpris par l’annonce du Groupe Yvon Michel de l’arrivée dans son organisation de l’athlète de MMA, le bien connu Steve Bossé. Encore plus surprenant, son « listing » d’adversaires potentiels (Hopkins, Jones Jr, Bute, Pascal) à l’époque en a fait sourire plusieurs. À l’approche de son premier combat professionnel, nous avons eu le plaisir de nous entretenir avec lui.

Pourquoi la boxe?

Certains s’en rappelleront, en mai 2015, il devait passer pro lors d’un gala à St-Jean-sur-le-Richelieu en affrontant Éric Barrak. À l’époque, il comptait déjà sur une expérience en MMA de onze combats. Une invitation surprise à se joindre à la UFC a mis fin à son projet boxe et il a pu augmenter considérablement sa notorité en remportant le combat de la soirée lors d’un gala UFC à Ottawa en juin 2016.

« J’ai choisi de passer à la boxe principalement à cause des blessures, particulièrement ma dernière à une épaule me force à ne plus faire de jiu-jitsu. Mon corps a souvent été hypothéqué et je me suis toujours plus concentré sur mes poings que mes genoux ou mes pieds. La boxe est une continuité tout à fait logique pour moi. De plus, mon passage en UFC m’a permis d’augmenter considérablement ma valeur. Je crois pas qu’en 2015, GYM aurait accepté de me signer aux mêmes conditions qu’aujourd’hui », nous explique le cogneur d’expérience.

Considérant qu’il est maintenant âgé de 36 ans, Steve Bossé est réaliste avec ses objectifs comme boxeur professionnel. « Je ne vise pas les titres mondiaux, je suis réaliste. Tant que mon corps tiendra le coup et que je vais enchaîner les victoires, je veux boxer. Je souhaite offrir un beau spectacle aux amateurs et démontrer aux sceptiques que je sais boxer », ajoute-t-il du même souffle.

À l’entraînement boxe depuis très longtemps

Steve Bossé a d’abord été un joueur de hockey au sein de le ligue nord-américaine, dont deux saisons à Laval et deux autres à St-Jean. Bien connu pour l’utilisation de ses poings, il se fait encore régulièrement parler de sa série de combats avec Jon « Nasty » Mirasty.

Il a commencé à s’entraîner à la boxe avec Yaslo Marin à partir de l’âge de 14 ans. En 2007, il s’y est mis plus sérieusement, puisque sa carrière de bagarreur a pris de plus en plus d’envergure. Depuis 2016, il s’entraîne régulièrement avec Ash Raf du Titans Académie à Montréal, un gars de Muay Thai qui a travaillé dans le passé avec Paul Evans et Howard Grant. De plus, Bossé s’entraîne depuis les derniers mois avec les frères Marc-André et David Gauthier au Fighters pride Académie Boxing à St-Jean.

« Lorsque je me suis entendu avec Yvon Michel, je prévoyais entamer ma préparation après le temps des fêtes parce que j’ai eu une opération à un œil l’été dernier et je devais rester loin du ring pour bien me rétablir. Quand la régie nous a demandé de faire un six rounds pour débuter en boxe, ça pas mal changé nos plans. Au lieu d’entamer ça à la fin avril, ce sera réalité le 15 février. Mon camp d’entraînement s’est limité à cinq-six semaines et je ne ferai pas de coupe de poids pour jeudi. Puisque ça fesait sept mois que je n’étais pas au gym, nous nous sommes concentrés sur une remise en forme et j’ai mis les gants avec mon bon ami Yan Pellerin ainsi que Francis Charbonneau, qui a déjà fait trois combats de boxe pros et six en MMA », souligne celui qui sera accompagné vers le ring par Marc-André Gauthier et Ash Raf.

Pour lire la suite, rendez-vous sur 12 rounds.ca

Article source: https://www.rds.ca/grand-club/billet/steve-boss%C3%A9-feu-de-paille-ou-feu-d-artifice-1.5951281 feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

Le feu d’artifice maintenu à Genève

Suite aux résultats déficitaires des précédentes éditions des Fêtes de Genève, le Conseil de Fondation a pris la décision lors de son conseil du 13 février 2018, en accord avec les autorités du canton, de ne pas organiser l’édition 2018 des Fêtes de Genève. Deux manifestations distinctes sont cependant conservées.

Le feu d’artifice, point d’orgue de la saison estivale, est confirmé sur le principe. Si un montant de base est déjà assuré, l’ampleur et la durée de cet événement pyromusical dépendent directement de la récolte de fonds actuellement en cours.

Il a également été prévu qu’une Grande roue panoramique s’élève aux portes du Jardin Anglais. L’attraction, d’au moins 50 mètres de hauteur, accueillera les Genevois et les touristes durant trois mois. Un appel d’offres pour cette animation est actuellement en cours et prend fin le 16 février.

Article source: http://www.lacote.ch/articles/regions/geneve/le-feu-d-artifice-maintenu-a-geneve-736492 feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

Pas de Fêtes de Genève en 2018: le feu d’artifice n’est pas garanti

Pour l’été 2018, Genève Tourisme parle «d’animation estivale» et non plus de «Fêtes», et pour cause: outre la présence de la Grande Roue et du Village Suisse, déjà annoncées pour trois mois au bord du lac, il ne faut pas s’attendre à grand chose. Cette décision, prise en accord avec les autorités du Canton, fait suite aux résultats déficitaires des deux précédentes éditions. Même la survie du grand feu d’artifice, appelée de ses vœux par le ministre de tutelle de la branche touristique, Pierre Maudet, n’est pas garantie à 100% pour l’heure. La Fondation cherche encore des fonds et dépend de l’engagement de sponsors.

«Le feu d’artifice est confirmé sur le principe, détaille le communiqué de presse. Si un montant de base est déjà assuré, l’ampleur et la durée de cet événement pyromusical dépendent directement de la récolte de fonds actuellement en cours. L’implication d’un sponsor principal pourrait garantir un spectacle d’une qualité égale voire supérieure aux années précédentes.» Des intervenants comme Genève Aéroport ou Patek Philippe ont apporté une contribution financière par le passé.

Contacté, le magistrat en charge de l’environnement urbain, Guillaume Barazzone, ne souhaite pas s’exprimer avant la votation. Willy Bourquin, doyen des forains de Genève, estime que «c’est un coup dur. Les organisateurs ne nous ont même pas consulté, ils annulent comme ça. On peut peut-être organiser quelque chose à nos frais, il faut qu’on en discute entre forains».

Les grand feux, qui se tiennent traditionnellement pendant une cinquantaine de minutes le deuxième samedi d’août, sont bien la seule composante des Fêtes qui mette tout le monde d’accord. Leur maintien figure à la fois dans l’initiative et le contre-projet qui seront soumis aux résidents de la Ville de Genève le 4 mars. Ils symbolisent aux yeux de tous l’ADN de cette grande manifestation estivale. Mais quand il s’agit de les payer -ils coûtent en moyenne entre 500 000 et 700 000 francs – il n’y a plus grand monde.

Les principales sources de financement d’un feu d’artifice sont les places payantes, le sponsoring, et les participations des collectivités publiques (sauf à Genève).
Ici, le public réagit parfois assez mal à la priorité donnée aux quelques milliers de places payantes. Selon Genève Tourisme, il y en aurait entre 9000 et 15 000 selon les années. Un rapport du service d’audit interne de l’Etat rapporte un «sentiment de privatisation accrue le soir des feux». En comparaison, la Fête du Lac à Annecy comporte 46000 places payantes pour 200 000 spectateurs. Et Sonnwendfeier à Oensingen, qui se revendique «le plus gros feu d’artifice de Suisse», ouvre ses champs pour 30 000 à 50 000 personnes contre 20 francs. Néanmoins l’événement ne se déroule que tous les trois ans.

Par ailleurs aucune subvention publique directe, que ce soit de la Ville ou du Canton, ne vient alimenter les feux à Genève. Alors qu’à Annecy, la Ville apporte près de 20 % de la somme, soit tout ce qui n’est pas financé par la billetterie. Par contre, la Fête du Lac se passe de sponsors.
Et à Locarno, l’événement Luci e ombre avec un feu de 35 minutes est financé à 32 % par la Ville et les communes avoisinantes.

Autres animations estivales

Pour animer l’été 2018, y aura-t-il un événement fédérateur à part les classiques Ciné Transat et concerts du parc La Grange? Le festival gratuit Le tour de le rade en 80 jours (TDR80), lancé l’an dernier, attend toujours ses autorisations pour la deuxième édition. «On attend aussi de voir comment tournent les Fêtes, pour éventuellement proposer un projet plus conséquent si elles font défaut», avançait Sivan Karabulut, directeur de TDR80, juste avant l’annonce.
Pourra-t-on compter sur une animation sur le quai marchand du Mont-Blanc, pour succéder à l’Escale de 2016 et aux Rendez-vous du lac de 2017? Des projets de Mairie sont en cours de définition et pourraient comporter un «volet estival» sur lequel la Ville ne communiquera pas avant ce printemps.

Historiquement, les Fêtes ont déjà été réduite aux seuls feux. En 1991, la Suisse célèbre son 700e anniversaire. Si les Fêtes font une pause, ne subsiste qu’un feu d’artifice gratuit. De même, la manifestation avait été suspendue en 1955 et 1977, pour ne pas faire de concurrence à la Fête des vignerons à Vevey.

Développement suit. (TDG)

Créé: 14.02.2018, 14h21

Article source: https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/fetes-2018-feu-artifice-reste-conditionnel/story/23592861 feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

Spectaculaire incendie d’un compteur à gaz rue d’Armentières

Bon nombre de riverains de la rue d’Armentières sont sur le pas de leur porte ce mardi soir vers 21 h pour assister à l’incendie d’un compteur de gaz d’une maison d’un particulier. Les autres Nieppois habitant à proximité immédiate du sinistre ont été confinés chez eux par les sapeurs-pompiers d’Armentières.

« 
Ils sont plus en sécurité à l’intérieur, chez eux, que dehors, nous confie le chef des opérations. Tant qu’il y a des flammes et que le méthane est sous pression, il n’y a pas de danger.

Article source: http://www.lavoixdunord.fr/316980/article/2018-02-13/spectaculaire-incendie-d-un-compteur-gaz-rue-d-armentieres feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

Nos bons plans pour le feu d’artifice et spectacle d’ouverture de MP2018 à Marseille – Frequence

C’est reparti comme en 2013! Voici MP2018, la petit soeur de Marseille Provence 2013 et elle est très amoureuse. C’est donc le jour de la Saint Valentin qu’elle va nous déclarer sa flamme. Et elle ne fait pas les choses à moitié. Rendez-vous sur le Vieux Port à 19h précises pour un rencart qui s’annonce éblouissant !

Rapprochez-vous de l’ombrière

Le spectacle d’ouverture ne sera pas un simple feu d’artifice, mais un véritable spectacle de lumière et d’artifices proposé par le Groupe F.  Des fusées certes, mais aussi des flammes, des bonhommes lumineux, des gros coeurs, de la poésie et même un peu d’amour !

Evitez donc le Pharo, Saint Victor ou Notre Dame de la Garde : Vous serez loin et ne verrez que quelques fusées du spectacle. Il est recommandé d’être dans le Lacydon, du côté du Quai de Rive Neuve, du Quai des Belges ou encore du Quai de la Mairie.

Voici quelques images des répétitions vues ce mardi soir:  

Venez tôt pour éviter les embouteillages.

Il va falloir négocier avec votre patron pour s’échapper de bonne heure. Le spectacle va commencer à 19h précises. C’est un horaire inhabituel, notamment pour un jour de semaine. Les organisateurs recommandent d’arriver sur le Vieux Port une demi-heure en avance.

Dès 17h, la circulation sera interdite sur le Vieux Port qui devient piéton ( on vous explique tout ici ). Donc si vous venez d’autres villes ou de quartiers excentrés, prévoyez large.

D’autant plus que certaines sorties de Tunnel seront fermées : Vers le Panier ( en venant du Nord) et vers le Vieux Port. La sortie Joliette ( en venant du sud) restera ouverte. La sortie Vieux Port / Pharo, restera normalement ouverte, mais en cas de trop forte affluence, elle pourrait être fermée à son tour.

Toutes les informations sur les zones piétonnes et les accès aux tunnels :

<!–

–>

Privilégiez les transports en commun (et la marche à pied)

La RTM renforce son dispositif ce mercredi soir. Mais attention, comme à chaque grand événement, les trois stations de métro à proximité du Vieux Port seront fermées pour éviter une trop grosse affluence (Colbert, Vieux Port et Jules Guesde). On n’a jamais réellement compris le raisonnement de la RTM, car du coup, tout le monde descent aux stations avant ou après, mais du coup ce sera marche à pied pour tout le monde. Les stations les plus proche seront Joliette, Noaille ou Prefecture.

Bonne nouvelle, le tramway fonctionne normalement et sa fréquence est même renforcée.

<!–

–>

Prolongez la soirée sur Marseille

Plusieurs événements sont proposés ce mercredi soir. Le coup de coeur de la rédaction, c’est la grande soirée sous le thème de l’Amour que propose le Mucem :

<!–

–>

On remet ça samedi et dimanche !

L’amour, ça vous plaît bien ? Finalement, mercredi, ce ne sont que les préliminaires. Rendez-vous samedi à 19h pour cinq autres spectacles d’ouverture dans le département:
– Aubagne
– Arles
– Istres
– Martigues
– Salon de Provence

et dans de nombreux lieux culturels pour un long weekend festif inaugural.

<!–

–>

Article source: https://www.frequence-sud.fr/art-54134-nos_bons_plans_pour_le_feu_d_artifice_et_spectacle_d_ouverture_de_mp2018_a_marseille_marseille feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

Le carnaval de Rio, une question de vibrations pour les sourds

Aulio Nobrega n’entend rien quand des centaines de percussionnistes pénètrent dans le sambodrome, ni quand des milliers de chanteurs s’époumonent, ni quand la foule crie. Mais il sent les vibrations — littéralement.

« Les vibrations sont réelles, je les ressens », assure Nobrega, 40 ans.

Il est journaliste pour TV INES — une chaîne destinée aux sourds et mal-entendants, où les journalistes s’expriment dans la langue des signes.

Lundi soir il était chargé de couvrir les défilés des écoles de samba connues pour leur niveau très élevé de décibels.

Avant chaque défilé, tonne un feu d’artifice qui annonce la prochaine école de samba.

Puis ce sont les percussions qui résonnent alors que des centaines de musiciens battent la cadence simultanément. Ensuite viennent les 3.000 danseurs costumés de chaque école dont ils chantent l’hymne, qui résonne en même temps dans les haut-parleurs.

Et tout ceci avant que quelque 72.000 spectateurs, debout dans les tribunes, n’entonnent à leur tour les chants.

Pour Nobrega, tout ce vacarme n’est que silence. Et pourtant il doit le traduire pour ses spectateurs sourds.

Et c’est là que les fameuses vibrations entrent en jeu.

Nobrega explique que la musique n’a pas besoin de pénétrer dans ses oreilles: elle parcourt son corps.

« Je n’entends pas la musique, mais vraiment rien, mais je ressens les vibrations », dit-il. « C’est comme s’il y avait une force que je sentais sur ma peau », dit-il, s’exprimant en langue des signes à travers une interprète de TV INES.

« C’est bien, c’est plein d’émotions », ajoute-t-il.

– A l’écoute des vibrations –

Le Brésil a encore beaucoup à faire pour aider les mal-entendants, dit Daniela Abreu, qui n’est pas atteinte de surdité mais a appris la langue de signes avec ses parents sourds et travaille comme interprète chez TV INES.

Par exemple, les institutions telles la police ne fournissent pas d’interprète en langue des signes pour les sourds. « Vous devez amener le vôtre », dit Mme Abreu, 35 ans.

Des médias de grande audience, telle la chaîne de télévision Globo a recours à des sous-titres mais n’utilise pas la langue des signes.

« Le texte, ça marche seulement si vous avez reçu suffisamment d’éducation. Ma mère, par exemple, ne lit pas assez bien », explique Mme Abreu. « Et les gens comme ça sont mis sur la touche socialement ».

TV INES a été lancée il y a cinq ans pour combler ces lacunes.

Ses images sont vues en moyenne par 10.000 à 13.000 personnes, mais ces chiffres augmentent dans un pays qui compte quelque 10 millions de sourds.

Cette année est la première où la chaîne couvre le carnaval dans le sambodrome.

« Il est important que la société comprenne qu’il y a une diversité », dit Nobrega.

Au moment où il dit cela, l’école de samba Unidos da Tijuca donne un départ tonitruant à son défilé sur la piste: feu d’artifice puis percussions.

Pour qui que ce soit incapable de maîtriser la langue des signes il n’y a plus qu’à se taire dans un tel vacarme.

Mais pour le journaliste sourd, l’heure est venue de se mettre à l’écoute des vibrations de son corps.

Article source: http://information.tv5monde.com/en-continu/le-carnaval-de-rio-une-question-de-vibrations-pour-les-sourds-220211 feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

Marseille : les restrictions de circulation et de stationnement pour l’ouverture de #MP2018

Cinq ans après MP2013 qui avait fait de Marseille la capitale européenne de la Culture, la cité phocéenne et plusieurs villes des Bouches-du-Rhône fêtent, durant 7 mois, « MP2018 Quel amour », lancée le jour de la St-Valentin à Marseille par une chaîne de baisers… 

Ouverture de MP2018 (14 février)

Le 14 février à 19h sur le Vieux-Port, les passants sont invités à s’embrasser pour fêter « quel amour », avant un spectacle de feu d’artifice du Groupe F, qui avait également lancé les festivités de MP2013.

Après une photo collective prise à très exactement 19h, la soirée se poursuivra au MuCem, avec un « parcours amoureux entre expositions, tarot amoureux, chuchotements poétiques et un musée de l’amour ». Côté danse, le chorégraphe Angelin Preljocal présentera son ballet Roméo et Juliette au théâtre de la Criée.

Le Red Bull crashed Ice (16 et 17 février)

La place Villeneuve Bargemon va s’enflammer à nouveau pour les patineurs qui dévaleront la piste de 340 mètres de long et atteindront jusqu’à 80 km/h, avant une arrivée spectaculaire sur le Vieux-Port.
Marseille mettra à nouveau le feu à la glace en accueillant la 3e des 4 étapes du Red Bull Crashed Ice les 16 et 17 février.

Vendredi 16 février 18h : ouverture des portes – 19h30-21h45 : championnat du monde junior et qualifications pour la finale homme.
Samedi 17 février 19h ouverture des portes – 20h30 – 22h15 : phases finales homme et femme.

 

 


Les restrictions de circulation et de stationnement


Un dispositif spécifique de circulation automobile et de stationnement est mis en place pour l’occasion autour du Vieux Port de Marseille.

– Jusqu’au vendredi 23 février, compte tenu des phases de montage et démontage des installations du Red Bull Crashed Ice.
– Le mercredi 14 février pour « Le Grand Baiser » de MP 2018 avec la fermeture du Vieux-Port à la circulation de 17h à 21h.
– Les 16 et 17 février pour le Red Bull Crashed Ice avec la fermeture du quai du Port de 15h à 1h du matin. 

 

Article source: http://www.lamarseillaise.fr/marseille/flash/67633-marseille-les-restrictions-de-circulation-et-de-stationnement-pour-l-ouverture-de-mp2018 feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie