Fête nationale et feu d’artifice

La Fête nationale sera célébrée demain. Elle débutera à 18 h 30, sur l’esplanade, pour un apéro animé par Mylène Angel qui interprétera des succès d’hier et d’aujourd’hui. À 20 heures, estouffade de lentilles au confit de canard sous la halle. Inscriptions au secrétariat de la mairie ou au 06 10 59 31 33. À 22 heures, le duo Solenzara, connu et reconnu dans la région, assurera la première partie de soirée, avec un répertoire alternant variété actuelle et années «80», en attendant que soit tiré, à 23 h 30, le traditionnel feu d’artifice avec l’embrasement du pont et des berges de l’Hers. Cette année encore, les établissements Lacroix-Ruggieri et Toulouse Artifice Création présenteront une débauche de tableaux et de couleurs merveilleuses. Ensuite, DJ Azzdin enflammera le début de soirée avec les années «80», avant de basculer vers tous les hits de musique actuelle dans une ambiance délirante.

Pétanque. Samedi, la Boule bastidienne-peyrataise invite au challenge Pascal-Brillant et Francis-Matéos, en doublettes formées, par poules et complémentaire gratuit aux perdants des poules. Jet du but à 14 h 30.

Quelques dates à retenir. Samedi 21 juillet, fête de la bière et moules-frites ; les 4, 5, 6 et 7 août, fête locale ; les jeudis 19, 26 juillet, 2, 16, 23 et 30 août, marché nocturne gourmand organisé par l’ADB.

Article source: https://www.ladepeche.fr/article/2018/07/12/2834615-fete-nationale-et-feu-d-artifice.html

FEUX D’ARTIFICES : La marque régionale RUGGIERI numéro 1 en France et à l’export – Hérault


FEUX D'ARTIFICES : La marque régionale RUGGIERI numéro 1 en France et à l’export

 

FEUX D’ARTIFICES : La marque régionale RUGGIERI numéro 1 en France et à l’export

L’entreprise Ruggieri, spécialiste de la pyrotechnie en France et à l’export, est installée à Toulouse.

Créatrice de feux d’artifices résolument modernes et dynamiques depuis près de 300 ans, son savoir-faire historique associé aux technologies actuelles les plus innovantes, lui permet aujourd’hui de coordonner des show multimédias précurseurs faisant intervenir de la pyrotechnie mais aussi des installations aquatiques, de la lumière, des lasers, du video-mapping et des comédiens en live au service de scénographies sur mesure.

De la conception à la réalisation, Ruggieri offre une solution clés en main afin que votre événement soit unique et inoubliable.

 

Ruggieri c’est + de 6000 feux d’artifices en France chaque année, adaptés aux budgets de chacun !

 

Plus d’infos : 

Jérémy PLANA 

RESPONSABLE COMMERCIAL GRANDS EVENEMENTS – SUD

07 70 20 33 90 

jeremy.plana@etienne-lacroix.com

FEUX D'ARTIFICES : La marque régionale RUGGIERI numéro 1 en France et à l’export

Jérémy PLANA, RESPONSABLE COMMERCIAL GRANDS EVENEMENTS – SUD (22-02-18)     16301 vues

Retour    Imprimer

 

RTL 2INTERMARCHE DRIVE HORIZONTALGaleries Lafayette ouverture décembre 2018 bannièreOenotour bannièrecpro horizontaleeuropark banniereBANDEAU ASGATOL - OPTICIENBALNEOCAP DECEMBRE 2018 bannièreSORTIES. office de tourisme cap d'agdeBallesta bannièreBannière olivier et kevinMAISON GIL AGDEPlumerianouribio horizontalEDEN banniereobjectif renov banniere adaptation logementAGDE - SANTONIHyper u jouets banniereAEROPORT-BEZIERS-CAP D'AGDESICTOM PEZENAS BIODECHETSGISS BANNIERELa part des anges horizontalMon Hérault bannièreFairway by MERCURE bannièreVIATERRA - PERMANENTL'escale Affiche

 

TÉLÉCHARGEZ L’APPLICATION GRATUITE HÉRAULT TRIBUNE

 

 

Article source: https://www.herault-tribune.com/articles/167211/feux-d-artifices-la-marque-regionale-ruggierietnbsp%3Bnumero-1-en-france-et-a-letrsquo%3Bexport/

Solveig : «Je vois la France gagner 3-0»

On lui doit les succès planétaires de l’album «Smash» et des tubes «Intoxicated», «All stars» ou «Hello» ; une Victoire de la musique du meilleur artiste électro/dance en 2009 et des concerts dans les clubs du monde entier. Martin Solveig est l’un des DJ les plus populaires de la planète. C’est donc un événement de premier ordre que sa venue au concert NRJ Music Tour du 14 juillet, sur une Prairie des filtres qui pourrait bien s’embraser sous les coups de boutoir du Parisien.

Avez-vous des souvenirs d’enfance de bals du 14 juillet ?

Oui, des souvenirs assez lointains : j’avais une dizaine d’années, c’était en Bretagne et il y avait un superbe feu d’artifice, beaucoup de gens, beaucoup de musique. J’ai très tôt aimé ces ambiances : les fêtes, les mariages, j’étais un bon client !

Les grands concerts comme celui de samedi à Toulouse ont-ils pris la place des bals d’antan ?

Ils n’ont pas pris leur place : le 14 juillet est notre fête nationale, et ce soir-là, plein de fêtes sont organisées partout pour célébrer notre pays et les gens qui habitent dans notre pays. Alors, il y a des bals, des concerts de musique classique – et c’est génial – mais aussi de grands rassemblements, comme samedi à Toulouse.

Que vous évoque le 14-Juillet : la fête, un sentiment citoyen… ?

Les deux ! Je suis Français mais je suis aussi un peu connu pour fédérer autour de la danse, de la musique, aussi je me débrouille toujours pour être en France autour du 14 juillet, car je sais que je suis souvent appelé en première ligne pour ces grands moments de partage.

Quel genre de set avez-vous prévu pour cet événement ?

Il y aura beaucoup d’autres artistes, donc ma partie sera plus courte qu’en club : j’irai donc à l’essentiel, avec un set explosif, recentré autour de mes morceaux les plus connus.

La grosse actu du moment doit ravir le fan de sport que vous êtes : vous avez suivi Wimbledon ?

J’ai suivi d’un peu loin car je bosse beaucoup en ce moment, mais j’ai tout de même vu quelques matches et lu des comptes rendus. Je dois dire, est-ce que l’on réalise la chance que l’on a d’avoir trois immenses stars comme Roger (Federer), Raphaël (Nadal) et Djoko ? Jamais je crois, trois génies aussi talentueux n’ont évolué au même moment, c’est juste hallucinatoire !

Vous jouerez la veille de la finale de la Coupe du monde, entre la France et la Croatie : un pronostic ?

Je vois la France gagner 3-0 ! C’est le cœur qui parle… En fait, j’ai parié 1-1 à tous les matches de la France depuis le début et, à chaque fois, elle a gagné, donc je parierai encore 1-1 pour lui porter chance ! Les Français doivent gagner : ils sont au-dessus et seront plus frais. Ils sont bien : bien dans leurs jambes, bien dans leur tête. Croisons les doigts. Après, si ça doit s’arrêter là, on les remerciera de nous avoir fait rêver et il y a de toute façon beaucoup de promesses pour l’avenir dans ce groupe-là…

Martin Solveig, en concert samedi 14 juillet à partir de 18h30 à la prairie des filtres avec aussi Amir, Léa Paci, Kendji Girac, Boulevard des airs, etc. Concert NRJ Music Tour (gratuit)


Un feu d’artifice très pop

Les tubes des reines de la pop s’invitent sur les bords de Garonne, ce soir à 23 heures, pour rythmer le feu d’artifice du 14-Juillet, promettant une soirée aussi festive qu’artistique. Ce spectacle pyrotechnique de 22 minutes a été conçu et réalisé par la société toulousaine Lacroix Ruggieri. Côté logistique, 24 postes de tirs seront répartis sur la façade de la Garonne, face à la Prairie des Filtres. L’installation du dispositif a nécessité deux jours de préparation et mobilisé une dizaine d’artificiers.

Article source: https://www.ladepeche.fr/article/2018/07/14/2836014-solveig-vois-france-gagner-3-feu-artifice-tres-pop.html

14 Juillet : approcher les secrets d’artifice Lacroix-Ruggieri

Classé «Seveso II», le site de Sainte-Foy-de-Peyrolières, cœur névralgique d’un des leaders français du marché de l’artifice, nous a ouvert ses portes, à moins d’une semaine du 14-Juillet, qui lui assure chaque année plus de la moitié de son chiffre d’affaires.

Le calme de la campagne du Savès tranche avec l’agitation fourmillante régnant à l’intérieur du site hautement gardé de l’usine principale «Lacroix-Ruggieri» de Sainte-Foy-de-Peyrolières. À une semaine pile du 14-Juillet, il n’y a plus de place à l’approximation ou aux conjectures inutiles. Débarrassés de nos portables car porteurs d’ondes pouvant générer un champ d’électricité et… allumer le feu (mais oui !), nous pénétrons dans ces bâtiments où matière grise, technicité et maintenance rivalisent de bravoure et de rapidité pour que toutes les commandes de la Fête Nationale soient honorées. Il y en aura encore 4 000 cette année, synonymes d’autant de feux d’artifice.

380 tonnes de stockage

Le site de Sainte-Foy-de-Peyrolières constitue bien le cœur névralgique de la société Lacroix-Ruggieri. Ici se conçoivent non seulement les feux, de leur genèse à leur mise en œuvre, mais également les spectacles pyrotechniques, ces shows fabuleux qui ont transformé un simple feu en un feu dit «multimedia», le cas de celui qui sera tiré à Marseille dimanche prochain, «le plus gros de l’année pour nous» concède Jean-Michel Dambielle, directeur général opérationnel chez Lacroix-Ruggieri. Il s’appuie ici sur une équipe d’une cinquantaine de personnes, dont Bernard Barès, son responsable logistique, qui évoque à juste titre «une véritable chaîne de compétence». Pas question, bien sûr, de dévoiler les secrets de fabrication des nouvelles bombes, comètes ou autres marrons d’air, celles que s’arrachent les pays du monde entier (lire ci-dessous), sans parler du fameux «monocoup», vedette incontestable des nouveaux feux tirés. Un seul envoi cliqué sur ordinateur et ce sont de multiples éclats dans le ciel !

Lorsque Jean-Pierre Costes nous emmène dans les baraques de stockage, on prend conscience de la profusion du matériel (380 tonnes), de ses potentiels dangers aussi… Outre le portable évoqué plus haut, l’environnement est primordial : chaque bâtiment est équipé contre les orages et nettoyé à ses abords de ses hautes herbes, afin d’éviter toute propagation d’incendie. Les 380 tonnes de matériels représentant entre 3500 et 4000 références de produits, sont sagement protégées… Ce n’est pas pour rien si le site logistique de Sainte-Foy est certifié «ISO 14001» depuis quatre ans, qui en fait un site «Seveso II», en cours de «Seveso III» ! Avec cette importante évolution juridique : jusqu’à présent agréés, les produits homologués Lacroix-Ruggieri sont depuis jeudi dernier «certifiés», leur rayonnement international s’en trouvant renforcé.


Marseille, Carcassonne, pas Toulouse

Des 4000 commandes annuelles de feux, plus de 70 % concernent ceux des 14 juillet et 15 août. «Notre année commence en septembre en vue de la saison estivale de l’année d’après. On monte en puissance de mars à juillet», indique Bernard Barès. Pour Lacroix-Ruggieri, qui perpétue, rappelons-le, une tradition initiée depuis 1739 – à l’époque pour distraire Louis XV et sa cour ! -, le challenge est chaque année serré, afin que tout soit préparé et acheminé à temps. Et dans six jours, le «feu de l’année» est attendu à Marseille, qui sera tiré du Vieux-Port. Un spectacle complet (ou «feu multimedia») avec artifices, musiques, jets d’eau et autres surprises, la marque de fabrique de Lacroix-Ruggieri, inventeur, rappelons-le aussi, du spectacle pyrotechnique en France au début des années soixante-dix.

Marseille, mais aussi Carcassonne (la fameuse Cité qui s’embrase et s’élève soudain dans les airs !), Biarritz, Dijon, Blois, Tours, Bordeaux, etc. mais ni Paris ni… Toulouse ! «La ville n’a pas répondu en notre faveur lors de l’appel d’offres. Bien sûr, on aurait préféré qu’il en soit différemment, mais c’est comme ça», concède Jean-Michel Dambielle. Le directeur général préfère positiver et se tourner vers l’avenir, c’est-à-dire les marchés émergents pour Lacroix-Ruggieri. Ceux-ci ne sont pas minces, notamment en Asie où «LR China», filiale chinoise de Lacroix-Ruggieri, développe une activité qui booste le chiffre d’affaires à l’export. Mais la «French Fire Works» de Dubaï rayonne tout autant au Moyen-Orient et même en Asie Centrale. Sans oublier la filiale argentine amenée à développer l’activité sur toute l’Amérique du Sud.

Une précision qui n’aura échappé à aucun inconditionnel du spectacle céleste nocturne : les feux Lacroix-Ruggieri sont parmi les plus longs au monde, 30 minutes pour un complet, plus de 10 pour un premier choix. Et un feu comme celui qui sera tiré à Marseille coûte environ 70 000 €.


repères

Le chiffre : 4 000

références de produits. C’est le stock de produits différents savamment gardés sur site, à raison de 150 créations nouvelles chaque année.

«Marseille sera cette année notre plus gros feu, un feu multimédia.»

Jean-Michel Dambielle, directeur général opérationnel

Article source: https://www.ladepeche.fr/article/2013/07/08/1667143-14-juillet-approcher-les-secrets-d-artifice-lacroix-ruggieri.html

Chez Lacroix-Ruggieri, leader des feux d’artifice, « on innove tous les ans »

Recherche en laboratoire, essais grandeur nature : pour rester le leader européen des feux d’artifice, la société Lacroix-Ruggieri mise sur l’innovation et déploie souvent ses dernières créations lors du 14 juillet, comme cette année à Carcassonne.

« Notre catalogue de feux d’artifice, c’est comme dans la mode: il change tous les ans », explique Jean-Michel Dambielle, directeur général opérationnel de Lacroix-Ruggieri. L’entreprise de fabrication, distribution et conception de feux d’artifice, basée à Muret, près de Toulouse, revendique 30% de nouveautés chaque année.

Pour innover, Lacroix-Ruggieri, née du rachat par le groupe Etienne Lacroix de son concurrent italien Ruggieri en 1997, emploie chimistes et ingénieurs.

A partir d’une gamme de 80 couleurs allant du pastel à l’argenté, le service de recherche et développement (RD) crée de nouvelles combinaisons d' »étoiles », ces billes de poudre qui se colorent lors de l’explosion de la bombe.

Une fois passé le barrage du test en laboratoire et de l’étude de colorimétrie, un prototype est réalisé et mis à l’essai sur un champ de tir. L’innovation concerne également les systèmes de lancement et les « effets spéciaux », très utilisés dans les grands concerts, notamment au Stade de France.

Parmi les derniers nés de Lacroix-Ruggieri, on trouve ainsi les bombes géométriques, qui dessinent dans le ciel « un papillon ou un visage souriant », ou le « cyclone », système de tir à 40 mètres de haut.

« En France, on a un produit à forte valeur ajoutée, qui repose sur des compositions chimiques particulières et un grand savoir-faire », explique Jean-Michel Dambielle, dont la société est l’une des seules dans l’Hexagone à encore fabriquer des produits pyrotechniques civils.

Lacroix-Ruggieri importe néanmoins de Chine 80% de ses produits afin d’alimenter l’essentiel des feux d’artifice. « Le 14 juillet est un spectacle gratuit et une tradition, même les communes ayant un petit budget -à partir de 600 euros- en organisent. Elles recherchent donc des produits peu coûteux », estime M. Dambielle.

Les bombes, jets et autres chandelles fabriquées par Lacroix-Ruggieri sont donc achetés par les grandes villes, qui disposent d’un budget pouvant avoisiner les 100.000 euros.

Le feu d’artifice, suivi de l’embrasement de la Cité médiévale de Carcassonne, est une vitrine pour l’entreprise et un contrat prisé dans le monde pyrotechnique. Les 400.000 spectateurs attendus mercredi découvriront la « carcassonnaise », une bombe pyrotechnique qui explose plus horizontalement que les autres, une innovation adaptée à l’étendue du site.

Issue de la fusion de Ruggieri, société née en 1735, artificier de Louis XV, et Lacroix, lancée en 1848, l’entreprise s’appuie sur le groupe Etienne Lacroix, fabricant de produits pyrotechniques de sécurité et de défense. « Si on ne faisait que du feu d’artifice, estime M. Dambielle, on n’aurait pas cette force de frappe que nous donne la RD ».

Le groupe Etienne Lacroix, qui a réalisé en 2009 un chiffre d’affaires de 100 millions d’euros, emploie 550 personnes dont une centaine d’ingénieurs, qui travaillent à la fois sur la pyrotechnie militaire (fumigènes, leurres infra-rouges pour avions de chasse) et civile.

Selon M. Dambielle, c’est grâce à la synergie entre ces deux secteurs que des mairies à la recherche de « spectacles ambitieux et originaux » continuent de faire appel à Lacroix-Ruggieri les 13 et 14 juillet, période qui représente 40% du chiffre d’affaires annuel du leader européen.

Article source: https://www.lepoint.fr/societe/chez-lacroix-ruggieri-leader-des-feux-d-artifice-on-innove-tous-les-ans-12-07-2010-1213671_23.php