Des feux d’artifice totalement féériques !

Samedi 31 décembre, il est 23h. L’esplanade de la SDPC, derrière la Patinoire du Sofitel Hôtel Ivoire, est déjà noire de monde. En famille ou entre amis, plusieurs centaines d’invités ont pris d’assaut les lieux. Deux espaces ont été aménagés pour la circonstance. Le premier, qui fait face à un podium et un pupitre, est réservé aux VIP. Et le second qui donne sur un buffet, est destiné au grand public, mais sur invitation. Mais, à cette heure de la nuit, les deux endroits affichent presque complets. Pourtant, des convives continuent d’arriver. Et pour certains d’entre eux, c’est un cassetête pour se trouver un siège, il faut fouiller, se renseigner auprès de ceux qui sont déjà installés. Même des sièges d’apparence vides, sont…occupés ! C’est dire que l’engouement pour l’événement est d’ores et déjà un succès. Avec le spectacle pyromusical de feux d’artifice promis par Apoteoz, la structure opérationnelle de cette 5ème édition du festival « Abidjan, perle de lumières», baptisé « I love Abidjan, perle de lumières», personne ne veut, bien entendu, se faire conter cet événement inouï, qui ne se passe qu’une…seule fois dans l’année. Pour cette grosse et dernière articulation de ce festival, l’équipe d’Apoteoz a trusté les artificiers de Lacroix-Ruggieri, le nec plus ultra en matière de feux d’artifice dans le monde. L’affluence continue, au fil du temps, de grossir sur l’esplanade de la SPDC… Autre lieu, même rassemblement : le Palais de la culture d’Abidjan, où l’ambiance est totalement, depuis 18h, à la fête sur l’espace l’Oiseau-Livres, qui borde la lagune Ebrié, avec une vue imprenable sur le pont de Gaulle, qui abrite 29 postes de tirs. Le reste étant sur des barges disséminées sur la lagune Ebrié. C’est l’Incroyable 30UN, concocté encore par Apoteoz. Ici, c’est le show à gogo, avec bouffe, boisson et musique. Surtout que minuit avance à grands pas. Une sono ahurissante distille à profusion, les chansons en vogue du moment : « Aperitif Yamakoudji » de Debordo Leekunka ; « C moi » d’Arafat ; « Coller la petite » de Franko et… bien d’autres titres à succès. Quand l’horloge affiche 00h, c’est l’explosion de joie, en communion, à travers un écran led (le direct de la RTI depuis l’esplanade de la SDPC a commencé) avec le public du Sofitel Hôtel Ivoire. Accolades par-ci, chaleureuses poignées de mains par-là, on se souhaite les vœux, les meilleurs pour la nouvelle année. Puis, le calme revient. Les yeux sont maintenant rivés sur l’écran led, la cérémonie officielle pour les feux d’artifice vient de débuter sur l’esplanade de la SDPC. Sous la houlette de l’animateur Yves Zogbo Junior, deux interventions soulagent l’impatience du public. C’est d’abord le gouverneur du District d’Abidjan qui souhaite un joyeux anniversaire au président de la République, Alassane Ouattara qui fêtait ce 1er janvier 2016, ses 74 ans, et une très bonne et heureuse année 2016 aux Abidjanais. Ensuite, le Médiateur de la République N’golo Coulibaly se réjouit de ces festivités, avant de donner le ton du spectacle pyromusical des feux d’artifice d’Abidjan, qui va se décliner en 10 tableaux et s’articuler autour du thème : « La Côte d’Ivoire qui gagne». La voix du parolier Bomou Mamadou tonne aussitôt, il rappelle les premières heures de l’indépendance de la Côte d’Ivoire. Dans la foulée, les tirs débutent. Des figures lumineuses déchirent le ciel, au grand bonheur des populations qui explosent de Cocody à Treichville, en passant par le Plateau. Pendant un peu plus de 25 minutes, le ciel abidjanais brille de mille feux, avec en prime des rafales éblouissantes sur le pont de Gaulle. Un spectacle féérique, qui a visiblement conquis la foule du Palais de la culture. « C’était magnifique. J’ai adoré et je ne regrette pas d’être venu », note avec satisfaction Justin Koffi, enseignant. « C’était graaave ! », s’extasie Pauline Koné, commerciale, avec des éclats de rire. Pour sûr, beaucoup d’Abidjanais n’oublieront pas de sitôt ces feux d’artifice mémorables…

Y. SANGARÉ 

Article source: http://lepatriote.net/actualite_det.php?id=3912

8 tonnes de feux d’artifices débarqués à Abidjan

Ce sont, au total, 8 tonnes de matériels qui ont débarqué a Abidjan en même temps que l’équipe technique, arrivée dans la nuit du dimanche au lundi à l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny de Port-Bouët. Pour tenir son pari, la société Apoteoz a fait appel aux meilleurs et ils sont au nombre de 14, les techniciens, ou plutôt pyrotechniciens, de l’entreprise  »Lacroix-Ruggieri », qui ont débarqué sur notre sol. Ce sont des spécialistes au talent mondialement reconnu puisqu’ils constituent l’équipe championne du monde dans leur discipline en 2010, à Oman. A la tête de cette équipe, M. Claude Devernois, le chef de tirs, qui a été le réalisateur du feu d’artifice du 14 juillet dernier, fête nationale en France. Et surtout, David Proteau, le créateur des effets spéciaux de la star défunte Michael Jackson et des feux d’artifice de Dubaï inscrits au livre des records Guiness. Cette équipe va tenir 4 barges de terre en arc de cercle, 3 gros camions et le pont de Gaulle avec ses 500 m. Ce sont, au total, 2 km de façade qui vont être illuminés pendant une demi heure, le 31 décembre 2015 à partir de 18h. Dans ce spectacle haut en couleurs et en bandes sons, les temps forts de l’actualité politique, sportive et socioculturelle seront croqués. Notamment, les victoires des sportifs ivoiriens et l’évocation des richesses industrielles et agraires de ce pays. Pour l’heure, ce sont 25 personnes qui s’activent pour faire réussir l’événement. Les 14 pyrotechniciens de l’équipe  »Lacroix-Ruggieri » et 11 Ivoiriens qui sont déployés avec eux. Leur  »ruche » de combat a été positionnée en face du stade Félix Houphouët-Boigny au Plateau. C’est là que le matériel est stocké en attendant son grand déploiement dans les 48H à venir. Pour faire les choses en grand, Apoteoz a baptisé l’événement «L’incroyable 30 Un». Depuis le palais de la culture à Treichville, un espace gastronomique et de rafraîchissements a été dressé pour les jeunes avec animation musicale à partir de 18H. Les invités Vip seront, eux, à partir de 21h30 déployés sur l’esplanade du Sofitel Hôtel Ivoire pour suivre en direct ce show qui sera rondement mené. Le concept  »Abidjan, perle des lumières », il faut le préciser, est devenu un phénomène mondial après moins de 5 ans de présence. En effet, le gros sapin illuminé devant la cathédrale Saint-Paul du Plateau cette année a été classé 2è plus beau sapin de Noël au monde après celui de Mexico au Mexique, et devant Byblos au Liban, et Tokyo au Japon. Des grandes villes réputées comme Berlin, New York et Moscou se classent après Abidjan dans ce top 10 établi à l’international. De quoi ravir encore Mamadou Dao et lui mettre la pression, par la même occasion, pour le 31 décembre prochain.

 

JMK

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

Article source: http://www.linfodrome.com/societe-culture/24075-8-tonnes-de-feux-d-artifices-debarques-a-abidjan

Une semaine sous la lueur des feux d’artifice

LUNDI

Toujours plus de vagabondage. Les Heures Vagabondes, ça continue. Le week-end dernier, le Celtic Social Club à Adriers et Mademoiselle K à Mirebeau ont réuni 2.500 à 3.000 personnes chacun. Hier soir, c’était le Collectif 13 qui se produisait à Rouillé, avant la prestation de Didier Barbelivien à Loudun aujourd’hui.
Le retour du bal populaire. À Châtellerault, on ressortait une vieille tradition cette semaine: le bal des pompiers du 14 juillet.

MARDI

Joyeuse fête nationale à tous. Mardi, on fêtait le 14 juillet. Cette année, malgré les restrictions budgétaires auxquelles devaient faire face les collectivités locales, quasiment toutes les communes de la Vienne en organisaient leur feu d’artifice. Vous avez été nombreux à saluer la qualité de celui de Poitiers (voir notre vidéo), au parc de Blossac.
Agression à Saint-Paul. L’église Saint-Paul, dans le quartier du Faubourg du Pont-Neuf à Poitiers, a été le théâtre d’une agression sexuelle. Le suspect a été interpellé, et écroué à Vivonne, en détention provisoire.

MERCREDI

L’aéroport en panne de kérosène. Nous évoquions le cas de l’aéroport Poitiers-Biard, qui a du mal à atteindre les 110.000 passagers, la faute à une rude concurrence et à une offre limitée. Vos réactions, nombreuses, sont parues dans nos colonnes hier.

JEUDI

Les grands moyens face aux arnaques. Le sénateur de la Vienne, Alain Fouché, lance un programme anti-arnaque portant sur le marché de l’occasion automobile. Son projet de loi prévoit un contrat de vente. Un marché qui en a bien besoin…
Fuite de gaz à Saint-Benoît. 230 abonnés ont été privés de gaz pendant une bonne partie de la journée suite à une fuite. Malgré le risque important d’explosion, la situation a rapidement été maîtrisée.
Une ministre aux Montgorges. La ministre du logement Sylvia Pinel était en visite à Poitiers pour découvrir le chantier de l’éco-quartier des Montgorges et soutenir le secteur du bâtiment (vidéo sur centre-presse.fr).

VENDREDI

Les fast food pullulent à Poitiers. Avec l’arrivée de Burger King, c’est une chaîne de fast food de plus qui s’installe à Poitiers. Une implantation qui pousse la concurrence à se refaire une beauté, comme on peut le voir avec la rénovation du Quick, à Beaulieu.
Bikes in the night. Comme chaque année, la nocturne Centre Presse avait lieu à Poitiers. Le circuit, long d’1,1 km, parcouru par des cyclistes de tous âges, tous traversés par la même passion.

Article source: http://www.centre-presse.fr/article-402654-une-semaine-sous-la-lueur-des-feux-d-artifice.html

Festival de Carcassone : ils réveillent la cité médiévale


Jour 15 et 16
km 3165
Nous avons passé 24 heures dans la cité médiévale de Carcassonne. Pour les dix ans de son festival, où se produisent les stars du théâtre et de la musique, et son feu d’artifice du 14 juillet – le plus grand de France -, qui a attiré hier soir 700 000 spectateurs.

.. alors que la préfecture de l’Aude compte 50 000 habitants. Portrait de trois acteurs de ces deux événements de l’été, une chanteuse lyrique, un restaurateur-habitant et un artificier.

Gabrielle la fait vibrer  Les 3 000 spectateurs du héâtre Jean-Deschamps ont acclamé sa performance mardi soir. Gabrielle Philiponet a ébloui dans le rôle mythique et ô combien délicat de Violetta. L’héroïne de « la Traviata », et non celle, plus contemporaine, de la série de Disney. « C’était fou et émouvant, sourit l’Albigeoise, valeur montante formée par la star belge José Van Dam. J’avais d’autant plus le trac que je jouais dans ma région, devant des membres de ma famille. »

Flûtiste de formation, la soprano, âgée de 34 ans, s’est lancée dans le chant il y a maintenant dix ans. Avec quelle réussite ! Dans cette version décalée et vibrante de l’opéra de Giuseppe Verdi, mise en scène par la chanteuse et comédienne Arielle Dombasle, qui tourne tout l’été, elle découvre l’opéra en plein air. « Cela nous pousse dans nos retranchements, avoue-t-elle. Nous qui sommes d’habitude cocoonés, avec des loges chauffées, nous n’avons pas toujours de coulisses et nous produisons parfois sous la pluie. Mais à Carcassonne, il faisait beau et l’acoustique était parfaite. C’est très agréable. »

Philippe la régale Philippe Decaud est un personnage de la cité. Le patron de la brasserie le Sénéchal, face au château comtal, est l’un de ses trente restaurateurs. Une histoire de famille. Hier, il avait outre ses deux fils employés sa fille en renfort. « Le festival permet de fixer les touristes et les excursionnistes qui viennent une journée », apprécie-t-il. C’est aussi l’un des 50 habitants de la cité médiévale, qui a bien du mal à couper le cordon. « Les déplacements et les livraisons sont compliqués, mais c’est un bonheur d’habiter et de travailler dans un endroit classé au Patrimoine mondial et connu sur toute la planète », avoue ce bon vivant de 63 ans. Il a vécu des moments privilégiés avec les artistes qui s’y produisent. « J’ai porté le violon de Yehudi Menuhin, passé une nuit mémorable avec Claude Nougaro, servi une omelette à Robert Plant, un café à Sting, raconte-t-il. Quand elles viennent ici, les stars aiment se fondre dans la foule, incognito. »

Claude l’illumine Pour 25 minutes et 15 secondes de show sur 900 m du mur d’enceinte de la cité médiévale, le feu d’artifice nécessite quatre jours d’installation par 20 artificiers et 14 agents municipaux. Mais un seul homme le déclenche. C’est Claude Devernois, le directeur technique des spectacles de la société Lacroix-Ruggieri. « J’ai tiré mon premier feu d’artifice ici en 1984, précise ce fils de pompier de 65 ans, dont quarante de carrière. Je ne m’en lasse pas. C’est toujours un travail d’équipe et un défi, dans un site qu’on veut mettre en valeur mais qu’on doit aussi protéger. » Avant l’embrasement, hier, il vérifiait encore le raccordement des 150 000 projectiles, 90 boîtiers informatiques et d’une tonne de poudre.

Article source: http://www.leparisien.fr/loisirs-spectacles/tournees-des-festivals/festival-de-carcassone-ils-reveillent-la-cite-medievale-15-07-2015-4945833.php

Charente-Maritime : après l’Hermione, feu d’artifice dimanche à Rochefort pour …

Dans la région de La Rochelle, en attendant le retour de la frégate l’Hermione qui a mis le cap, samedi 18 avril 2015 vers les Canaries, dernière escale avant son grand voyage vers les États Unis, la Ville de Rochefort, accueille pour quelques semaines le Nao Victoria. Ce navire, « nao » en espagnol, est la réplique du premier bateau à avoir réalisé le tour de la terre entre 1519 et 1522. La Victoria faisait partie de la flotte des cinq vaisseaux de la grande expédition de Magellan, lui-même mort au combat sur une île avant la fin du voyage. Sur les 237 hommes partis de Séville de 1519, seuls 18 survivants européens ainsi que trois indiens ont réussi revenir en Espagne dans un port d’Andalousie en 1522 à bord de la Victoria. Plus ancienne que l’Hermione, c’est une caraque typique de la fin du Moyen-Âge comme en témoigne la silhouette assez massive de sa coque arrondie encadrée par deux hauts « châteaux ».

La reconstruction du Nao Victoria avait été beaucoup plus rapide que celle de l’Hermione. En effet si la frégate du 18e siècle de La Fayette a demandé un chantier qui s’est prolongé pendant dix-sept ans à Rochefort, celui du navire de Magellan a été mené à un train d’enfer. En seulement huit mois et selon des techniques traditionnelles, la caraque était fin prête pour l’exposition universelle de 1992 à Séville à laquelle elle était destinée. Cette Victoria contemporaine a renouvelé l’exploit de celle 16e siècle puisque c’est la première réplique d’un navire historique à avoir réalisé entre 2004 et 2006, un tour du monde complet.

L’escale de plus de deux mois à Rochefort jusqu’au 4 juillet 2015, s’inscrit dans la tournée européenne 2015 du navire. Après l’Espagne, Rochefort-sur-Mer est sa première étape en France et la plus longue puisqu’elle ne s’arrêtera que quelques jours à Boulogne-sur-Mer mi-juillet avant partir vers l’Allemagne puis Amsterdam en Hollande. Le Nao Victoria reviendra ensuite en France à Honfleur où elle restera de fin août à début octobre 2015.

Feu d’artifice, dimanche 19 avril 2015 à Rochefort : avec une météo plus clémente que pour le départ pluvieux de l’Hermione, hier samedi, ce sont également les artificiers de la société Lacroix-Ruggieri qui seront aux manettes pour accueillir la Nao Victoria à la tombée de la nuit, vers 21h30.

Visites du bateau au port de plaisance de Rochefort-sur-mer : quai Bellot du 20 avril au 4 juillet, 7 jours sur 7, de 10h à 12h30 et de 13h30 à 19h. Infos pratiques : visites tous les jours du 20 avril au 4 juillet 2013 de 10h à 12h et de 13h30 à 19h. Parcours guidé toutes les demi-heures et dernière entrée 30 minutes avant la fermeture. Billetterie : 6 euros plein tarif adulte, des tarifs réduits, des billets couplés avec la visite de la Corderie Royale et des tickets « famille » pour 2 adultes et 2 enfants… À noter : les visites théâtralisées du vendredi soir à 19h en compagnie d’un comédien, sur réservation 13 euros et 10 pour les 6-15 ans.

La Rochelle et sa région : vivez et consommez local !
Suivez LeFlux et ses thématiques ! Tendances et shopping. « En promo ». Loisirs et sorties : agenda, clubbing. Tourisme, vacances et week-end et hôtels à la Rochelle. (fils d’infos partenaires annonceurs ; et rédaction ubacto).

Patrimoine maritime à Rochefort : en attendant le retour de la frégate l’Hermione dans son port d’attache fin août 2015, la Corderie Royale en plus de ses noeuds et cordages propose jusqu’en tout début d’année 2016, « Des embruns dans les bulles », une exposition temporaire sous la forme d’un carnet de voyage en compagnie d’auteurs de bande dessinée. De son côté le musée de la Marine présente jusqu’à la fin de l’année 2015 : « Touché-coulé, un arsenal de bateaux jouets ». Cette exposition thématique présentée en 2007 au musée de la Marine à Paris retrace l’histoire du jeu de bateau de 1850 à aujourd’hui entre documents et une collection exceptionnelle de bateaux-jouets de l’univers de la marine militaire, du modèle unique de luxe aux grandes séries plus démocratiques.

Article source: http://ubacto.com/la-une-la-rochelle/-101805.shtml