Chez Lacroix-Ruggieri, leader des feux d’artifice, "on innove tous les ans"

Recherche en laboratoire, essais grandeur nature : pour rester le leader européen des feux d’artifice, la société Lacroix-Ruggieri mise sur l’innovation et déploie souvent ses dernières créations lors du 14 juillet, comme cette année à Carcassonne.

« Notre catalogue de feux d’artifice, c’est comme dans la mode: il change tous les ans », explique Jean-Michel Dambielle, directeur général opérationnel de Lacroix-Ruggieri. L’entreprise de fabrication, distribution et conception de feux d’artifice, basée à Muret, près de Toulouse, revendique 30% de nouveautés chaque année.

Pour innover, Lacroix-Ruggieri, née du rachat par le groupe Etienne Lacroix de son concurrent italien Ruggieri en 1997, emploie chimistes et ingénieurs.

A partir d’une gamme de 80 couleurs allant du pastel à l’argenté, le service de recherche et développement (RD) crée de nouvelles combinaisons d' »étoiles », ces billes de poudre qui se colorent lors de l’explosion de la bombe.

Une fois passé le barrage du test en laboratoire et de l’étude de colorimétrie, un prototype est réalisé et mis à l’essai sur un champ de tir. L’innovation concerne également les systèmes de lancement et les « effets spéciaux », très utilisés dans les grands concerts, notamment au Stade de France.

Parmi les derniers nés de Lacroix-Ruggieri, on trouve ainsi les bombes géométriques, qui dessinent dans le ciel « un papillon ou un visage souriant », ou le « cyclone », système de tir à 40 mètres de haut.

« En France, on a un produit à forte valeur ajoutée, qui repose sur des compositions chimiques particulières et un grand savoir-faire », explique Jean-Michel Dambielle, dont la société est l’une des seules dans l’Hexagone à encore fabriquer des produits pyrotechniques civils.

Lacroix-Ruggieri importe néanmoins de Chine 80% de ses produits afin d’alimenter l’essentiel des feux d’artifice. « Le 14 juillet est un spectacle gratuit et une tradition, même les communes ayant un petit budget -à partir de 600 euros- en organisent. Elles recherchent donc des produits peu coûteux », estime M. Dambielle.

Les bombes, jets et autres chandelles fabriquées par Lacroix-Ruggieri sont donc achetés par les grandes villes, qui disposent d’un budget pouvant avoisiner les 100.000 euros.

Le feu d’artifice, suivi de l’embrasement de la Cité médiévale de Carcassonne, est une vitrine pour l’entreprise et un contrat prisé dans le monde pyrotechnique. Les 400.000 spectateurs attendus mercredi découvriront la « carcassonnaise », une bombe pyrotechnique qui explose plus horizontalement que les autres, une innovation adaptée à l’étendue du site.

Issue de la fusion de Ruggieri, société née en 1735, artificier de Louis XV, et Lacroix, lancée en 1848, l’entreprise s’appuie sur le groupe Etienne Lacroix, fabricant de produits pyrotechniques de sécurité et de défense. « Si on ne faisait que du feu d’artifice, estime M. Dambielle, on n’aurait pas cette force de frappe que nous donne la RD ».

Le groupe Etienne Lacroix, qui a réalisé en 2009 un chiffre d’affaires de 100 millions d’euros, emploie 550 personnes dont une centaine d’ingénieurs, qui travaillent à la fois sur la pyrotechnie militaire (fumigènes, leurres infra-rouges pour avions de chasse) et civile.

Selon M. Dambielle, c’est grâce à la synergie entre ces deux secteurs que des mairies à la recherche de « spectacles ambitieux et originaux » continuent de faire appel à Lacroix-Ruggieri les 13 et 14 juillet, période qui représente 40% du chiffre d’affaires annuel du leader européen.

Article source: http://www.lepoint.fr/societe/chez-lacroix-ruggieri-leader-des-feux-d-artifice-on-innove-tous-les-ans-12-07-2010-1213671_23.php

Revivez le Grand baiser, le grand show pyrotechnique donné à Marseille pour ouvrir MP2018

  • Le Journal tretsois
  • Aux alentours vidéos

EVENEMENT à Marseille ce mercredi 14 février 2018 avec l’ouverture de l’année MP2018 MARSEILLE QUEL AMOUR, destiné à célébrer les 5ans de Marseille capitale de la culture. Pour ouvrir cette année était proposé en ce jour de la St Valentin « Le Grand Baiser » un grand spectacle pyrotechnique qui a réuni 45 000 personnes sur le Vieux-Port à 19h ! Les Fêtes d’Ouverture #MP2018 se poursuivent jusqu’au 18 février pour marquer sept mois de festivités culturelles et 450 rendez-vous avec  » Quel Amour !  » comme fil rouge. Autres spectacles à Arles, Aubagne, Istres, Martigues et Salon-de-Provence samedi 17 février à 19h pour (re)vivre le grand frisson ! #QuelAmour ! Hélas rien en Pays d’Aix cette année ni à Trets.
Ce grand spectacle de feu et lumière était proposé par le Groupe F pendant une vingtaine de minutes.

Arles: https://www.mp2018.com/evenements/le-grand-baiser-a-arles/
Aubagne: https://www.mp2018.com/evenements/le-grand-baiser-a-aubagne/
Istres: https://www.facebook.com/events/139263590076163/
Martigues: https://www.mp2018.com/evenements/le-grand-baiser-a-martigues/
Salon-de-Provence: https://www.facebook.com/events/221492081729588/

INTEGRALE PAR MP2018

INTEGRALE PAR FRANCE3 PROVENCE

VIDEO PAR LA PROVENCE

Vu: 85 fois


<!–



var addthis_config = {« data_track_addressbar »:true};

AddThis Button END –>

= Liste de toutes les actualités

Ajouter un commentaire :

Votre commentaire apparaitra une fois validé par l’administrateur du site

Pseudo :

Mail obligatoire :

<!–

–>

Message :

 

Code à entrer :

Cet espace de discussion n’est pas destiné à créér des polémiques, s’en prendre aux gens, associations, les insulter, régler vos comptes, ou parler de la vie privée des gens, mais juste échanger et commenter calmement sur la vie tretsoise de manière courtoise et respectueuse de l’autre… Critiquer est possible mais sans s’en prendre aux gens ! MERCI ! S’il y a encore des dérapages, comme par le passé, il sera supprimé, ce qui serait dommage que les autres payent par le comportement de quelques uns !

Si vous avez des infos à communiquer, si vous êtes au courant de quelque chose qui se déroule ou va se dérouler à Trets, si vous êtes dans une association et que vous souhaitiez communiquer ses résultats, son actu etc…, que vous voulez faire partager des photos de la vallée, envoyez dès maintenant un mail ou poster un message ici ou sur facebook, le tout sera rapidement mise en ligne ici… Merci à vous !

Les dernières actualités :

15/02 : Culture Revue de presse : Isabelle Litschig, Une galeriste pas comme les autres

15/02 : Aux alentours vidéos : Revivez le Grand baiser, le grand show pyrotechnique donné à Marseille pour ouvrir MP2018

15/02 : Cinéma : Au cinéma de Trets en FEVRIER 2018 : La programmation = CETTE SEMAINE [MAJ 15/2]

14/02 : Sport Aux alentours Photos Vélo : Le 3ème Tour LA PROVENCE s’est élancé d’Aix en Provence pour sa dernière étape : REPORTAGE

14/02 : Vie tretsoise : Des centaines de tretsois privés d’eau au réveil

14/02 : Economie Photos : C’est la Saint Valentin chez Maty Fleurs

13/02 : Reportage sport foot résultats basket tennis Judo : Week end des 10 11 février bien positif en foot, Judo et basket mais moins en tennis

13/02 : Economie Portrait Presse : Expera conseils, la société d’expertise-comptable de l’ancien conseiller municipal A GASET, classée par Les échos

12/02 : Municipalité : Une 4e démission au sein de la majorité, en ce début d’année 2018

11/02 : Souvenirs : Il y a 17ans, comme en région parisienne, l’A8 enneigée, piégeait des milliers d’automobilistes à Trets Pourrières St Max

11/02 : Danse Presse Portrait : Florette Jager, portrait d’une danseuse tretsoise de talent [1 Co.]

10/02 : Souvenirs : La verrerie de Trets et le reboisement d’après guerre…

Suite des actualités

Article source: http://trets.free.fr/actu/lesbrevesdactuSEULE.php?id=4053&idgoogl=4053

Le feu d’artifice du cirque Arlette Gruss

Et chaque année durant un mois, chaque jour, les spectateurs émus, conquis et heureux font une standing ovation à tous les talents mêlés de ce cirque … Dernière le 11 février prochain … Ce sera ensuite le grand départ de la tournée annuelle, plus de 8500kms dans 27 villes de notre pays de Bordeaux à La Rochelle et Lille et Strasbourg, Montpellier, Lyon et Paris. 52 convois pour 230 jours de spectacle continueront de faire rêver, frissonner et rire des milliers de passionnés de cet art circassien, spectacle vivant par excellence. Chez Gruss les animaux respirent le bien-être, la santé (une équipe de douze soigneurs s’en occupent journellement) tellement vivants, épanouis et malicieux sous les mille feux des projecteurs multicolores, ils nous enchantent, nous surprennent … l’union entre hommes, chevaux, tigres, lions et éléphants parle d’elle-même.

La nouvelle génération Gruss côté folie, c’est du sérieux !




Oser les onze musiciens en live dirigés par Sergiu Lurco, la piste surélevée comme une scène de music-hall permettant à tous les spectateurs, des loges aux premières, confortablement installés sur des sièges avec dossiers de goûter le spectacle. Une revue qui explose dans un feu d’artifice de couleurs et de costumes originaux dessinés et signés du grand couturier Roberto Rosello qui, toujours en harmonie étroite avec les artistes selon la diversité des numéros présentés, confectionnera dans ses ateliers ces vêtements d’exception. Durant deux heures le spectacle en un rythme millimétré ponctué par l’art poétique et les précisions de l’élégant Kévin Sagau, Monsieur Loyal, les entrées « public » du clown Mathieu qui, dans les travées jusque sur la piste entraîne avec lui la joie et la bonne humeur laisse éclater en bouche des saveurs d’un dîner 3* de l’entrée au dessert …De la vingtaine de numéros présentés et en retenant prioritairement, la cavalerie Gruss qui a toujours fait la renommée du cirque …




Huit frisons noir brillant de santé, sept lusitaniens blancs lustrés, coiffés comme des stars et deux jolis mini poneys dansent tout en grâce et en précision sous la direction douce et souriante de Linda Biasini Gruss et Laura Maria Gruss qui enchantent la piste … Je n’oublie pas les tigres de Sarah Houcke un peu indisciplinés et trop gourmands … Les éléphants « dansants et élégants » de John Vernuccio Togni. Puis le numéro « beauté et souplesse » de sangles élastiques proposé par le voltigeur Kevin Gruss, aérien … Celui de mains à mains qui allient force et équilibre proposé par Alexis Gruss et Sergei Baryshnikov … Et enfin les moments frissonnants, pétaradants, étonnants dont on se souviendra forcément … L’homme fusée Ramon Kathriner … La roue infernale domptée, maîtrisée par les bondissants Colombiens Michael et Alejandro Vanegas dont un triple saut périlleux dans les airs, ahurissant ! … Le Motor’s Quad show qui vole au-dessus de la piste lancée à toute allure des travées à la sortie des artistes en un ballet aérien de plus de 20 mètres pilotés par Aurélien, Frédéric et Guillaume … cela avant un bouquet final et une standing ovation d’un public comblé. A l’année prochaine … les Gruss … on vous attendra avec impatience.

Article source: http://www.bordeaux-gazette.com/le-feu-d-artifice-du-cirque-arlette-gruss.html

Un feu d’artifice tiré à la mode japonaise

Sorti cet été au Japon, Fireworks était attendu en France ! Ce « feu d’artifice » qui n’a pas connu l’explosion d’enthousiasme espérée au pays du Soleil levant se rattrapera-t-il dans l’Hexagone ?

Adaptation du long métrage de Shungi Iwai, Fireworks, Should We See It From the Side or the Bottom, ce film d’animation nous plonge dans l’univers somme toute classique et universel de jeunes collégiens. Tout y est : les premiers émois amoureux, les secrets, l’amitié parfois un peu vache, la maladresse des garçons…

L’histoire se passe sur une journée. Norimichi et son copain Yusuke se défient à la piscine. Ils sont rejoints pas la jolie Nazuna, une fille de leur classe. Laquelle va mettre à son tour les garçons en compétition : celui qui gagnera la course des 50 mètres sera son invité au feu d’artifice de ce soir. Car l’événement de la journée, celui dont tout le monde parle, chez les collégiens comme chez les professeurs, c’est cette explosion de couleurs attendues dans le ciel ce soir d’été. Un feu d’artifice est-il plat ou rond ? est la question récurrente. Mais pas la préoccupation principale de Nazuna. La jeune fille va quitter le collège car sa mère a décidé de se remarier. C’est son drame et son secret. Qu’elle va finalement confier à celui qui gagnera la traversée de la piscine. Norimichi ou Yusuke ? Cette journée est à répétition. Le scénariste se base sur les « Et si ? ». Il imagine ce qui se serait passé si… Si l’un avait gagné ; ou l’autre… Si Nazuna avait réussi sa fugue ; si ses parents, à l’inverse l’avaient rattrapée… Le film devient alors onirique, musical et dans une ambiance très japonaise. On pense à Your Name, sorti il y a un an et qui racontait l’histoire d’une adolescente de la campagne qui échangeait sa vie avec un jeune Tokyoïte.

Nous sommes ici plus dans l’univers des mangas style One piece que dans la poésie de Hayao Miyazaki. Avec la magie, le fantastique, l’adolescence et les sentiments qui vont avec. Amours naissantes, émotions…

Fireworks. Film d’animation de Akiyuki Shinbo et Nobuyuki Takeuchi, Japon (1 h 30).

Véronique Lacoste-Mettey

Article source: https://www.lamontagne.fr/clermont-ferrand/loisirs/art-litterature/2018/01/03/un-feu-dartifice-tire-a-la-mode-japonaise_12688177.html

Feux d’artifice lors de Feux d’hiver à Calais: des riverains se plaignent des retombées enflammées

N
ous avons regardé le feu d’artifice avec un seau d’eau à la main », déclare Hélène Ducrocq. Cette riveraine de la rue Gallieni a vu de nombreux morceaux de cartons enflammés retomber dans son jardin lors des quatre jours de feux d’artifice pour les Feux d’hiver au Channel. « Mon mari a dû sortir le tuyau d’arrosage », renchérit Monique Sommers, sa voisine. Ces restes d’artifices ont causé des trous dans la tente de son jardin. « J’ai reçu une braise sur mon manteau. Heureusement que mon mari était à côté pour l’éteindre. »
« Nous adhérons aux Feux d’hiver et aux festivités du Channel. Nous souhaitons juste que le plaisir soit pour tout le monde, que l’on soit intransigeant sur la sécurité », soulignent les deux riveraines.

« Ça flambait encore dans le jardin, relate Fortuné Bocquillon, résidant rue du général Margueritte. J’ai eu des retombées sur la toiture, le velux et dans la gouttière », poursuit-il. « Et si les projectiles obstruent les évacuations d’eau de pluie, qui va payer ? » s’inquiète Monique Sommers.

Au total une vingtaine d’habitants des deux rues susmentionnées, qui jouxtent le Channel, ont signé une lettre adressée à la mairie de Calais, à la sous-préfecture, au directeur du Channel, Francis Peduzzi ainsi qu’au président de la région, Xavier Bertrand. « Nous vous informons que même si nous adhérons aux Feux d’hiver, qui nous offrent une très belle fête, nous ne pouvons vous laisser ignorer que ceux-ci impliquent beaucoup de danger et de désagréments », peut-on lire dès les premières lignes. Entre le jeudi 28 et le dimanche 31 décembre, le Channel a organisé des feux d’artifice dans l’enceinte de ses murs chaque soir à 19h.

Avis favorable

Interrogé sur les faits, Francis Pedruzzi déclare : « Nous avons monté un dossier pour l’organisation des feux d’artifice et nous avons reçu un avis favorable ».

En matière d’organisation de spectacle, les projets passent devant une commission de sécurité composée d’une délégation de services publics (mairie, police, pompiers) et, en l’occurrence, du Channel. Cette assemblée évalue si le projet respecte les normes de sécurité en vigueur, notamment en fonction du nombre de personnes attendues lors de l’événement. L’autorisation est ensuite délivrée par la préfecture. « Quand on tire un feu d’artifice, il y a forcément des retombées, poursuit Francis Peduzzi. Si les riverains constatent des dégâts, nous avons une assurance qui prendra en charge les dommages ».

Une réponse jugée « inconvenante, irresponsable et irrespectueuse », par les plaignants.

« Les artifices que nous avons utilisés sont de petite taille, 10 millimètres pour les feux tirés en semaine et jusqu’à 100 millimètres pour le soir du réveillon, explique Pierre de Mecquenem, artificier qui a organisé les feux du Channel. Nous avons respecté une distance de sécurité de 8 mètres en moyenne et 50 mètres le 31. Des SSIAP (agent de sécurité incendie, ndlr) étaient présents pour assurer la sécurité du site. Le vent ne dépassait pas les 50km/h. (limite pour tirer des feux d’artifice, NDLR)

Météo France, de son côté, fait état, pour la soirée du 31 décembre, d’un vent du sud-ouest soufflant à 60km/h à 19h (heure du premier feu d’artifice), montant à 90km/h à 23h et redescendant à 70 km/h, avec des rafales à 78km/h à minuit (heure du deuxième feu). « Nous avons évalué la vitesse du vent sur toute la hauteur du Belvédère avec l’artificier et cela ne dépassait pas les 25-35km/h », réagit Francis Peduzzi. « Les artifices sont réglés pour retomber éteints. Nous choisissons des produits les plus dégradables possibles et pas incandescents. » Les riverains ont également déploré le stationnement « anarchique ».

J.J

Article source: http://www.nordlittoral.fr/64420/article/2018-01-05/feux-d-artifice-lors-de-feux-d-hiver-calais-des-riverains-se-plaignent-des