Une spectaculaire projection sur l’église Saint-Pierre en juillet

En 2018, les Rencontres audiovisuelles lancent la première édition du « Vidéo mapping festival » dans la région des Hauts-de-France. Le mapping vidéo est une discipline en plein développement, et le festival a pour ambition de le présenter sous toutes ses formes (mapping monumental, sur objet, jeu vidéo, immersif, interactif).

Le mapping vidéo est également appelé fresque lumineuse ou projection illusionniste. C’est une technologie multimédia qui permet de projeter de la lumière ou des vidéos sur des volumes, de recréer des images de grande taille sur…

Article source: http://www.lavoixdunord.fr/320863/article/2018-02-20/une-spectaculaire-projection-sur-l-eglise-saint-pierre-en-juillet feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

Nouvel An Chinois : des feux d’artifice de fer en fusion à Chongqing …


La victoire de Martin Fourcade, la plus belle des récompenses pour ses supporters

Article source: https://www.lci.fr/insolite/nouvel-an-chinois-des-feux-d-artifice-de-fer-en-fusion-a-chongqing-2079186.html feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

Nouvel An Chinois : des feux d’artifice de fer en fusion à Chongqing !

RÉFORME DU RAIL

Les négociations débutent ce lundi entre le gouvernement, la SNCF, les usagers et les syndicats.

Article source: https://www.lci.fr/insolite/nouvel-an-chinois-des-feux-d-artifice-de-fer-en-fusion-a-chongqing-2079186.html feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

Ariège : chute mortelle en ski pendant les festivités en l’honneur de Perrine Laffont

Un jeune skieur s’est tué dimanche aux Monts d’Olmes, dans l’Ariège, après une chute au moment où la station fêtait le retour de son enfant prodige, la nouvelle championne olympique de ski de bosses, Perrine Laffont, a-t-on appris auprès de la gendarmerie et des pompiers.

Chute après un saut. L’accident s’est produit peu après 15h30. Le jeune homme de 19 ans, qui skiait avec son père, a chuté après un saut dans des conditions qui n’ont pas été communiquées ni par le Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) qui est intervenu ni par les pompiers.

Le feu d’artifice annulé. Au même moment, Perrine Laffont, rentrée samedi en Ariège, fêtait son sacre dans sa station. Au programme : retrouvailles avec ses amis, initiation au ski de bosses pour les enfants, séances de dédicaces. Une descente aux flambeaux et un feu d’artifice étaient prévus pour clôturer la journée mais ces deux événements ont été annulés par les responsables de la station. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de l’accident.

Article source: http://www.europe1.fr/faits-divers/ariege-chute-mortelle-en-ski-pendant-les-festivites-en-lhonneur-de-perrine-laffont-3578144 feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

Ruggieri embrase Paris, Toulouse, Carcassonne… et le stade Nord

À peine revenue d’Astana au Kazakhstan où elle a assuré l’ouverture de l’Exposition universelle, l’équipe d’artificiers de l’entreprise muretaine Ruggieri plonge dans le grand bain de feu du 14 juillet.

Jeux Olympiques

Onze grands feux du 14 juillet sont programmés sur ses pupitres digitaux. En région, ce sont les «années 80» qui feront communier les milliers de spectateurs accourus vers la prairie des filtres à Toulouse. L’embrasement des remparts et des tours de Carcassonne n’échappera pas non plus à Ruggieri, qui a réalisé, sous la bannière Lacroix-Ruggieri, la quasi-totalité du feu «historique» depuis sa création, il y a plus de cent ans. Arcachon, Dijon, Montpellier, Royan, Brest… des noms familiers aux pyrotechniciens muretains.

Mais celui qui les remplit le plus de fierté, c’est celui de Paris qui viendra appuyer la candidature de la capitale aux Jeux Olympiques de 2024. Avec son ambassadrice de charme, la tour Eiffel qui sera habillée de lumière pour porter les valeurs de l’olympisme et exalter l’art de vivre parisien. «Non, tout n’a pas encore été fait sur la tour Eiffel», assure David Proteau, le directeur artistique des «Grands événements», qui arrivera aux pieds de la dame de fer avec trois tonnes de produits pyrotechniques et vingt artificiers qui installeront 142 projecteurs et 157 points de tir. Le déploiement de moyens sera certes moins important à Muret, mais le feu tiré par le distributeur Ruggieri Toulouse Artifices créations alignera 30 minutes de folie pyrotechnique au stade nord, devant près de 10 000 spectateurs.

Article source: https://www.ladepeche.fr/article/2017/07/09/2609404-ruggieri-embrase-paris-toulouse-carcassonne-et-le-stade-nord.html feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

Perrine Laffont fêtée comme une superstar dans sa station des Monts d’Olmes

Auréolée de sa médaille en or remportée dans l’épreuve de ski de bosses aux Jeux Olympiques de Pyeongchang, Perrine Laffont est rentrée samedi dans son fief ariégeois. Ce dimanche, une semaine jour pour jour après son sacre, la jeune championne de 19 ans a été fêtée dans sa station des Monts d’Olmes, là-même où elle a fait ses premières descentes alors qu’elle était haute comme trois pommes !

La rédaction ariégeoise de La Dépêche a suivi en direct cette journée : 

18 heures : La journée a été endeuillée par le décès d’un jeune skieur audois de 19 ans qui s’est tué sur les pistes des Monts D’Olmes en fin d’après-midi. Devant la gravité des faits, la décision d’annuler la descente aux flambeaux et le feu d’artifice, qui devaient clôturer la journée de fête de Perrine Laffont, après l’obtention de son titre de championne olympique de ski de bosses, a été prise.

15h04 : Perrine Laffont donne des cours particuliers de ski de bosses sur les pistes !

Perrine Laffont félicite son coéquipier Pyrénéen Martin Fourcade pour sa quatrième médaille d’or olympique

« Forcément je suis super heureuse pour lui. Il a raté quelques courses depuis le début de ces J.O. mais là de revenir juste après…On sait de toutes façons c’est le meilleur et qu’il était capable de le faire et c’est super pour lui. Je n’ai pas eu le temps de regarder sa course parce que j’étais ici aux Monts D’olmes mais je ne manquerai pas de la revoir ce soir. Martin ça fait déjà un moment qu’il est sur le toit du monde : performer à côté de lui pour la région, pour les Pyrénées, c’est cool de faire ça en team ! Et si jamais Martin tu m’entends, je veux quand même te remercier de m’avoir laissé gagner la prmière médaille pour la France dimanche dernier ! »

12h05 : En attendant l’initiation au ski de bosses, les enfants de la station n’ont pas perdu de temps pour regagner les pistes.

11h55 : Perrine a pris la pose avec les petits skieurs des Monts-d’Olmes pour leur plus grand plaisir. Peut-être de futurs champions !

11h45 : Elus locaux ou même skieurs en herbes, ils tiennent tous à féliciter l’enfant du pays ! Quelques enfants sont montés sur scène pour poser une question à leur nouvelle idole.

11h40 : Perrine a eu le droit à une Marseillaise jouée par un groupe de son village de Lavelanet.

11h35 : C’est l’effervescence aux Monts-d’Olmes ! Perrine est accueillie par une haie d’honneur. Elle prend un bain de foule parmi ses plus fidèles supporters.

11h01 : L’arrivée de Perrine est maintenant imminente. Elle devrait être accueillie par une haie d’honneur, accompagnée des cuivres du « Coq lavelanétien »

Dimanche matin, les Monts-d’Olmes au diapason de Perrine Laffont

La station des Monts-d’Olmes se prépare pour le retour de sa championne olympique avec des installations en bas des pistes. Une initiation au ski de bosses est prévue dans la journée.

10h25 : Ce matin aux Monts-d’Olmes, tout tourne autour de Perrine, jusque dans les détails. Elle est même présente sur les sets de table !

10h18 : Son père, Jean-Jacques Laffont, moniteur de ski ESF dans la petite station, a été sollicité par les médias dans l’attente de l’arrivée de « Pépette ».

Samedi soir, la station se prépare au grand évènement

Samedi après-midi, Perrine atterrit à l’aéroport de Toulouse

 

Article source: https://www.ladepeche.fr/article/2018/02/17/2744622-suivez-retour-championne-olympique-perrine-laffont-station-monts-olmes.html feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

Chez Lacroix-Ruggieri, leader des feux d’artifice, "on innove tous les ans"

Recherche en laboratoire, essais grandeur nature : pour rester le leader européen des feux d’artifice, la société Lacroix-Ruggieri mise sur l’innovation et déploie souvent ses dernières créations lors du 14 juillet, comme cette année à Carcassonne.

« Notre catalogue de feux d’artifice, c’est comme dans la mode: il change tous les ans », explique Jean-Michel Dambielle, directeur général opérationnel de Lacroix-Ruggieri. L’entreprise de fabrication, distribution et conception de feux d’artifice, basée à Muret, près de Toulouse, revendique 30% de nouveautés chaque année.

Pour innover, Lacroix-Ruggieri, née du rachat par le groupe Etienne Lacroix de son concurrent italien Ruggieri en 1997, emploie chimistes et ingénieurs.

A partir d’une gamme de 80 couleurs allant du pastel à l’argenté, le service de recherche et développement (RD) crée de nouvelles combinaisons d' »étoiles », ces billes de poudre qui se colorent lors de l’explosion de la bombe.

Une fois passé le barrage du test en laboratoire et de l’étude de colorimétrie, un prototype est réalisé et mis à l’essai sur un champ de tir. L’innovation concerne également les systèmes de lancement et les « effets spéciaux », très utilisés dans les grands concerts, notamment au Stade de France.

Parmi les derniers nés de Lacroix-Ruggieri, on trouve ainsi les bombes géométriques, qui dessinent dans le ciel « un papillon ou un visage souriant », ou le « cyclone », système de tir à 40 mètres de haut.

« En France, on a un produit à forte valeur ajoutée, qui repose sur des compositions chimiques particulières et un grand savoir-faire », explique Jean-Michel Dambielle, dont la société est l’une des seules dans l’Hexagone à encore fabriquer des produits pyrotechniques civils.

Lacroix-Ruggieri importe néanmoins de Chine 80% de ses produits afin d’alimenter l’essentiel des feux d’artifice. « Le 14 juillet est un spectacle gratuit et une tradition, même les communes ayant un petit budget -à partir de 600 euros- en organisent. Elles recherchent donc des produits peu coûteux », estime M. Dambielle.

Les bombes, jets et autres chandelles fabriquées par Lacroix-Ruggieri sont donc achetés par les grandes villes, qui disposent d’un budget pouvant avoisiner les 100.000 euros.

Le feu d’artifice, suivi de l’embrasement de la Cité médiévale de Carcassonne, est une vitrine pour l’entreprise et un contrat prisé dans le monde pyrotechnique. Les 400.000 spectateurs attendus mercredi découvriront la « carcassonnaise », une bombe pyrotechnique qui explose plus horizontalement que les autres, une innovation adaptée à l’étendue du site.

Issue de la fusion de Ruggieri, société née en 1735, artificier de Louis XV, et Lacroix, lancée en 1848, l’entreprise s’appuie sur le groupe Etienne Lacroix, fabricant de produits pyrotechniques de sécurité et de défense. « Si on ne faisait que du feu d’artifice, estime M. Dambielle, on n’aurait pas cette force de frappe que nous donne la RD ».

Le groupe Etienne Lacroix, qui a réalisé en 2009 un chiffre d’affaires de 100 millions d’euros, emploie 550 personnes dont une centaine d’ingénieurs, qui travaillent à la fois sur la pyrotechnie militaire (fumigènes, leurres infra-rouges pour avions de chasse) et civile.

Selon M. Dambielle, c’est grâce à la synergie entre ces deux secteurs que des mairies à la recherche de « spectacles ambitieux et originaux » continuent de faire appel à Lacroix-Ruggieri les 13 et 14 juillet, période qui représente 40% du chiffre d’affaires annuel du leader européen.

Article source: http://www.lepoint.fr/societe/chez-lacroix-ruggieri-leader-des-feux-d-artifice-on-innove-tous-les-ans-12-07-2010-1213671_23.php feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

Feux d’artifice du 14-juillet à Carcassonne: «On doit être le plus précis possible»

La société Lacroix-Ruggieri, qui produit le spectacle de ce vendredi soir (22 h 30) livre ses secrets de fabrication.

Ce n’est pas lui qui appuie sur le bouton. Mais c’est lui qui, avec l’équipe artistique de la société Lacroix-Ruggieri, a pensé l’ensemble des 25 minutes et 10 secondes du grand spectacle pyrotechnique de ce soir. Thomas Armengaud nous livre les secrets du plus beau feu d’artifice de France.

Avant tout, comment se porte le métier d’artificier dans le contexte actuel ?

Au final, la situation touche plus nos clients. On conçoit nos spectacles presque de la même manière. Ce sont les municipalités qui doivent jongler avec les demandes de mesures qui sont faites sur la sécurité. Cette année, beaucoup d’appels d’offres ont été lancés très tôt. Pour prendre l’exemple de Nice, cette année il y a eu de grandes discussions suite à l’attentat. Beaucoup de communes nous ont demandé des choses qui font moins de bruit. Même si une explosion reste une explosion. Mais finalement, il y a eu très peu de spectacles reportés. À notre niveau, on ne le ressent pas spécialement.

La problématique sécuritaire est-elle plus forte aujourd’hui ?

On demande beaucoup plus de détails sur le planning, les activités interactives sont plus cadrées que les autres années. On était déjà soumis à des règles drastiques. L’échelle de la sécurité était déjà relativement haute. Mais les gens sont plus attentifs, c’est sûr.

Comment produire un spectacle de cette ampleur autour d’un site comme la Cité médiévale ?

Un site classé exige des méthodes de travail spécifiques. On ne peut pas s’accrocher sur les remparts. Ce sont des conditions inhérentes à un site classé. L’équipe de création, ce sont des gens qui viennent d’horizons divers. Quand on crée un feu, on part d’idées différentes, on regarde comment on peut mettre en œuvre les tableaux. Cela doit raconter une histoire, comme cette année autour des « fées », qui viennent susurrer à l’oreille des spectateurs.

On rêve d’abord. Sur le feu global, il faut une trame, des points d’accroche, comme au cinéma ou en BD. Puis on s’adapte au site. On sait que quand on crée un tableau blanc lumineux, le Cité s’éclaire. Même s’il ne comprend pas tout ce que l’on veut faire, il doit y avoir quelque chose de remarquable pour le public. On ne tire qu’une fois. On doit être le plus précis possible.

Quelles nouveautés sont à attendre ce soir ?

Il y aura des bombes géométriques, des bombes smileys, certains produits au magnésium. On va avoir des bombes à changement de couleur. Parfois on va utiliser les mêmes produits, mais on va travailler sur les angles. Si on tire au même endroit, il faut trouver autre chose. Le but est de se renouveler. Quand on crée un nouveau scénario, on ne recycle pas ce qu’on a fait l’an dernier.

Qu’est-ce que l’effet « waouh », qui intitule votre spectacle ?

C’est un jeu de même entre les fées et l’effet waouh. On démarre toujours avec une réflexion sur ce qu’on veut produire chez le spectateur. On a ensuite découpé 14 tableaux dont chacun a des adjectifs correspondants. Par exemple, romanesque, merveilleuse, élégante… On essaie d’obtenir une corrélation entre les adjectifs, l’univers rattaché et la pyrotechnie.

Un message pour les spectateurs ?

Que les gens ne viennent pas avec des pétards, qu’ils nous laissent faire. Il faut voyager léger. Mais surtout qu’ils passent un bon moment en famille, dans un bon état d’esprit.

Article source: http://www.lindependant.fr/2017/07/13/feux-d-artifice-du-14-juillet-a-carcassonne-on-doit-etre-le-plus-precis-possible,3034007.php feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

14-Juillet à Carcassonne : l’effet « waouh » recherché à l’aide des fées

Un très grand spectacle est promis pour ce vendredi à Carcassonne.

Comme chaque année, les artificiers de la société Lacroix-Ruggieri placent la barre un peu plus haut. Le « plus beau feu d’artifice de France » dixit Gérard Larrat sera encore « disposé à être très marquant », lui qui fait chaque fois l’ouverture du journal de TF1. Événement phare de l’été, en plein festival et au plus fort de l’affluence touristique, il est ancré dans l’histoire et dans l’identité de la ville depuis 1898, date du premier embrasement, dont une toile de Narcisse Salières, acquise il y a trois ans par la mairie, s’en fait le témoin. Voilà pour la petite histoire. Place maintenant au grand spectacle, que le maire a souhaité maintenir tout en renforçant les dispositions sécuritaires, tant il constitue un « grand moment pour la ville de Carcassonne ».

  • 14 tableaux à l’effet « waouh »

25 minutes et 10 secondes. C’est la durée prévue de ce chef-d’œuvre, pensé cette année autour du thème des fées, articulé avec une autre notion, sous forme de jeu de mots : « Nous sommes partis du constat que ce qui marquait les gens, c’est l’effet waouh », indique Thomas Armengaud, membre de l’équipe artistique de Lacroix-Ruggieri. Au travers de 14 tableaux, la société aux commandes du spectacle depuis plus de 10 ans a voulu articuler chaque fois des adjectifs (« élégant », « romanesque », « merveilleux », etc.) et des moyens techniques correspondants. Au bout du compte, si le spectateur ne déchiffre pas complètement le message porté par les petites fées, il n’en reste pas moins plongé dans un univers singulier à chaque tableau. Des cascades aux effets papillon, en passant par les bombes remarquables à multi-effets, les bombes smileys ou encore celles à changement de couleurs, chaque effet apportera son lot de classe et de rêve, à nul autre pareil. Le bouquet final « waouh-nifique », porté sur toute la façade de la majestueuse Cité, porte la signature Ruggieri, avec une montée en pression spectaculaire à souhait.

Avec cette promesse, nul doute que le chiffre de 500 000 personnes attendues sera atteint. « On espère qu’avec tous ces événements, les touristes viendront massivement se fixer pendant quelques jours sur Carcassonne », plaide Jean-Bernard Audier, adjoint au maire.

  • Prière de vider son sac

Encore faut-il éviter tout incident. La mairie et la préfecture ont pris la semaine dernière une série de mesures, allant de la sanctuarisation de l’hyper-centre dès le 13 juillet à la fermeture de plusieurs axes le 14 à 16 h, sans compter l’interdiction d’une série d’interdictions (verres, pétards, produits inflammables…). « J’insiste sur le fait que les spectateurs qui viennent pour le plaisir viennent sans sac à dos », martèle une dernière fois le maire. Pas d’inquiétude cependant, car c’est bien d’une grande manifestation populaire qu’il s’agit. Et rien ne pourra gâcher les 123 000 euros engagés par la Ville. Car si Paris vaut bien une fête, Carcassonne vaut bien un feu sur le ciel de ses remparts.

Article source: http://www.lindependant.fr/2017/07/10/14-juillet-a-carcassonne-l-effet-waouh-recherche-a-l-aide-des-fees,3033160.php feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

La Cité en habit de lumière

Des dizaines de milliers de personnes ont assisté hier au feu d’artifice tiré depuis la Cité de Carcassonne. Un spectacle toujours très haut en couleurs et en magieUn feu d’artifice reste un feu d’artifice. Mais comme en sport certains jouent dans la cour des grands quand d’autres évoluent en championnat régional. Carcassonne a ce privilège énorme de ne jamais trahir ses supporters. Chaque année, ils sont des milliers massés sur les berges de l’Aude, sur le Pont-Neuf à attendre les trois coups. A 22 h 30 pétantes – les artificiers ont toujours le bon goût d’être à l’heure – les premiers coups de semonce ont ébranlé les vieilles pierres de la grande dame. Une, puis deux, puis trois, par dizaines les premières fusées zèbrent la nuit pour se perdre au-dessus des tours. Étonnamment, la foule est silencieuse. L’effet est-il Waouh comme l’avaient expliqué les experts de Lacroix-Ruggieri ? À dire vrai, on ne sait pas trop. Et d’ailleurs l’on s’en moque. Les secondes filent, les minutes s’envolent à la vitesse de la lumière. Dans le ciel de la Cité, des gerbes argentées, du bleu, du rouge, du vert, du jaune, toute la gamme de l’arc-en-ciel y passe et tente de s’accrocher aux étoiles. Elles, ne s’émeuvent pas de la concurrence. Alors la Cité se met à rougeoyer comme si elle entrait dans la gueule béante et vorace d’un haut-fourneau.

Dame Carcasse renaîtra de ses cendres – elle nous fait le coup à chaque fois.

Derrière les remparts, les artificiers semblent se marrer de la frousse qu’ils ont collée à Dame Carcasse. C’est sûr, ils préparent un mauvais coup. Finie la gentillesse, la douceur. Dans la nuit, de lourdes bombes s’élèvent en silence, puis éclatent en mille soleils. Des jets multicolores saturent les rétines, des couronnes s’ouvrent avant de disparaître. D’autres renaissent. Encore et toujours.

25 minutes et 18 secondes, c’est fini. La cité est toujours là, déjà prête à renouveler l’expérience.

Merci à toute l’équipe de l’hôtel des Trois-Couronnes qui nous a accueillis dans son établissement pour nous permettre de photographier le feu.

Article source: https://www.ladepeche.fr/article/2017/07/15/2612581-la-cite-en-habit-de-lumiere.html feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

A Domfront, moto trial et vélo free style les 24 et 25 mars à la Foire …

Les 24 et 25 mars 2018, le public pourra découvrir les performances sportives du moto trial show et vélo freestyle avec Julien Perret.

A l’occasion du 70e anniversaire de la foire des Rameaux, anciennement Foire des Amoureux, la Ville de Domfront-en-Poiraie, dans l’Orne, en Normandie, organise samedi 24 et dimanche 25 mars 2018, une foire-exposition, un vide-greniers/déballage et une fête foraine rue du Champ-Passais.

Animations. Deux animations inédites sont d’ores et déjà programmées, à savoir le moto trial show et vélo freestyle avec Julien Perret, à raison de 3 séances par jour, ainsi qu’un spectacle pyrotechnique samedi vers 20 h, sur le terrain derrière la salle de sports.

60 exposants présents

Foire-exposition. Durant ces deux jours, plus de 60 exposants seront présents pour montrer leur professionnalisme, développer l’image de leur entreprise et rencontrer de nouveaux clients dans des espaces organisés par thème, dans les deux salles de sports.

Déballage. Le déballage extérieur des professionnels se tiendra rue du Champ-Passais et sur le parking de la salle André Rocton (1, 50 € le mètre linéaire par jour de présence).

Vide-greniers. Le vide-greniers aura lieu rue du Champ-Passais (1 € pour les particuliers ; 0,50 € pour les enfants, par jour de présence).

Fête foraine. Comme d’habitude, la fête foraine sera organisée sur le parking de la salle. Des manèges seront sur le site pour les amateurs de sensations ou les adroits pêcheurs à la ligne. Restauration sur place. Entrées et parkings gratuits.

Le vide-greniers / déballage se faisant uniquement sur réservation, les participants doivent s’inscrire auprès de Marie-Dorothée Desgrippes, 02.33.30.60.71.

Article source: https://actu.fr/normandie/domfront-en-poiraie_61145/a-domfront-moto-trial-velo-free-style-24-25-mars-la-foire-rameaux_15523841.html feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

Nogent-le-Rotrou. Pas de patinoire à Noël – actu.fr

Malgré l’absence de la patinoire, l’Union des commerçants sera active cette année. (©L’Action républicaine)

La nouvelle fait mal même si nous la sentions glisser vers nous. Après le succès populaire de la patinoire, installée durant trois semaines sur la place Saint-Pol, le discours de Jean-Jérôme de Souancé et Soizig Lecène, coprésidents de l’Union des commerçants de Nogent/Margon (qui devrait maintenant se nommer l’Ucial du Perche) et Eloïse Brosse la secrétaire évoluait au fil des semaines. De la certitude de son retour à un avis moins catégorique, ils ont annoncé lors de l’assemblée générale de l’association que cette animation ne sera pas présente en décembre prochain. Il ne faut pas le cacher, nombreux vont être déçus.

Trois raisons à cette absence

Tant les enfants que les adultes et même les commerçants du centre-ville de Nogent-le-Rotrou. Pour le trio, un retour de la patinoire n’était pas possible cette année et « pour plusieurs raisons » avoue Jean-Jérôme de Souancé. La première, « on ne souhaitait pas fatiguer encore une fois les organisateurs, les bénévoles et les Nogentais » souffle Soizig Lecène. « La refaire tous les ans aurait pu dissiper le vent de magie qui l’entourait. Et nous voulons être dans l’innovation » assure-t-elle.

Deuxième raison, d’ordre technique cette fois-ci. « Nous avons été victimes de notre succès. La taille de la patinoire était trop petite. Le temps d’attente très long et au niveau sécurité, c’était compliqué » note Jean-Jérôme de Souancé. Ils ont tenté de trouver une solution pour agrandir la superficie « en effectuant des relevés avec les Services techniques et le service commercial de la Ville ». La conclusion était claire : impossible d’avoir un espace plus grand sans enlever les deux fontaines « qui ne sont pas vouées à être retirées ».

Malgré cela, l’Ucial garde le sourire. Et c’est là qu’arrive la troisième et dernière raison expliquée par Soizig Lecène, « cette pause nous permet de constituer une trésorerie pour être plus ambitieux. Dans l’optique d’acquérir des chalets » et ainsi ne pas réutiliser « les stands en toile qui ne sont pas esthétiques et de toute sécurité ». Et de faire (peut-être) revenir la patinoire en 2019.

Marché de Noël diversifié

Comme vous l’avez compris, « le marché de Noël sera maintenu et diversifié. Avec des animations autour ». Sans en dire plus, « nous travaillons dessus ». Mais « nous gardons l’objectif de dynamiser encore une fois le centre-ville du 14 décembre au dernier jour des vacances ».

Les deux coprésidents ajoutent que cette patinoire « nous a permis de créer un noyau dur de bénévoles qui seront pour la plupart, à nos côtés, lors de nos animations de l’année ». Et qu’elle a conclu de belle manière l’année 2017, leurs douze premiers mois à la tête de l’Ucial – avec succès. « L’année a été positive » clament-ils. Rappelons-nous de cette soirée mémorable du samedi soir de Percheval avec ce dîner médiéval, les troubadours et le spectacle pyrotechnique. « Pour la prochaine édition, le repas est maintenu avec des animations et un spectacle – toujours avec Fêtes et feu – de qualité financé par le Conseil départemental » explique Jean-Jérôme de Souancé, tout en restant cachottier sur le thème.

Braderie, Foire, Tour de France…

Quant à la braderie, « elle a été correcte. Elle sera encore une fois présente le dernier week-end d’août, les 24 et 25 précisément ». Et « n’oublions pas la Semaine fédérale de cyclotourisme qui a bien fonctionné ». Quand on parle vélo, on pense au passage du Tour de France dans la capitale percheronne. L’association sera de la fête tout comme pour les 40 ans de la Sécurité civile et la Foire « où nous organisons le concours de dégustateurs de cidre (lire page 5) ». L’idée de poser des moulins à vent – de Percheval au mois de septembre – rues Saint-Hilaire, Villette-Gâté et de la Herse a été évoquée également.

Autre succès – qui passe peut-être inaperçu auprès des Nogentais – le nombre d’adhésions à l’Ucial, « qui est passé de 46 à 103 en un an ».

En soutien du décrochage scolaire

Le duo se félicite aussi du travail auprès des écoles « nous avons accueilli les enfants des établissements de Nogent et des communes ornaises à la patinoire ». Jean-Jérôme de Souancé évoque aussi le partenariat avec des lycées (Nermont et Rémi-Belleau) « deux élèves du lycée Rémi-Belleau en situation de décrochage scolaire sont parrainés par deux de nos membres. Un tuteur extérieur à la famille qui permettra à l’élève de trouver sa voie ». D’autres pistes sont étudiées actuellement.

Les coprésidents mettent en avant la collaboration « avec tous les porteurs de projets, la Ville, les services communaux et l’Office de tourisme ». Plus discrètement, « nous prenons part à des instances du territoire ». Maintenant, place au travail…

 

Article source: https://actu.fr/centre-val-de-loire/nogent-le-rotrou_28280/pas-patinoire-noel_15531356.html feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

Cinq choses à savoir sur le nouvel an chinois

L’année du chien a débuté cette nuit en Chine, l’occasion pour les habitants de voyager en masse pour se retrouver en famille, de regarder le plus suivi des shows télévisés du monde et d’envoyer des étrennes électroniques. Voici cinq choses à savoir sur le nouvel an lunaire en Chine.

Le coq laisse sa place au chien

Selon le cycle du calendrier lunaire, l’année du chien succède celle du Coq. D’après les canons astrologiques, les personnes nées l’année du chien sont directes et loyales et possèdent un sens aigu de la justice, même si elles sont réputées têtues et irritables. Les géomanciens hongkongais prévoient une année compliquée, où les griffes seront sorties : le président américain Donald Trump est né en 1946 sous le signe d’un « chien de feu », lequel s’oppose au canidé « de terre » de 2018… Le milliardaire américain a été récemment représenté à Taiyuan (nord de la Chine) par une statue de chien à son effigie, arborant sa houppette dorée et sa moue caractéristique.

La plus grande migration

Des centaines de millions de Chinois rentrent dans leur région d’origine pour célébrer le nouvel an en famille, la plus grande transhumance humaine du monde. Du 1er au 10 février, 732 millions de voyages avaient déjà été effectués, en voiture, avion, en train ou en bateau, alors même que les congés officiels ne commençaient que ce jeudi. En 2017, les Chinois avaient effectué environ 3 milliards de trajets durant toute la période du nouvel an. Le phénomène met à rude épreuve les transports avec des trains bondés où s’entassent des voyageurs parfois sans siège, chargés d’imposants bagages et de paquets de nouilles instantanées.

Pékin privé de pétards

Après le dîner du réveillon, où les raviolis sont à l’honneur, la tradition est d’allumer après minuit des chapelets de pétards à sa porte pour effrayer les « mauvais esprits ». Mais, à Pékin, la nuit du nouvel an a été inhabituellement silencieuse : soucieuse d’endiguer la pollution hivernale, la capitale a – comme 440 autres villes chinoises – drastiquement interdit l’usage de pétards et de feux d’artifice et a musclé sa surveillance. Résultat : des rues désertes, contrastant avec le tonnerre assourdissant des années précédentes. Les Pékinois pourront se rattraper sur les « foires de temples », vastes kermesses proposant jeux, artisanat et sucreries.

Stars et politique à la télé

C’est l’émission télévisée la plus regardée dans le monde.

Suivie en famille, la soirée de nouvel an de la chaîne d’État CCTV voit son succès s’éroder auprès des jeunes, mais garde une audience considérable, avec plus de 700 millions de téléspectateurs revendiqués pour l’édition 2017. Le Super Bowl américain n’en réunissait récemment que 103 millions. Chaque année depuis trente-cinq ans, l’émission propose un délicat dosage de chanteurs populaires, de sketches, de performances de minorités ethniques, etc. et de numéros édifiants célébrant en musique les slogans politiques du régime communiste. Pour l’année du chien, l’émission de CCTV s’est assuré un franc succès en réunissant sur scène, pour la première fois en deux décennies, deux stars de la chanson, Faye Wong et Na Ying. Mais le Parti n’était pas loin : d’autres chansons évoquaient la « nouvelle ère » prônée par le président Xi Jinping ou son projet d’infrastructures des « routes de la soie ».

Guerre des « enveloppes rouges »

La tradition chinoise veut que l’on offre en fin d’année de l’argent dans des « enveloppes rouges ». Mais ces étrennes sont désormais envoyées massivement sous la forme électronique via son smartphone, avec une alternative ludique consistant à laisser une somme se diviser de façon aléatoire entre plusieurs amis… Et ce, en profitant des plateformes de paiement en ligne : celle de WeChat, la messagerie du groupe Tencent, ou d’Alipay, administrée par le géant de l’e-commerce Alibaba.

Ces deux mastodontes d’Internet se mènent chaque nouvel an une âpre bataille en distribuant généreusement leurs propres enveloppes-cadeaux pour attirer les usagers vers leurs systèmes de paiement. En 2017, 46 milliards d’enveloppes rouges avaient été échangées par les usagers de WeChat en six jours. Le record pourrait être battu cette année : Tencent a annoncé vendredi que 688 millions d’utilisateurs de WeChat (sur près d’un milliard au total) avaient envoyé des enveloppes électroniques ce jeudi, mais sans dévoiler le montant total dépensé.

Article source: http://www.lepoint.fr/monde/cinq-choses-a-savoir-sur-le-nouvel-an-chinois-16-02-2018-2195530_24.php feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

MP2018 – Marseille : le Grand Baiser comme un hommage à la Saint-Valentin

Réplique de MP2013, capitale européenne de la culture, cette saison, MP2018 commence aujourd’hui. Après les bals pour les enfants, le point d’orgue de la journée sera le Grand Baiser, mis en lumière par le Groupe F, à 19h sur le Vieux-Port. La compagnie d’artificiers y déclarera sa flamme à Marseille.

Christophe Berthonneau est le boss de cette troupe d’as de la pyrotechnie qu’est le Groupe F. Il raconte sa vision du Grand Baiser.

En quoi consiste le Grand Baiser et quelle a été sa genèse ?
Christophe Berthonneau :
Il est difficile de fédérer les énergies, nous avons donc eu envie de porter l’étendard de la convivialité. Il était important de trouver un dénominateur commun. Or, tout le monde éprouve de l’affection, a du plaisir à donner. Le Grand Baiser est un hommage à la Saint-Valentin. C’est un temps réservé au public, à Marseille puis dans cinq autres communes. Nous allons y créer un espace propice à la rencontre, trouver un moyen pour que les gens qui en ont envie s’embrassent. L’objet ne sera pas un spectacle, il viendra éclairer les bisous et les embrassades, qui seront immortalisés en photo et vidéo. Le Groupe F sera l’éclaireur d’un état d’esprit qui accompagnera tout MP2018.

Le public ne sera donc pas spectateur, mais partie prenante de l’événement ?
Christophe Berthonneau : C’est un pari !

L’amour est-il une source d’inspiration ?
Christophe Berthonneau : Oui, complètement. Il faut beaucoup de légèreté, quelque chose de très, très doux… Après avoir accepté, je me suis demandé par quel bout j’allais le prendre ! Aujourd’hui, notre attention est captivée par la tension, rythmée par l’agressivité. Je veux donc des objets suffisamment beaux pour être fédérateurs, pour que les gens se disent « C’était chouette ! ». Alors, oui, le thème m’intéresse, c’est même militant.

Comment avez-vous choisi de le traiter ?
Christophe Berthonneau : Sous le prisme symbolique, par le biais d’un couple de comédiens porteur de feu qui rythme les temps, invite à prendre la pose. Il n’y aura pas de spectacle pyrotechnique, mais plutôt des éléments brillants, de la lumière, de la musique. La narration doit laisser la place aux gens. Donc, nous éclairerons le public avec des feux de Bengale, ce sera une proposition esthétique dont le but est de créer un espace unique et original.

Ce Grand Baiser est-il singulier pour le Groupe F ?
Christophe Berthonneau : Tout à fait. Après avoir beaucoup voyagé, en Amérique du Sud, aux Émirats pour l’inauguration du Louvre Abu Dhabi, je suis heureux de retrouver notre territoire, qui plus est pour porter cet acte de tendresse. Nous nous posons beaucoup de questions que nous ne nous posons pas pour un spectacle traditionnel, sur la façon de laisser la place au public, notamment. Pour cette raison, 70% du résultat m’est inconnu. Je suis donc positivement stressé. Il faut que les gens que ça intéresse viennent à ces rendez-vous, car ce seront eux qui feront le show.

Ce soir à 19 h sur le Vieux-Port.

L’agenda des rendez-vous des fêtes d’ouverture de MP2018

Article source: http://www.laprovence.com/article/sorties-loisirs/4837008/replique-de-mp2013-capitale-europeenne-de-la-culture-cette-saison-mp2018-commence-aujourdhui-apr feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

A Domfront, moto trial et vélo free style les 24 et 25 mars à la Foire des Rameaux

Les 24 et 25 mars 2018, le public pourra découvrir les performances sportives du moto trial show et vélo freestyle avec Julien Perret.

A l’occasion du 70e anniversaire de la foire des Rameaux, anciennement Foire des Amoureux, la Ville de Domfront-en-Poiraie, dans l’Orne, en Normandie, organise samedi 24 et dimanche 25 mars 2018, une foire-exposition, un vide-greniers/déballage et une fête foraine rue du Champ-Passais.

Animations. Deux animations inédites sont d’ores et déjà programmées, à savoir le moto trial show et vélo freestyle avec Julien Perret, à raison de 3 séances par jour, ainsi qu’un spectacle pyrotechnique samedi vers 20 h, sur le terrain derrière la salle de sports.

60 exposants présents

Foire-exposition. Durant ces deux jours, plus de 60 exposants seront présents pour montrer leur professionnalisme, développer l’image de leur entreprise et rencontrer de nouveaux clients dans des espaces organisés par thème, dans les deux salles de sports.

Déballage. Le déballage extérieur des professionnels se tiendra rue du Champ-Passais et sur le parking de la salle André Rocton (1, 50 € le mètre linéaire par jour de présence).

Vide-greniers. Le vide-greniers aura lieu rue du Champ-Passais (1 € pour les particuliers ; 0,50 € pour les enfants, par jour de présence).

Fête foraine. Comme d’habitude, la fête foraine sera organisée sur le parking de la salle. Des manèges seront sur le site pour les amateurs de sensations ou les adroits pêcheurs à la ligne. Restauration sur place. Entrées et parkings gratuits.

Le vide-greniers / déballage se faisant uniquement sur réservation, les participants doivent s’inscrire auprès de Marie-Dorothée Desgrippes, 02.33.30.60.71.

Article source: https://actu.fr/normandie/domfront-en-poiraie_61145/a-domfront-moto-trial-velo-free-style-24-25-mars-la-foire-rameaux_15523841.html feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

Aubagne, Arles, Istres, Martigues et Salon : 5 feux d’artifice et spectacles du Groupe F à découvrir ce samedi – Frequence

L’ouverture de MP2018 sur le Vieux Port ce mercredi vous a plu ? Vous en voulez encore ? Les cinq villes partenaire de l’année culturelle MP2018 organisent elles aussi leur fête d’ouverture ce samedi.

Initialement, Marseille devait aussi l’organiser ce samedi, mais en raison du Red Bull Crashed Ice, l’événement a été avancé à mercredi 14 février.

Le coup d’envoi sera donc donné simultanément à Aubagne, Arles, Istres, Martigues et Salon ce samedi 17 février à 19h précisement.

Cependant, dans la plupart de ces cinq villes, des animations et spectacles seront proposés durant toute la journée de samedi.

Le spectacle proposé par le Groupe F devrait durer entre 20 et 30 minutes et pourrait être complété par un petit feu d’artifice dans certaines villes. Il reprendra le concept du spectacle proposé à Marseille (photo ci-dessus), avec des tableaux proposés autour de la thématique de l’amour et du baiser, conclués par quelques tirs de fusées d’artifice.

Le programme des festivités et les informations pratiques dans chacune des villes :

<!–

–>


<!–

–>


<!–

–>


<!–

–>


<!–

–>

Retour en images sur le spectacle du Vieux Port à Marseille

<!–

–>

Article source: https://www.frequence-sud.fr/art-54181-aubagne__arles__istres__martigues_et_salon__5_feux_d_artifice_et_spectacles_du_groupe_f_a_decouvrir_ce_samedi_bouches_du_rhone feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

Enghien-les-Bains : Nouvel An Chinois du 15 au 18 février

L’Association France-Chine Art-Expo et Asian Art Top Show vous invite à célébrer le Nouvel An Chinois du vendredi 15 février au dimanche 18 février dans plusieurs lieux de la ville d’Enghien-les-Bains.

1024x480-NAC2018-ENG

 

Rendez-vous les vendredi 16, samedi 17 et dimanche 18 février toute la journée pour une exposition d’artistes ayant pour but de vous faire connaître deux cultures qui cherchent à se connaître. Les expressions artistiques de ces deux continents, si différents, se rejoignent dans leur recherche constante de la paix.

 

Au programme le samedi 17 février :

 

A la salle des fêtes seront exposées les œuvres de 30 artistes chinois et français, peintres, photographes et sculpteurs, qui se rencontrent à cette occasion.  A 18h, vous pourrez découvrir la performance« Cheveux d’Encre » de l’artiste, Kaixuan FENG.  Fort de sa double formation orientale et occidentale, son œuvre crée une rencontre entre ces deux influences. Elle entre avec élégance en dialogue avec l’histoire, en détournant la tradition chinoise, interroge la société, la place de la femme et les relations humaines.Depuis 2008, elle réalise des calligraphies monumentales, peintes avec ses cheveux imbibés d’encre de Chine.

 

A 15 heures, à l’auditorium des Thermes, deux films documentaires seront projetés : « La peinture chinoise traditionnelle » et « Enfant prodige de la peinture ».  Ils seront suivi d’une conférence par Deanna GAO sur l’art de la calligraphie et de la peinture chinoise. Deanna Gao naît à Shanghai, d’un père industriel chinois et d’une mère anglaise. Elle grandit dans une famille d’artistes de renom ce qui lui permet de faire éclore ses talents de peintre, calligraphe, musicienne, chorégraphe et présentatrice de spectacle. Présidente – Fondatrice de l’Association Culturelle Franco-Chinoise. Elle a fondé le Festival du Cinéma Chinois de Paris en 2004.

A 17heures 30 au Jardin des Roses,  l’artiste Chinois Lee TIEJUN de Zongzhuan près de Pékin propose le spectacle pyrotechnique « couleurs de Chine » entre le Casino et le lac.

Article source: http://95.telif.tv/2018/02/14/enghien-les-bains-nouvel-an-chinois-du-15-au-18-fevrier/ feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie

160 ans des Apparitions : feu d’artifice tiré vers le Sanctuaire

Dimanche soir 11 février, malgré la pluie qui n’a cessé de la journée, le feu d’artifice prévu par la mairie a pu être tiré. Celui-ci partait du château fort vers le Sanctuaire. Les pèlerins étaient nombreux à venir sur l’esplanade et devant la basilique du Rosaire. C’est le cardinal Lorenzo Baldisseri, secrétaire du Synode des évêques, venu de Rome, qui a donné le départ, vers 20 h 15, et la pluie a cessé tout de suite, se remettant à tomber juste après le final qui représentait un cœur avec l’inscription «160 ans». Sous les parapluies, on pouvait reconnaître, l’évêque, Mgr Brouwet ; le père André Cabes, recteur du sanctuaire ; le père Jean-François Duhar ; les élus Bruno Vinualès, Philippe Subercaze, Josette Bourdeu, maire, Madeleine Navarro…

Le public s’est ensuite dirigé vers la basilique Sainte-Bernadette pour assister à l’oratorio «Aquero» avec les chœurs, solistes et orchestre italiens Fideles et Amati, venus de Rome.

Article source: https://www.ladepeche.fr/article/2018/02/16/2743346-feu-d-artifice-tire-vers-le-sanctuaire.html feux d'artifice, pyrotechnie, artificier / pyrotechnie