Belcaire. Un marché gourmand et feu d’artifice

Comme chaque année, le marché gourmand suivi de son feu d’artifice s’est déroulé dans une ambiance joyeuse. C’était l’occasion de retrouver les personnes que l’on avait perdues de vue pendant le confinement. Cependant, les participants ont respecté le port du masque, tout comme les commerçants.

Produits locaux

Ces derniers ont présenté de nombreux produits pour la réussite de ce rendez-vous attendu : vins, boissons, fromage. Des tables étaient à disposition, réglementairement éloignées les unes des autres. Tout était prévu pour que les gestes barrières soient respectés.

À 22 h 30, la foule était autour du lac pour admirer le feu d’artifice, avec respect des distanciations. Les membres du comité des fêtes ont fait un beau travail tout comme son président, Patrice Bedos, pour la bonne gestion de cet événement.

Un marché gourmand et feu d’artifice à Belcaire

Le lundi 10 août à 9 h 30, visite de l’église par l’association Acces (Association de coordination culturelle éducative et sportive).

Le lundi 17 août, à Comus, à 15 h, temps de prières dans l’église à la mémoire de Jean-Louis Pélofi.

Le mercredi 19 août, messe à 11 h pour Justin Arnaud.

Article source: https://www.ladepeche.fr/2020/08/10/un-marche-gourmand-et-feu-dartifice-9013974.php

Feu d’artifice. Pascal et Stanile, artificiers d’un soir sur le coteau des Vignes

Pascal installe les batteries de 10 mortiers sur un total de 20 rampes.
Pascal installe les batteries de 10 mortiers sur un total de 20 rampes. (©Les Alpes Mancelles)

Artificier, ce n’est pas un métier que l’on peut exercer toute l’année. C’est ce qui ressort en premier lieu d’une rencontre avec Pascal Jouet et Stanile Aubry. Ces deux professionnels de l’artifice travaillent pour la société Plein Ciel basée à Évron (Mayenne) et dirigée depuis 2001 par David Barbé qui crée ses propres mises en scène.

Certifications et contrôles

Habituellement, Pascal travaille dans une fonderie produisant des pièces pour l’aéronautique. Il est devenu artificier en acquérant de l’expérience « sur le tas » dans l’ancienne entreprise dirigée dans les années 1990 par Jean-Maurice Mareau.

 À l’époque, il n’y avait pas besoin de certification… On allumait encore les mèches au briquet ! Maintenant c’est différent, il faut effectuer un stage de trois jours pour être certifié au niveau 1, et un stage de cinq jours pour le niveau 2. Des contrôles ont lieu tous les deux ans, et il faut justifier d’un certain nombre de feux d’artifice pour être maintenu au niveau », explique l’artificier d’expérience.

« Stanile et moi sommes tous les deux au niveau C4T2. Il faut savoir manipuler les explosifs tout en assurant la sécurité de chacun, gérer la puissance et l’envergure de chaque « bombe ». » Cette certification s’obtient dans un centre spécialisé, à l’issue d’une formation de plusieurs jours. Les niveaux 1 et 2 encadrent le type d’explosifs pouvant être manipulés par le professionnel.

Casier vierge

Stanile, elle, a suivi un stage pour obtenir cette qualification. Ce qui lui a donné envie de devenir artificière ?

Un membre de ma famille était artificier. Cela m’a tout simplement donné envie de le devenir aussi ! J’ai suivi un stage de cinq jours, mais c’est la préfecture qui donne l’autorisation finale, car elle vérifie notamment que le casier judiciaire de l’artificier est vierge ! Aujourd’hui, j’ai déjà une quinzaine d’années de pratique. »

20 rampes pour 10 minutes de spectacle

Pour préparer un bon feu d’artifice, la recette est surtout longue à mettre en place. « Il y a tout un travail de préparation ! » Il faut mettre en place les batteries de mortiers, des tubes en aluminium reliés les uns aux autres. En tout, 11 rampes de 10 mortiers et 9 rampes de 5 mortiers ont été nécessaires pour offrir un feu d’artifice de 10 minutes aux habitants de Fresnay, samedi 1er août.

Toutes les bombes sont ensuite reliées, selon un plan de tir bien établi, à six récepteurs eux-mêmes commandés par un émetteur qui déclenche le tir à distance. « Avec un tel émetteur, nous pourrions être en ville pour déclencher les tirs ! », s’amuse Pascal Jouet.

Pendant que ce dernier installe les batteries, Stanile déballe toutes les bombes qui sont ensuite numérotées selon le plan qui indique leur emplacement dans les tubes. La lance d’allumage d’autrefois a été remplacée par l’inflammateur électrique, un fil qui sera fixé sur chaque bombe et qui sera déclenché automatiquement grâce à l’émetteur.

Article source: https://actu.fr/pays-de-la-loire/fresnay-sur-sarthe_72138/feu-d-artifice-pascal-et-stanile-artificiers-d-un-soir-sur-le-coteau-des-vignes_35390839.html

Pas de Patrouille de France ni feu d?artifice pour le 15 août à Toulon – Frequence

FWsim, Afterglow, Fireworks, FullHD, Firesystem85, Showsim3D, boom, artifices, pyrotechnie, pétards, simulation, PYRO, MEDIA, Jacques, Couturier,Ruggieri, Lacroix, Ardi, Weco, Jorge, Brezac, Prevot, Igual, Titanium

Alors que le feu d’artifice du 14 juillet avait été rapidement annulé, la Ville de Toulon espérait alors pouvoir maintenir les festivités du 15 août sur les plages du Mourillon. Comme chaque année, la Patrouille de France devait faire son show dans l’après-midi et en soirée, le feu d’artifice devait être tiré au large des plages. Jusqu’il y a quelques jours encore, le spectacle de la Patrouille de France figurait encore au planning officiel sur leur site internet.

Mais avec la crise sanitaire et la progression inexorable du coronavirus depuis quelques semaines, la ville et la préfecture ont préféré ne pas maintenir ce double événement. « Lors d’un feu d’artifice, les gens sont debout, parfois épaule contre épaule. Je me félicite de la position de Maire de Toulon qui a préféré annuler ces événements » nous explique Jean-Luc Videlaine, le Préfet du Var.

Un afflux de personnes qui pose problème

Si les plages du Mourillon ont l’habitude d’accueillir foule en journée pour les activités de plage, ces deux temps forts auraient probablement généré de nouveaux problèmes liés à l’afflux de personnes. Alors même qu’un récent décret peut permettre d’organiser exceptionnellement des rassemblements de plus de 5000 personnes, de nombreux points restaient très problématiques pour Toulon. Par exemple, sur la question de l’accessibilité : d’habitude, Toulon et sa métropole organisent toute une noria de bus pour acheminer le public sur le site du Mourillon qui est également transformé en immense fan zone. Dans le contexte actuel, déplacer des foules depuis des villes environnantes, créer des files d’attentes puis une concentration de personne dans les bus auraient été autant de points critiques incompatibles avec la lutte contre la propagation du virus.

Enfin, depuis quelques jours la situation est très évolutive au plan sanitaire dans le Var. Un important cluster a été détecté dans le Golfe de Saint Tropez. A ce jour, la situation est encore sous contrôle, mais qu’en sera-t-il en fin de semaine? Les autorités, qu’elles soient municipales ou préfectorales, font preuve de davantage de prudence ces derniers jours, à l’image du port du masque devenu obligatoire en extérieur dans six villes du Var. Bref, un contexte qui n’incite pas vraiment à proposer de grands rassemblements.

72e86 a8834 - Pas de Patrouille de France ni feu d?artifice pour le 15 août à Toulon - Frequence - Revue de presse des artificiers

Article source: https://www.frequence-sud.fr/art-71006-pas_de_patrouille_de_france_ni_feu_d_artifice_pour_le_15_aout_a_toulon_toulon