À ne pas manquer : Inception de Christopher Nolan sur TMC

InceptionHors de Gotham City et en vacances de Batman, Christopher Nolan donne au cinéma de science-fiction en particulier un classique instantané. Et, au cinéma en général, un grand film, une expérience rare, déstabilisante…

 

Inception - Leonardo DiCaprioDix ans que Christopher Nolan nourrit le projet Inception. Dix ans qu’il en peaufine le très ambitieux et complexe scénario. Trop ambitieux dans un premier temps, surtout pour un réalisateur encore non confirmé, adoubé par Hollywood. Il lui faut connaître deux immenses succès ( Batman Begins et The Dark Knight) pour, en position de force, en négocier enfin la mise en chantier. À peine son deuxième Batman se déploie-t-il sur les écrans que le cinéaste britannique s’y jette à corps perdu.

 

L’aventure intérieure

Inception - Leonardo DiCaprio, Joseph Gordon-LevittDans futur proche, quasi immédiat, Inception met en scène Dom Cobb ( Leonardo DiCaprio), un voleur d’une espèce inédite : il pénètre les esprits, les subconscients pour y prélever à la demande de ses employeurs des secrets bien enfouis. Aucun sanctuaire inviolable n’existe pour lui et son équipe d’experts. Pour sa nouvelle mission, il réunit autour de lui Arthur, l’organisateur ( Joseph Gordon-Levitt), une architecte nommée Ariane ( Ellen Page), Eames le faussaire ( Tom Hardy) et Yusuf le chimiste ( Dileep Rao). Des cadors dans leur catégorie, des as mis au défi d’une opération exceptionnellement délicate : pénétrer l’inconscient du fils ( Cillian Murphy) d’un capitaine d’industrie mourant pour y déposer les germes du démantèlement de son empire industriel. Doit justement y assister le commanditaire ( Ken Watanabe), un puissant rival en affaires. Un touriste en somme.

Tous ou presque ignorent une chose : le danger vient de Cobb lui-même, plus précisément du souvenir qu’il garde de sa défunte femme ( Marion Cotillard) si dangereusement présent dans son inconscient qu’elle en déborde les limites…

 

Quel script ! Entre Mission : impossible (pour la préparation et l’exécution de la mission) et tous ces romans de Philip K. Dick qui abordent les thèmes de la manipulation mentale et de la nature de la réalité, il raconte une histoire étonnante dans ses développements, extrêmement habile à exploiter la géométrie variable des rêves et de l’esprit, jusqu’à altérer la notion même de la durée, le temps du rêve n’étant pas celui de la réalité…

 

Plein la tête

InceptionOui, un script à donner le vertige ! Conçu dans sa partie centrale selon la logique des poupées russes, il aurait pourtant pu générer un film incompréhensible, excessivement complexe et lui-même perdu dans le labyrinthique qu’il a conçu. Un danger constant. Parfois, à l’occasion de deux ou trois séquences, Inception perd effectivement pied, comme noyé dans un déluge d’informations, submergé, broyé par sa propre mécanique… L’affaire de quelques minutes d’ailleurs pas moins intenses que le reste, mais seulement plus confuses, moins nettes.

 

Robuste de séquences d’action dignes d’un Jason Bourne (à pied, en voiture, en apesanteur) et d’un James Bond pour la , d’images de l’inconscient à la mesure de l’imaginaire d’un peintre surréaliste (Paris, la ville qui se replie sur elle-même), haletant dans son compte à rebours, Inception n’est pas seulement un brillant, mené de main de maître par un artiste inspiré doublé d’un technicien hors pair.

 

Animé par des comédiens tous remarquables de présence, tous sur un pied d’égalité avec la «star» Leonardo DiCaprio, il interroge également sur le souvenir, la pensée, sur ce qui forme une personne humaine et fait son libre arbitre. Plus si libre en vérité, le rêve en réseau possédant le pouvoir de conduire à une décision au lieu d’une autre.

 

L’ultime trip paranoïaque au cœur d’un film qui redonne espoir dans le cinéma hollywoodien.

 

Diffusion le lundi 16 décembre à 20h45 sur TMC.

Article source: http://www.toutlecine.com/cinema/l-actu-cinema/0002/00027946-a-ne-pas-manquer-inception-de-christopher-nolan-sur-tmc.html