Backstage avec Marie-Mai

Affectée par un virus durant les derniers jours, Marie-Mai a débarqué au Colisée Pepsi avec sa bande vendredi, en début d’après-midi, en grande forme, prête pour son dernier de 2013, son deuxième au Colisée. C’est une artiste rayonnante et généreuse qui a accueilli le Journal en exclusivité dans les coulisses de Miroir.

Fidèle autant dans sa vie personnelle que professionnelle, Marie-Mai est entourée pratiquement de la même équipe, sur la route, depuis Star Académie, il y a 10 ans. C’est le cas de son coiffeur, ses techniciens, sa photographe de tournée, ses relationnistes. «Ça me sécurise, dit-elle. On partage la même vision. On n’a même pas besoin de se parler qu’ils comprennent comment je me sens.»

Préparatifs

Marie-Mai était fébrile, mais plutôt détendue en coulisses, alors que tout s’active autour d’elle. Son caprice de star? Rien de moins que… du Gatorade G2. «Même Beyoncé en a toujours avec elle, a-t-elle justifié en riant. Il y a des électrolytes dedans, qui réhydratent les cordes vocales beaucoup plus que de l’eau.»

Après coiffure et maquillage, ce qu’elle fait parfois elle-même en tournée, celle qui a été couronnée l’interprète féminine de 2013 au dernier gala de l’ADISQ se dirige vers le test de son, mais pas sans d’abord voler un baiser à son mari et guitariste, Fred St-Gelais.

Sur la scène, sa voix résonne dans l’enceinte vide. «À Star Académie, Josélito Michaud m’avait conseillé de faire un tour de la salle quand elle est vide, d’aller dans les coins, de m’imprégner de l’environnement. Je le fais à chaque spectacle depuis 10 ans. C’est mon terrain de jeu, je dois le connaître par cœur. C’est quelque chose d’assez puissant de voir une aussi grande salle vide et de la voir se remplir de gens après.»

C’est généralement l’accalmie dans la loge après le test de son. Après s’être donnée durant quelques heures comme si elle était réellement devant des milliers de personnes, l’adrénaline redescend, mais reprend peu de temps après jusqu’au moment d’embarquer sur scène. S’en suit un souper où elle ne mange presque pas, ce qu’elle préfère faire après les spectacles.

Sauter de joie

Marie-Mai passe un dernier instant avec ses boys, et vendredi, ils ont trinqué au dernier spectacle de l’année. Puis, elle s’avance en arrière-scène, sautillant presque de joie. «Ça me fait toujours le même feeling. Quand j’entrevois le public pour la première fois, c’est là que l’adrénaline me rentre dedans.»

L’idole gravit les marches pour monter sur les planches au son des applaudissements, et tout juste derrière elle, on comprend sa dépendance à la scène. «Passer trois jours sans faire de show, je trouve ça long, avouait-elle plus tôt. Je pourrais en faire chaque soir!»

Marie-Mai a commencé le spectacle dans une mise en scène spectaculaire avec , danseurs, écrans géants, sur les airs de C.O.B.R.A., puis elle a offert un mélange de ses succès et de son dernier album, Miroir, en plus de duos avec Dany Bédar et Marc Dupré. Quelques notes étaient jouées et déjà, ses admirateurs semblaient au comble du bonheur.

Marie-Mai clôturera sa tournée les 2 et 3 mai 2014 au Centre Bell. Des shows dans quelques festivals sont aussi prévus pour l’été.

Article source: http://www.journaldemontreal.com/2013/12/06/backstage-avec-marie-mai