Bourse de Paris : Feu d’artifice en juillet

Les investisseurs peuvent remercier le mois de juillet 2022, qui leur permet d’atténuer les contreperformances accumulées au cours du premier semestre. En Europe, l’indice large Stoxx Europe 600 a repris 7,6%, son meilleur score mensuel depuis novembre 2020. Les indices nationaux plus cycliques comme le CAC40 français ont fait mieux (+8,9%), tandis que ceux qui sont plus défensifs comme le SMI suisse n’ont pas atteint la moyenne (+3,8%). La raison en est assez simple : la Technologie, l’Industrie et la Consommation cyclique ont redécollé, laissant en plan la Santé ou la Finance. Autant en profiter parce que, statistiquement, août et septembre sont en moyenne les mois les moins prolifiques de l’année pour le Stoxx Europe 600. Un peu de musique pour fêter dignement juillet ?.

Aux Etats-Unis, les performances sectorielles sont réparties à peu près de la même façon, si bien que l’indice Nasdaq 100, riche en Technologiques, a repris 12,5%. Il faut remonter à avril 2020 pour retrouver un mois plus favorable. Le SP500, plus diversifié, a repris 9%.

Le rebond des marchés s’est appuyé sur une somme d’éléments un peu bancals, qui ont fini ensemble par donner corps à quelque chose de plus solide. Les investisseurs ont l’air d’avoir dépassé le stade où ils voient tout en noir. Ce qui signifie qu’ils commencent à voir le verre à moitié plein plutôt que le verre à moitié vide en toute chose. Ils ont bien intégré le cycle de hausse de taux punitif de la Fed et le ralentissement macroéconomique en cours. Ils ont aussi constaté que les entreprises, dans leur majorité, sont toujours en capacité de passer la hausse de leurs coûts sur le consommateur. Et que les valorisations sont moins délirantes que six mois plus tôt, même au regard de résultats moins dynamiques qu’ils ont pu l’être sur les trimestres précédents. Tout cela reste très fragile et l’impact des forces macroéconomiques à l’œuvre, je pense notamment à l’inflation ou aux désordres énergétiques et climatiques, est extrêmement difficile à quantifier.

Mais dans le « cycle du choc », le marché a cessé de nier les nouvelles positives, ce qui est déjà une avancée considérable par rapport aux semaines qui ont précédé. Il n’y a qu’à voir l’accueil très chaleureux réservé la semaine dernière aux résultats d’Apple ou d’Amazon alors qu’ils étaient très loin des standards habituels des deux sociétés pour comprendre qu’il s’est produit quelque chose dans l’esprit des investisseurs dernièrement. Des investisseurs qui ont même trouvé du réconfort dans les mauvais chiffres du PIB américain du second trimestre. Leur esprit animal les pousse à penser que la Fed pourrait venir jouer à nouveau les pompiers de service en mettant fin plus tôt que prévu à sa politique de lutte contre l’inflation, pour redonner de l’allant à l’économie. Les investisseurs ont-ils perdu l’esprit ? C’est l’objet de la seconde chanson du jour.

Le cycle du choc

Pour démarrer la semaine, sachez que Joe Biden n’est finalement pas guéri de son Covid et que la présidente démocrate de la chambre des représentants, Nancy Pelosi, a démarré une tournée en Asie. La rumeur veut qu’elle passe par Taïwan, ce qui provoquerait évidemment de nouvelles tensions avec la Chine. Sur l’agenda macroéconomique, on retrouvera jeudi une décision de la Banque d’Angleterre sur ses taux et vendredi les chiffres de l’emploi aux Etats-Unis en juillet. Ce weekend, la Chine a publié de mauvais chiffres d’activité manufacturière pour le mois de juillet. Donc bienvenue en août, en musique.

Il y aura cette semaine encore une grosse série de résultats d’entreprises, dont une soixantaine pesant plus de 50 Mds$. En Europe, après HSBC et Heineken ce matin, suivront BP Plc, AXA, Siemens Healthineers, BMW, Novo Nordisk, Bayer ou Allianz. Aux Etats-Unis, sont notamment attendues PayPal, Costco, CVS Health, Eli Lilly, Amgen ou ConocoPhillips.

Les indicateurs avancés européens sont baissiers ce matin, à l’image de ceux du marché américain. Il faut sans doute digérer les gains récents. En Asie, Tokyo et Sydney gagnent 0,6% à la clôture. La Chine continentale est en hausse mais Hong Kong perd un peu de terrain. L’indice de volatilité VIX redescend à 21 points, ce qui ne lui était plus arrivé depuis avril dernier. Un signe qu’il y a un peu moins de nervosité sur le marché. Le CAC40 perdait 0,11% à 6441 points à l’ouverture.

Les temps forts économiques du jour

Les indices PMI manufacturiers de juillet sont au programme pour les principales économie, dont la zone euro à 10h00 et les Etats-Unis à 15h45. Outre-Atlantique, il y aura aussi l’ISM manufacturier et les dépenses de construction (16h00). Tout l’agenda macro ici. La Chine a fait état d’un PMI manufacturier officiel de retour en zone de contraction en juillet, à 49 points, en-deçà des attentes (50,3). Le PMI Caixin, qui contient plus d’entreprises privées, se dégrade à 50,4 points mais reste en zone d’expansion.

L’euro évolue peu à 1,0228 USD. L’once d’or se stabilise à 1761 USD. Le pétrole a reculé par rapport à la semaine précédente, avec un Brent de Mer du Nord à 102,90 USD le baril et un brut léger américain WTI à 97,30 USD. Le rendement de la dette américaine à 10 ans s’est stabilisé à 2,66%. Le bitcoin se négocie autour de 23 400 USD.

Les principaux changements de recommandations

  • Ageas : HSBC passe de conserver à acheter en visant 50 EUR.
  • Air France-KLM : HSBC passe de conserver à acheter en visant 1,60 EUR.
  • Amundi : Credit Suisse relève son objectif de cours de 52 à 60 EUR.
  • Anglo American : J.P. Morgan passe de neutre à surpondérer en visant 3850 GBp.
  • Arkema : Berenberg reste à l’achat avec un objectif de cours réduit de 152 à 131 EUR.
  • BAE Systems : Jefferies reste à l’achat avec un objectif relevé de 945 à 960 GBp.
  • BNP Paribas : Jefferies reste à l’achat avec un objectif réduit de 73 à 72 EUR.
  • Croda : Berenberg reste l’achat avec un objectif de cours réduit de 90 à 84 GBp.
  • Diageo : Berenberg reste à conserver avec un objectif de relevé de 3900 à 4160 GBp.
  • Hermès : Citigroup relève son objectif de cours de 1000 213 366 EUR.
  • Inficon : Research Partners reste à conserver avec un objectif réduit de 910 à 850 CHF.
  • Ipsen : Berenberg reste à conserver avec un objectif de cours relevé de 98 à 102 EUR.
  • Jet2 : HSBC passe d’acheter à conserver en visant 970 GBp.
  • Kerry : Berenberg reste à l’achat avec un objectif de cours relevé de 124 à 128 EUR.
  • Renault : Jefferies reste à l’achat avec un objectif de cours relevé de 40 à 43 EUR.
  • Rheinmetall : HSBC passe de conserver à acheter en visant 242 EUR.
  • Safran : Jefferies reste à conserver avec un objectif relevé de 100 à 106 EUR.
  • Scor SE : Jefferies reste à conserver avec un objectif de cours réduit de 26,50 à 17,50 EUR.
  • Securitas : J.P. Morgan passe de souspondérer à neutre en visant son SEK.
  • Siltronic : Jefferies reste à l’achat avec un objectif relevé de 110 à 115 EUR.
  • STMicroelectronics : Citigroup relève son objectif de cours de 44 à 52 EUR.
  • Swedish Orphan Biovitrum : Morgan Stanley reprend le suivi à surpondérer en visant 280 SEK
  • Swiss Re : J.P. Morgan reste neutre avec un objectif réduit de 100 à 80 CHF.
  • Tokmanni : SEB Equities passe de conserver à acheter en visant 16 EUR.
  • Tour Eiffel : Kepler Cheuvreux reste à conserver avec un objectif de cours réduit de 27 à 23 EUR.
  • Umicore : Jefferies reste à sousperformance avec un objectif relevé de 26 à 27 EUR.

En France

Annonces importantes (et moins importantes)

  • Les immatriculations de voitures neuves étaient en baisse de 7,06% en juillet en France, selon la PFA.
  • Saint-Gobain finalise le rachat de Kaycan.
  • Vinci rachète les 29,9% détenus par Fintech Advisory dans l’opérateur aéroportuaire mexicain OMA pour 815 M$.
  • Ipsen signe un partenariat avec Marengo Therapeutics dans l’immuno-oncologie. Le laboratoire acquiert des droits exclusifs pour un inhibiteur d’ERK expérimental dans le cadre de son partenariat de recherche avec AGV Discovery.
  • Fitch a abaissé la perspective de la notation crédit BB+ de Faurecia de stable à négative.
  • Moody’s pourrait abaisser la notation Baa3 d’Eutelsat après l’opération OneWeb.
  • Icade signe une promesse de vente pour un immeuble à Nanterre.
  • Les résultats semestriels de Bolloré sont en vive hausse.
  • Innate Pharma et AstraZeneca en échec sur monalizumab associé à cetuximab en phase III.
  • Peugeot Invest et ses partenaires vendent 13 vraquiers.
  • Gascogne signe un crédit syndiqué de 126,8 M€ et un contrat de crédit de 50 M€ avec la Banque Européenne d’Investissement.
  • Uniti renforce son partenariat avec PGIM Real Estate.
  • PCAS, NSE, DLSI, Algreen, Cnova, ST Dupont, Finatis, Delfingen, Courtois, MG International, Carpinienne, Foncière Euris… ont publié leurs comptes.

Dans le monde

Annonces importantes (et moins importantes)

  • HSBC affiche des bénéfices plus élevés que prévu au T2.
  • Heineken dépasse les attentes au premier semestre, mais abandonne son objectif de marge pour 2023.
  • Elon Musk prévoit de contre-attaquer en justice contre Twitter.
  • Les pilotes de Deutsche Lufthansa votent le principe d’une grève.
  • Le directeur des réseaux de Telecom Italia sur le départ, selon Reuters.
  • Varta a abaissé ses prévisions 2022.
  • Principales publications du jour : HSBC, Activision Blizzard, Heineken, ON Semiconductor, Erste Group, Pearson, Vilmorin, Bonduelle… Tout l’agenda ici.

Lectures

Article source: https://www.zonebourse.com/actualite-bourse/Feu-d-artifice-en-juillet--41151819/