Infos pyrotechniques

La belle bleue, la belle rouge, la belle verte et le bouquet final : rien de cela cette année sous la voute étoilée bretonne pour le week-end du L’épidémie de Covid 19 est passée par là et les feux d’artifice n’auront pas lieu, sauf à de rares exceptions.

Il faut éviter les regroupements de foule et la propagation du virus.

Il faudra se passer de feux d'artifice au 14 juillet !

Il faudra se passer de feux d'artifice au 14 juillet !

Des pochettes « 14 juillet » avec 1 euro reversé au profit des hôpitaux

Un coup dur pour l’économie des entreprises de , parmi lesquelles HTP installée à Guichen en Ille-et-Vilaine depuis une vingtaine d’années. Aussi, pour occuper les huit salariés et pour que l’entreprise soit présente de façon originale et solidaire, une idée a pris forme : assembler et mettre en vente des pochettes pour les particuliers avec un assortiment de petits objets comme des claps-mains, des serpentins, des drapeaux et des petits pétards.
Le public est invité à les utiliser au balcon ou dans les jardins le soir du 14 juillet à 20h pour rendre un hommage aux soignants, comme lors du confinement.
 

Un euro est reversé sur le prix d’achat au profit de la fondation des Hôpitaux de France/Hôpitaux de Paris.

Parmi les salariés de l’entreprise, l’ opération redonne un semblant de moral :
 

on a un sentiment d’impuissance face à la situation actuelle, mais l’envie quand même de proposer quelque chose aux gens afin de faire la fête autrement !

Elodie, salariée

Dans les cellules de stockage de matériel de feux d’artifice, les cartons ne seront pas ouverts. Les 200 artificiers qui travaillent en CDD ou en intermitence  pour la fête nationale et partent sur toute la grande région, ne viendront pas transformer le lieu en ruche le temps des festivités. Tout est à l’arrêt.

« Les 13/14 juillet, cela représente 70% de notre chiffre d’affaires en temps normal,  avec 250 prestations prévues cette année. Actuellement, seules trois sont en attente de validation des services préfectoraux pour savoir si les contraintes sanitaires sont applicables pour l’accueil du public ! «  explique Alexandre Coutant, Directeur des activités spectacles de la société.
 

Dans ses bureaux, le fondateur de l’entreprise, Hubert Thézé nous montre sur son ordinateur le projet qu’il avait déjà conçu et imaginé pour le feu d’artifice de la ville de Rennes. Du travail en pure perte à priori, mais il espère pouvoir rebondir.

« Certains de nos appels d’offre ont déjà été annulés alors qu’on avait travaillé sur les projets, la scénographie et la conception des spectacles. On avait également fait des pré-commandes auprès de nos fournisseurs. On espère, si les thèmes des spectacles ne changent pas, pouvoir les reproposer l’an prochain. Surtout dans les petites communes qui ont un buget inférieur sans appel d’offre. « 

Contrairement à d’autres entreprises du milieu, HTP a une seconde activité qui lui permettra à priori de garder la tête hors de l’eau.

« Nous sommes également prestataires pour les illuminations de Noël. On espère que les communes vont reporter leur budget feux d’artifices sur la décoration des centres-villes en fin d’année et nous aider ainsi à passer ce cap difficile !

Hubert Thézé

Cet été, précise par ailleurs le Directeur, avec l’annulation des feux d’artifice, « bon nombre de métiers sont impactés, car à chaque tir en parallèle de notre activité, des professionnels du son, de la lumière, de la sécurité et du nettoyage travaillent ponctuellement à la réussite de ces spectacles« .


 

Article source: https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/faute-feux-artifice-du-14-juillet-pochette-faire-du-bruit-hommage-aux-soignants-1846538.html