Feu d’artifice canadien

Milos Raonic est le cinquième Canadien à atteindre le deuxième tour du Masters canadien cette année, ce qui fracasse un record datant de 1992. (Photo Bernard Brault, La Presse)

Vous savez que les journalistes ont l’esprit mal tourné. Après les victoires inespérées de Vasek Pospisil, de Frank Dancevic et de Filip Peliwo, nous avons été quelques-uns à nous demander si Milos Raonic (n°11) n’allait pas être le seul du contingent canadien à perdre aujourd’hui à la Coupe Rogers. Les appréhensions des oiseaux de malheur ne se sont pas matérialisées, mais il s’en est fallu de peu. La star du tennis canadien a fini par gagner lui aussi, mais au terme d’une partie acharnée contre Jérémy Chardy (6-3, 4-6, 7-5).

Milos devenait du coup le cinquième Canadien à atteindre le deuxième tour du Masters canadien, ce qui fracassait un record datant de 1992. Cette année-là, quatre autochtones avaient atteint ce stade.

Raonic nous avait dit samedi que son objectif stratégique était désormais de dicter le jeu plutôt que de le subir. Il est passé de la parole aux actes en se portant constamment à l’offensive ce soir.

Son adversaire était aussi d’humeur à l’attaque, de sorte que le match n’a pas traîné. Quelques grands coups de raquette et le point tombait d’un côté ou de l’autre. Mais à ce petit jeu du je-fais-le-point-le-premier, le Canadien a été le plus fort. Il n’a d’ailleurs concédé qu’une balle de bris. Elle a cependant failli lui être fatale contre un rival opportuniste et dangereux.

Pospisil, Dancevic et Peliwo

En matinée, Pospisil avait surpris John Isner (5-7, 7-6, 7-6). J’avais écrit hier qu’il aurait ses chances contre le finaliste malheureux du tournoi de Washington, dimanche. Il les a eues et ne les a pas laissées filer. Le jeune Canadien a réussi un bel exploit en enlevant deux jeux décisifs contre un des meilleurs du circuit dans ces situations. Vasek s’est montré très solide en effaçant dans chaque cas un recul de 4-2.

Un peu plus tôt, Frank Dancevic avait lui aussi survécu à un premier set perdu pour battre Yen-Hsun Lu (5-7, 7-6, 6-1). Cette victoire-là, en revanche, je ne l’avais pas vue venir. J’avais juste oublié que le vétéran est un habitué de la Coupe Rogers, où il a parfois obtenu d’excellents résultats.

Filip Peliwo avait été le premier Canadien du jour à se qualifier pour le deuxième tour en éliminant un Jarkko Nieminen diminué par une blessure. Quant à Jesse Levine, le cinquième Canadien, il s’était qualifié hier en écartant Xavier Malisse.

Et à Toronto, ne l’oublions pas, notre Eugenie nationale a gagné son match d’entrée. Une bien belle journée pour le tennis canadien!

À venir : un aperçu du jour 3.

Article source: http://blogues.lapresse.ca/tennis/2013/08/06/feu-d%E2%80%99artifice-canadien/