Gilets jaunes: un pompier en comparution immédiate, accusé d’être un casseur

Il est soupçonné d’être l’un des black blocs ayant participé aux débordements de la manifestation parisienne du samedi 20 en marge de l’Acte 23 des Gilets jaunes. Selon l’Agence France Presse, un pompier du Val d’Oise a été interpellé. Il aurait été en possession de cocktails molotov et de feux d’artifice.

Placé en garde à vue lundi, il devrait comparaître ce mardi 23 en comparution immédiate. Il devra répondre des faits de « détention d’engin incendiaire » et de « participation à un groupement formé en vue de commettre des violences contre les personnes ou des dégradations contre les biens ».

Si l’homme reste présumé innocent, le Service départemental d’incendie et de secours du Val d’Oise (SDIS 95) a déjà fait savoir dans un communiqué que « si les faits sont confirmés, la sanction la plus lourde sera demandée auprès du conseil de discipline envers cet agent qui n’a plus sa place chez les sapeurs-pompiers dès lors qu’il a transporté des engins incendiaires lors d’une manifestation ». Le SDIS 95 s’est d’ailleurs portée partie civile au procès. Le soldat du feu a été, dans l’attente, mis à pied à titre conservatoire.

Des photos diffusées initialement par la police ont d’ailleurs circulé sur les réseaux sociaux, montrant la saisie des forces de l’ordre avec du matériel dissimulé dans un sac marqué de l’inscription « Sapeurs-pompiers Persan » du nom d’une commune du département.

En tout, lors de cet Acte 23 à la mobilisation en baisse mais dont plusieurs cortèges ont été particulièrement tendus, 219 personnes dont six mineurs ont été placées en garde à vue. Une cinquantaine ont été déférées dans l’optique d’une comparution immédiate.

Voir aussi:

Acte 23 des « gilets jaunes »: le journaliste Gaspard Glanz sera jugé le 18 octobre

« Gilets jaunes »: enquête ouverte à Paris après des appels aux suicides de policiers 

Article source: http://www.francesoir.fr/societe-faits-divers/gilets-jaunes-un-pompier-en-comparution-immediate-accuse-detre-un-casseur