Huy : un feu d’artifice tiré par les champions de Belgique

Il était 22h précises quand Vincent Demoulin a donné le top et que la première fusée s’est élancée dans le ciel de Huy. Comme au théâtre, 3 marrons avant le grand spectacle.

Les artificiers de Party-Fices nous avaient promis un feu d’exception et ils ont tenu parole. Pour la première fois, cette société originaire de Flawinne a été choisie pour illuminer de mille feux le ciel hutois à l’occasion du 15 août. Un défi que Vincent Demoulin et son associé Benoît Chapelle voulaient relever depuis trois ans en répondant aux appels d’offres de la ville. «Huy faisait partie de nos objectifs, explique Vincent Demoulin. Pour cette première, on a mis le paquet. On voulait que cela soit d’enfer. On a prévu beaucoup de nouveautés. Des feux qu’on ne voit pas tous les jours et le final était le même que celui que nous avons tiré pour les championnats de Belgique. » Un championnat déjà remporté trois fois en cinq ans par les artificiers.

Afin de permettre à un maximum de spectateurs de profiter du spectacle, le dispositif a été placé sur le toit et dans la cour du fort. «On a travaillé très large, sans oublier les chutes d’eau le long de la façade qui ont été demandées spécialement par la ville. »

Deux jours de montage

Sans téléphérique, les organisateurs n’ont eu d’autre choix que de monter tout le matériel à pied. Les plus grosses fusées ont même dû être démontées de leur pas de tir pour être amenées pièce par pièce. Il aura fallu deux jours et près de 20 personnes pour mettre en place l’ensemble du dispositif. Ce jeudi soir, ils étaient neufs à se charger des mises à feux. «Une partie est allumée à la main, une autre sur base d’une pile et certaines de manière électrique pour assurer un envoi groupé. La recette pour un feu d’artifice réussi c’est de l’originalité, une belle intensité et une belle cadence. Sans oublier la sécurité.»

Après 20 minutes intenses, les dernières paillettes se sont éteintes sous les applaudissements nourris d’un public visiblement séduit.

Article source: http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20130816_00346881