La police prise à partie par une soixantaine de personnes après le feu d’artifice de La Baule, un homme condamné

tribunal saint-nazaire
Le prévenu a été condamné à 60 jours-amende à dix euros et devra, en outre, verser 200 euros à chacun des cinq policiers qui se sont portés parties civiles ©Frédéric PROT

Trois jours après son vingtième anniversaire, un habitant de Donges (Loire-Atlantique) était à la barre du tribunal correctionnel de Saint-Nazaire le 20 septembre 2022 pour répondre de violences sur des policiers au petit matin du 15 juillet à La Baule.

Insultes, jets de bouteilles…

Rappel des faits : après le feu d’artifice, quelque 300 personnes restent sur le remblai, boulevard Hennecart, alors que les policiers leur demandent d’évacuer. Ils sont reçus par une volée d’insultes de toutes sortes.

D’un côté, un groupe d’une vingtaine de personnes ; de l’autre, ils sont trois fois plus. Tous se sont « amusés » à jeter bouteilles, cailloux et tout ce qui leur tombait sous la main en direction des forces de l’ordre.

Accompagné d’un mineur, jugé par ailleurs, le prévenu, qui vit chez ses parents et qui n’a pas de casier, a reconnu avoir ramassé des bouteilles jonchant le sol pour les lancer « comme tout le monde ». Faits qu’il regrette.

« Comme tout le monde »

Son avocate, Me Sophie Roux, s’élève « contre la scène de guerre décrite par les fonctionnaires de police ; il s’agit de jets de quinze projectiles par une cinquantaine de personnes à plus de trente mètres des forces de l’ordre ».

Ce qui, reconnaît elle « était fort désagréable, mais loin de ce stéréotype qu’on a voulu nous faire croire ». Elle martèle :

« Mon client s’est laissé entraîner par l’effet de groupe lors d’une soirée alcoolisée sans trop réfléchir. »

Me Sylvie David, avocate des cinq policiers qui ont déposé plainte, porte leur parole : « Ils ont été particulièrement impressionnés de se retrouver devant tant de personnes virulentes s’opposant à eux, même s’ils n’ont pas été atteints ».

Vidéos : en ce moment sur Actu

Pour le procureur, Kevin Lefur :

« C’est un retour à l’état primitif pour quelqu’un qui s’est laissé happer par l’effet de groupe. »

Il requiert 125 heures de travail d’intérêt général. 

À lire aussi

Le prévenu est frappé au portemonnaie. Condamné à 60 jours-amende à dix euros, il doit verser 200 euros à chacun des cinq policiers et payer leurs frais d’avocat. Soit un total de 2 400 €.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre L’Écho de la Presqu’île dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Article source: https://actu.fr/pays-de-la-loire/la-baule-escoublac_44055/la-police-prise-a-partie-apres-le-feu-dartifice-de-la-baule-un-homme-condamne_54138629.html