Le feu d’artifice de Dinard sous haute sécurité vendredi soir, pour accueillir 30 000 spectateurs – Ouest

Rien ne doit venir gâcher la fête : un peu plus d’une semaine après le drame qui a endeuillé le feu d’artifice de Cholet (Maine-et-Loire), le dispositif de sécurité déployé autour du spectacle pyrotechnique de Dinard – bien que déjà éprouvé par le passé et arrêté avant la tragédie choletaise – prend tout son sens. Quelque 150 professionnels interviendront, ce vendredi 22 juillet, pour assurer la sécurité des 30 000 à 40 000 spectateurs attendus sur le front de mer de la station balnéaire.

Lire aussi : Feu d’artifice de Dinard : 30 000 personnes attendues vendredi, voici tout ce qu’il faut savoir

Une zone de sécurité, en mer également

Avant même cette affluence exceptionnelle, la police municipale et les agents communaux seront à pied d’œuvre : les restrictions de circulation et de stationnement s’amplifieront, au fil des heures, pour aboutir à un centre-ville quasi bouclé. Une soixantaine de policiers municipaux et nationaux, renforcés par un équipage de la compagnie d’intervention de Rennes, patrouilleront alors pour sécuriser l’événement et notamment veiller au respect des zones inaccessibles au public.

Ce périmètre de sécurité est « éminemment important », rappelle le commissaire Guillaume Catherine, à la tête du commissariat de Saint-Malo. Le feu d’artifice sera tiré depuis des remorques agricoles installées au bas de l’eau, sur la plage de l’Écluse : une étendue de sable large de 220 m, aux abords de cette zone de tir, sera formellement interdite aux spectateurs.

En mer, la même distance de sécurité sera à observer par les plaisanciers et compagnies maritimes qui viendront mouiller au large de la plage pour profiter du spectacle : les sauveteurs en mer de Dinard n’ont pas de pouvoir de police mais pré-positionneront leur vedette et leur embarcation semi-rigide dans le même secteur, prêts à intervenir si un bateau se trouve en difficulté. Le chemin de ronde des pointes de la Malouine et du Moulinet ne sera pas fermé mais la Ville met en garde contre les risques de chute, pour les spectateurs qui se risqueraient dans les rochers bordant la côte.

Pompiers et secouristes, au cas où…

Coordonnés depuis un poste de commandement installé dans le bâtiment de la piscine d’eau de mer qui surplombe la digue, ces différents moyens sont complétés par un dispositif de secours conséquent : plus d’une trentaine de sapeurs pompiers est en effet mobilisée, au plus près de la zone potentielle d’intervention, pour limiter au maximum le délai pour y parvenir.

L’Association des secouristes de la Côte d’Emeraude, chargée de veiller sur l’événement depuis de nombreuses années, disposera de deux postes de secours : 22 secouristes seront sur place pour assurer une mission de premiers secours, en cas de malaises ou d’incidents.

« Notre dispositif se prolonge dans les terres pour prévenir les cambriolages, vols à la roulotte et autres atteintes aux biens qui, traditionnellement, ont tendance à survenir pendant ce type de manifestations, ajoute enfin le commissaire Catherine qui alerte : « Souvent, les vols se produisent dans des habitations ou des voitures qui sont restées ouvertes… »

L’ultime étape de la soirée, pour les patrouilles policières, n’est pas des moindres. Elle consistera à accompagner l’impressionnant reflux de la foule tandis qu’elle quittera le littoral. Au-delà des contraintes du plan Vigipirate toujours en vigueur et de la douloureuse piqûre de rappel que constitue le drame de Cholet, la mission des forces de l’ordre et de tous les professionnels mobilisés, des agents communaux aux pompiers, en passant par les secouristes et les sauveteurs sera bel et bien « d’assurer qu’une ambiance familiale règne et que les festivités se déroulent bien, » évoque le commissaire.