L’USC sans pitié pour le Racing

Les joueurs du Racing, tête basse, qui viennent remercier leurs supporters, venus en nombre avec, en arrière-plan, un feu d’artifice des plus somptueux tiré par l’US Carcassonne. Ce n’était pas le à Domec mais, au pied de la Cité, on a su célébrer le retour du derby contre Narbonne, dans un stade plein comme un œuf, et avec une victoire bonifiée à la clé. C’était beau, un stade plein, et se dire qu’il faudra attendre encore quelques années – peut-être – pour revoir ça, et bien ça fait quand même mal au cœur. Hier, l’USC n’a pas eu de pitié pour Narbonne qui a perdu en plus dans la bataille trois de ses piliers, Pascal Cotet, Mohamed Boughanmi et Geoffrey Moïse, rendant forcément sa fin de saison encore plus compliquée que ce qu’elle n’était déjà (voir ci-après).

L’épreuve de force débute dès la 8e minute. Et l’USC, qui pouvait prendre les points, tente de se mettre le derby dans la poche, déjà. Avec deux mauls consécutifs, la défense « orange et noir » tient sa ligne. Une équipe carcassonnaise qui prive Narbonne du ballon et, pour l’instant, le Racing fait le dos rond. Notamment en mêlée où Narbonne fait preuve de caractère, comme souvent depuis le début de la saison dans ce secteur, face à ce qui se fait de mieux dans cette Pro D2.

Carcassonne a fait mal, très mal

Dans un derby intense, où les chocs sont rudes, l’USC cabosse le RCN sur chaque impact, obligeant les soigneurs « orange et noir » à faire des allers-retours incessants. Les « orange » sont dans le rouge. À force d’insister, le bouillant demi de mêlée Samuel Marques est pris haut par la défense narbonnaise et Dorian Jones trouve le poteau rentrant (3-0, 19e). Naïf sur les premiers plaquages, sans cesse sur le reculoir, Carcassonne met de la vitesse de partout, joue tous les ballons. Heureusement pour Narbonne, l’USC commet de nombreux en-avants et n’arrive pas à terminer ses attaques. À force d’insister, Carcassonne passe en force et Marques sert parfaitement Manchia au ras d’un regroupement (10-0, 27e).

Malgré cela, Narbonne défend bien, mais il défend trop et n’attaque presque pas, sauf sur cette percée de Boris Goutard à la réception d’une chandelle qui donne des frissons à un Domec bouillant (10-3, 30e). Des Carcassonnais qui auraient pu tuer le derby, déjà, juste après la sirène, mais Benoît Jasmin est poussé à un mètre de l’essai par Josiah Maraku.

En seconde période, le Racing a l’occasion de réduire la marque, mais Chaput joue vite la pénalité et l’USC marque en suivant après un 50-22. C’est le tournant du match (voir page suivante). À force de pilonner, de faire mal, c’est Guillaume Martocq qui va derrière la ligne (17-3, 51e). Narbonne vient de passer d’un possible 10-6 à un fatal 17-3. On ne le reverra plus, pris à la gorge, à l’image de ce coup de maître signé Tim Agaba (24-3, 55e). Le derby a définitivement tourné et ce malgré le joli coup de pied de Joris Pialot pour Axtens en bord de touche pour Dan Faleafa qui marque d’un poing rageur (24-10, 59e). C’est d’un court répit… Car le Racing encaisse un double coup de massue avec la blessure de Pascal Cotet (voir ci-après) et l’essai de Sione Tui, celui du bonus offensif (31-10, 74e). Le Racing avait de toute façon la tête ailleurs. Et même si la défaite de Bourg-en-Bresse contre Vannes (9-26) lui permet d’y croire encore, sa fin de saison s’annonce très, très difficile. Et ce n’est pas le feu d’artifice de Domec qui le consolera, ce matin. Pour l’USC, tous les rêves sont encore permis !

US Carcassonne31

RC NARBONNAIS10

À Carcassonne (stade Albert-Domec). 6 354 spectateurs. Mi-temps : 10-3.

Arbitre : Flavien Hourquet (Midi-Pyrénées).

Pour l’USC : 4 essais Manchia (27), Martocq (49), Agaba (53), Tui (73), 4 transformations Jones (28, 51, 55, 74), 1 pénalité Jones (19).

Pour le RCN : 1 essai Faleafa (58), 1 transformation Pialot (59), 1 pénalité Meret (30).

USC : Tui – Jasmin (Gianet, 50), Puletua, Martocq (Jasmin, 72), Dulon – (o) Jones (Mouchous, 74), (m) Marques – Huguet, Agaba (Carroll, 65), Doumenc (cap.) (Castant, 71) – Landman, Manchia (Van der Merwe, 58) – Azar (Boyadjis, 68), Sauveterre (Carbou, 68), Ursache (Amrouni, 51).

RCN : Goutard – Namy, Nueno (P-H. Ducom, 65), Maraku, Sitauti (Rochier, 72) – (o) Meret (Pialot, 50), (m) Chaput (Campbell, 50) – Madaule (cap.) (Belzons, 50), Nouhaillaguet (Faleafa, 54), Axtens – Visser (Nouhaillaguet, 66), Fortuin – Cotet (Boughanmi, 57-62), Rochier (David, 45), Moïse (Martinez, 22).

Évolution du score : 3-0, 10-0, 10-3, 17-3, 24-3, 24-10, 31-10.

6 354 spectateurs à Domec !

C’est logiquement le record de la saison pour l’US Carcassonne et, bien entendu, celui-ci a eu lieu contre le voisin narbonnais. De parole de Carcassonnais, cela faisait longtemps, très longtemps même que le stade Domec n’avait pas connu pareille fête !

« Une première fois » Les supporters narbonnais ont mis l’ambiance bien avant le coup d’envoi du derby. Regroupés dès 17 h, ils ont accompagné avec des fumigènes le bus, se rappelant aux bons souvenirs de leur demi-finale à Nice ou de la finale à Bourgoin. « C’est la première fois qu’on voit ça ici », a-t-on entendu dans les travées de la part des supporters carcassonnais.

Coup d’envoi C’est la présidente du conseil départemental de l’Aude, Hélène Sandragné, qui a donné le coup d’envoi de ce derby, devant un stade plein.

En feu ! C’était la fête hier à Domec qui avait mis les petits plats dans les grands pour le retour du derby de l’Aude, avec plusieurs stands d’alimentation notamment.

Article source: https://www.lindependant.fr/2022/02/25/lusc-sans-pitie-pour-le-racing-10134916.php