Notre-Dame. Les souvenirs fleurissent sur les sites de petites annonces

Faute d’être à Paris pour faire un selfie devant Notre-Dame, on peut aller sur la toile pour s’acheter quelques souvenirs en rapport avec la cathédrale. Même en Bretagne ! (AFP)

Depuis l’incendie de Notre-Dame de Paris ce lundi, le commerce des objets liés à la cathédrale marche fort sur internet, en tout cas du côté des annonces mises en ligne sur les sites spécialisés. La Bretagne n’échappe pas au phénomène. Tour d’horizon.

Il fallait y penser, mais pourquoi pas après tout. L’édition spéciale de Libération, quotidien connu pour ses unes événementielles et qui a marqué les esprits en titrant « Notre Drame » sur l’incendie de la célèbre cathédrale : acheté 2 euros ce mardi, ce numéro est proposé à 10 euros ce samedi par un Breton, sur l’un des sites les plus connus de petites annonces. Soit, en cas de vente, un coquet bénéfice de 8 euros ! Les marchands du temple peuvent aller se rhabiller…

Autre curiosité, ces agrandissements de cartes postales proposés à 4 euros par un Finistérien. Notre-Dame vue des quais, Notre-Dame et les bouquinistes, Notre-Dame de nuit, Notre-Dame en noir et blanc mais avec un feu d’artifice derrière ses deux tours emblématiques : il y a le choix en matière de vues pittoresques. Si l’agrandissement est de qualité, le prix peut sembler raisonnable.


Du porte-clés au tableau


Du côté des breloques et autres colifichets, dès le lendemain de l’incendie, un autre Breton, originaire d’Ille-et-Vilaine, propose un porte-clés émaillé estampillé au dos « Mirel-Paris, made in France ». Mais c’est le côté face qui est plus intéressant avec la Tour Eiffel, l’Arc de Triomphe et, évidemment, Notre-Dame. Un vrai tour de la capitale sur 4 cm de hauteur. Pour 15 euros, il est à vous.

Enfin, à défaut de prendre toutes une valeur artistique, les huiles et autres tableaux représentant Notre-Dame ont désormais un sens historique. De quoi motiver les acheteurs ? En tout cas, il y a le choix, même en Bretagne ! Il y a ainsi cette peinture à l’huile « technique couteau » avec cadre de 100 centimètres par 68 centimètres. Il part pour 49 euros mais il faut venir le chercher chez le vendeur.


De 650 euros à… 2 euros


Un Morbihannais attend lui qu’on lui fasse une offre pour une peinture sur toile de 80 sur 140 centimètres. Un Finistérien propose, lui, sur peinture ancienne sur toile de lin, de 46 centimètres sur 55 centimètres, signée par Noulin. L’annonce affiche un prix de 650 euros mais le vendeur précise qu’il attend une « offre sérieuse en rapport avec la cote de ce peintre et son actualité ».

À noter enfin que les enfants ne sont pas oubliés. Dès le soir de l’incendie, plusieurs Bretons ont proposé des objets ayant trait, plus ou moins directement, avec la cathédrale préférée des Français. Cela va du puzzle à 4 euros tiré du dessin animé Le Bossu de Notre-Dame à la figurine de Frollo, à 2 euros, et tirée du même dessin animé. Des prix qui, cette fois, sont plus proches des tarifs habituels des vide-greniers.

Article source: https://www.letelegramme.fr/dossiers/incendie-de-notre-dame-de-paris/notre-dame-les-souvenirs-fleurissent-sur-les-sites-de-petites-annonces-20-04-2019-12264086.php