Résonances, c’est fini

KHARINNE CHAROV

k.charov@sudouest.fr

Sites en scène

Pour Rochefort en accords

Le label Sites en Scène n’ira plus à Résonances mais à Rochefort en accords, festival de la fin août.

Pour en parler, l’élu Pierre Feydeau et Benoît Liénard, président des Acoustiques, ont été reçus hier par Stéphane Villain, vice-président du Conseil général à la culture. À ses yeux, « Résonances, c’était trop lourd en infrastructure, trop long et trop élitiste. » Le Département doit compter ses sous avec un budget Sites en Scène qui est passé de 850 000 € il y a trois ans, à 500 000 € aujourd’hui.

«A faire un festival avec de moins en moins d’argent, on rognait l’os, c’était invivable. » Vincent Léandri, le directeur de la Coupe d’or ne cache pas sa lassitude et celle de l’équipe du théâtre qui, chaque mois de juillet à Rochefort, organise Résonances depuis vingt ans. Ou plutôt organisait. Car 2013 aura été la dernière édition.

Aventure de vingt ans

Malgré tout, c’est un peu la mort dans l’âme que le responsable et le conseil d’administration jettent l’éponge. Pendant vingt ans, de la place Colbert à la Corderie, des têtes d’affiche des musiques du monde, et des groupes un peu moins connus ont défilé à ce festival estampillé Sites en Scène. Sans oublier les spectacles de qui ont duré jusqu’en 2004, ou encore les Priz d’art en journée.

« L’édition 2009 aura été presque idéale au sens où nous avons réussi précisément ce que nous voulions faire », commente Vincent Léandri. C’était l’année où Touré Kounda était programmé. C’était aussi l’année du plus gros budget. Et le directeur le sait : « Nous faisions partie des plus gros Sites en Scène. » Le Conseil général avait octroyé une subvention de 58 000 euros pour un budget global à 120 000 euros. Il y avait même des partenaires privés pour mettre la main à la poche.

De moins en moins

Pourtant, dès 2010, le Département baisse sa subvention de 8 000 euros. Et de trois jours, le festival passe à deux. Résonances marche quand même et pourtant la subvention du Conseil général baissera encore de 5 000 euros en 2011 où l’on renonce aux têtes d’affiche. Ce sera encore moins 5 000 euros en 2012 avec la disparition de la grande scène couverte, pour tomber à moins 10 000 euros en 2013 avec une subvention de 30 000 euros en tout et pour tout.

Du coup, cet été, il n’y avait plus deux concerts de musique du monde chaque soir, mais un seul. Et les Priz d’art ont été ratiboisés aussi. D’autant que la Ville n’a pas compensé la baisse de subvention départementale. Et il va sans dire que Vincent Léandri n’a pas attendu 2013 pour tirer la sonnette d’alarme. « C’était devenu de l’émiettement avec une perte de vue de la dimension artistique. Ça n’avait plus de sens et la Coupe d’or était précarisée. En moyenne, les festivals de musiques du monde ont un budget médian de 270 000 euros. En faire un avec 60 000 euros avec des partenaires qui cassaient déjà les prix depuis quatre ans, c’était devenu impossible. »

« Ce n’était plus possible »

Sans attendre de savoir combien le Conseil général lui accordera l’été prochain, le directeur a donc renoncé. D’autant que les bruits de couloir laissaient entendre que la subvention serait encore à la baisse. « Nous ne voyons pas comment faire un travail de qualité dans ce contexte. Rochefort n’a pas les moyens d’avoir trois manifestations fortes (NDLR : Ville en fête, Résonances et Rochefort en Accords) dans l’été. »

Et puis Vincent Léandri, comme son équipe du théâtre, reste philosophe : « En juillet, c’est la préparation de la saison suivante. Et ne pas faire Résonances nous laissera un peu plus de temps. » Et du temps, il en faudra pour boucler un budget de plus en plus serré à la Coupe d’or qui a perdu plusieurs dizaines de milliers d’euros de subventions depuis 2005.

Article source: http://www.sudouest.fr/2013/12/07/resonances-c-est-fini-1251693-1504.php