Le stockage de feux d’artifice UKOBA à Saint-Jean de Thurigneux pas assez sûr selon le FN – 1800ForBail

L’explosion dévastatrice survenue il ya quelques jours dans une usine d’engrais à Waco (Texas, USA) rappelle celle qui a frappé l’usine AZF à Toulouse en 2001. Le groupe Front National au Conseil régional de Rhône-Alpes, rappelle l’existence à Saint-Jean-de-Thurigneux (Ain) d’un site où la société « Pyragryc » entrepose plus de 400 tonnes de feux d’artifices. Les élus rappellent que des accidents sont survenus en plusieurs lieux et pays avec des tonnages pourtant bien inférieurs. A Enschede (Pays Bas) , le 13 mai 2000 l’explosion d’une usine de feux d’artifices a causé la mort de 22 personnes et entrainé 974 blessés.

Le  Groupe Front National rappelle qu’il avait tenté par un vœu présenté les 13 et 14 octobre 2011 d’exposer cette situation au Conseil régional Rhône-Alpes. ” Notre vœu tendant à renforcer la surveillance du site n’a pas abouti, sans doute pour des raisons partisanes.” estime le groupe.

Un stockage porté à 426 tonnes

Par arrêté préfectoral du 2 septembre 1969, modifié le 17 mai 1973, PYRAGRIC,  a été autorisée pour exploiter ses installations de fabrication de feux d’artifices à stocker 10 tonnes de produits pyrotechniques sur son site de Saint-Jean-de-Thurigneux (Ain)

Par arrêté préfectoral du 31 juillet 2008 la Société UKOBA, filiale de PYRAGRIC, a obtenu que le stockage soit porté à 426 tonnes dont 3.6 tonnes équivalent TNT de produits hautement explosifs. ” Cette mesure a été imposée sans qu’aucune étude ou concertation n’ait été entreprises ” rappelaient les élus du Front National en présentant leu voeu au Conseil régional en 2011.

Deux sites séparés par une départementale

Le site de Saint Jean de Thurigneux comprend un site principal devant être obligatoirement clos de 36 ha 38a 95 ca et un site secondaire de 6 ha 06 a  05 ca réservé aux tirs des feux d’artifices, aux essais et aux brûlages. Les deux sites sont séparés par la départementale RD6 sur laquelle circulent chaque jour entre 1 500 à 2 000 véhicules dont les services de ramassage scolaire.

En mai 2010, un Plan de Prévention des Risques Technologiques (PPRT)  a informé la population de l’importance réelle du danger. Des représentants de riverains, du camping qui jouxte le stockage, et des usagers de la départementale se sont organisés en association. Une pétition a regroupé 700 signatures dont celles de dix conseillers municipaux, d’une grande partie de la population et de communes voisines. La pétition a été signée par usagers de plusieurs communes de l’Ain et du Rhône. Le Préfet de l’Ain a signé le 21 janvier 2011 le PPRT.

Dans des milieux naturels protégés

Les élus du FN rappelaient aussi que le site se trouve dans les Dombes au cœur du projet NATURA 2000, au sein des zones ZICO de protection des oiseaux, ZNIEFF zone naturelle d’intérêt pour l’environnement de la faune et de la flore et à proximité de la fondation Pierre Vérots.

Augmentation des nuisances

L’insécurité du site a été démontrée par l’association : état défectueux des clôtures, chutes d’arbres ou végétation non contrôlée (obligation d’absence de toute végétation à moins de 10 m de tous les dépôts), risque d’effets dominos en cas d’accident pourtant signalés par les représentants du CLIC ( Comité  Local d’Information et de Concertation) à diverses reprises, concentration des dépôts les plus dangereux regroupés au Nord sur moins de 10 ha. Les élus expliquent qu’on constate une augmentation des nuisances avec des tirs au delà même de la zone de tirs et d’essais et avec l’accroissement des fréquences en parallèle à l’énorme augmentation du stockage. Une possibilité de stockage à 600 tonnes a été évoquée par la presse.


Le groupe FN demande l’organisation d’une table ronde incluant les pouvoirs publics (représentants du Conseil régional, général, municipal), la direction de la société, Chambre de commerce Rhône-Alpes, les représentants des associations de riverains, afin d’envisager les modalités de regroupement des activités des sites de PYRAGRIC à Rillieux et de sa filiale UKOBA à St-Jean-de-Thurigneux pour permettre le développement des sociétés en un site isolé ne présentant pas de risque pour la population avoisinante.

michel.deprost@enviscope.com à partir des éléments communiqués par le Groupe Front National au Conseil Régional.

Article source: https://www.enviscope.com/ukoba-saint-jean-de-thurigneux-feux-dartifice-pyragric-plan-de-prevention-des-risques-technologiques-front-national-rhone-alpes/

Caussade. Des partenaires bien présents

A l’occasion de la nouvelle année et de la coque des rois, la présidente du Hand-ball Quercy caussadais, Sophie Penche vient de rassembler au gymnase de Septfonds, l’ensemble des joueurs, entraîneurs et dirigeants du club, pour deux cérémonies exceptionnelles mettant en valeur les partenaires de ce jeune club sportif. En effet, créé en septembre 2008, ce club a bien progressé depuis, grâce notamment au soutien sans faille d’entreprises locales. En premier lieu, la caisse Nord Midi Pyrénées du Crédit agricole représentée par son président Georges Musard accompagné de Bernard Fau, administrateur, est venu remettre un chèque de 2 500 € destinés aux investissements dans le cadre du FDIL (Fond de développement et d’initiative locales). Ce précieux soutien financier va permettre au club de faire l’acquisition de cages de gardiens, de réducteurs de buts pour les moins de 11 ans, d’un tableau d’affichage électronique, et de divers matériels, ballons et autres chasubles. Le Crédit agricole aide également le club, chaque année, avec une subvention de fonctionnement.

NOUVEAUX MAILLOTS

Ensuite, la remise officielle de nouveaux maillots intervenait en présence des partenaires : un jeu de maillot avec la société Ghiretti SA de Caussade, Pyragric (Marc Penche), ECF Guy Gaubert de Caussade ; deux jeux de maillots avec l’entreprise Vivian Bourrié de Caussade et l’entreprise Jean-Pierre Fauché de Lafrançaise.

Le club affilié à la FFHB compte, cette année, 80 licenciés : moins de 9 ans, 11 ans, 13 ans (mixte) qui évoluent en championnat départemental ; moins de 18 ans filles en niveau régional ; et une équipe senior loisirs. Le maire de Septfonds, Jacques Tabarly souhaite au club autant de succès que les équipes de France féminine et masculine, tout en rappelant que sa commune restait une terre d’accueil. Sophie Penche tenait aussi à remercier le maire de Cayriech, Jean-Louis Donnadieu pour le prêt de salle, ainsi que la communauté de communes pour le prêt du gymnase du lycée Claude Nougaro, les week-end, quand il est libre ! Elle soulignait également la présence du président du comité départemental, Bernard Gonnet et du conseiller technique fédéral, Philippe Colson.

Pour tous renseignements sur le hand-ball en Quercy caussadais, on peut contacter la présidente au 06 19 41 36 35.


Bus à l’oreille. Environnement.

Article source: https://www.ladepeche.fr/article/2010/01/25/762346-caussade-des-partenaires-bien-presents.html

Angoulême: le feu d’artifice de ce jeudi soir est annulé

Il n’y aura pas de « hooo », de « haaa », ou de « la belle bleue! » ce jeudi soir à Port l’Houmeau, à Angoulême. Le feu d’artifice de la ville prévu à 23 heures est annulé. La société lyonnaise Pyragric n’est apparemment pas en mesure d’honorer ses commandes. Les villes d’Auxerre et Sens seraient également concernées.

L’artificier s’était pourtant déjà chargé du feu d’artifice l’an dernier. Les autres animations, qui démarrent à 18 heures, sont maintenues.

Article source: http://www.charentelibre.fr/2017/07/13/angouleme-le-feu-d-artifice-de-ce-jeudi-soir-est-annule,3113552.php

AS Cannes : l’attente et l’espoir retrouvé – Nice

«Rétrogradation AS Cannes : décision confirmée en CFA » Voici ce que l’on pouvait lire il y a dix jours sur le site de la Fédération française de football (FFF). Une annonce officielle qui faisait suite à la décision de la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG) de reléguer l’équipe cannoise en National à cause de problèmes financiers.

Mais aujourd’hui rien n’est moins sûr et le club pourrait bien conserver sa place en 3e division.

Un argumentaire solide

Hier matin, le Comité national olympique sportif français (CNOSF) a émis un avis favorable pour le maintien de l’AS Cannes en National. Unifiée, la délégation cannoise, composée de représentants de la municipalité et des dirigeants du club (1), semble avoir convaincu les membres du comité avec un nouvel argumentaire sur un plan de soutien financier au club. Un déséquilibre des comptes d’au moins 1,6 million est évoqué.

Le triste épisode estival de l’AS Cannes pourrait alors devenir un mauvais souvenir si le Conseil fédéral, organe délibérant de la FFF, réintègre les Cannois en National. À la suite de près d’un mois de tensions et de frictions, de déception et d’incertitude, la menace d’une relégation en 4e division semble s’éloigner.

« C’est avant tout un gros « ouf » de soulagement. L’avis du comité est une étape très importante qui nous permet d’envisager sérieusement une saison en National, analyse Roland Garcia, président du club de supporters le 12e Dragon.Le plus important aujourd’hui c’est de rester confiant. »

« Ce n’est qu’une étape »

Un espoir partagé par les élus locaux. L’opposant de droite et conseiller municipal cannois, Philippe Tabarot, se réjouissait hier « de l’avis rendu par le CNOSF qui est une première étape avant l’examen de la FFF pour la réintégration du club en National. Je suis enfin heureux pour les amoureux de l’AS Cannes, pour les supporters qui ont su se mobiliser et enfin pour les dirigeants (…)»

De son côté, la municipalité cannoise préfère rester prudente jusqu’à la décision de la Fédération. « Les arguments avancés ont été solides et sérieux,confiait hier soir le premier adjoint à la mairie de Cannes, David Lisnard. Ils ont permis de franchir cette première étape. Le rôle de la municipalité reste de soutenir le club dans le respect de ses engagements pris auprès du contribuable. »Rappelant que « l’intérêt commun(avec les dirigeants du club),c’est de sauver l’AS Cannes. »

Au club, la prudence est également de mise, comme si on ne souhaitait pas se réjouir trop vite d’un simple « avis ». « Ce n’est qu’une étape », confie-t-on raisonnablement.

En attendant une réponse définitive de la FFF sur le maintien, ou pas, de l’AS Cannes en National, les Cannois investiront, ce soir, le stade de Coubertin pour un match amical contre Fréjus Saint-Raphaël. Et les supporters comptent bien être de la partie. « On veut montrer notre motivation, conclut Roland Garcia. On reste mobilisé tant que rien n’est sûr. »Pour le club, pour les joueurs et pour Cannes.

Audrey Minelli

aminelli@nicematin.fr

1- Le président du club Ziad Fakhri, et son père, le propriétaire, Saïd Fakhri, étaient accompagnés du premier adjoint à la mairie de Cannes, David Lisnard, et du conseiller technique du député-maire, Michel Cavargini.

Article source: https://www.nicematin.com/faits-divers/as-cannes-l-attente-et-l-espoir-retrouve-369526