En Israël, la Ville de Tel-Aviv annule son feu d’artifice en raison du stress post-traumatique de soldats

Il n’y aura pas de feu d’artifice à Tel-Aviv pour la fête de l’indépendance d’Israël (Yom Haatsmaout) qui débute mercredi soir et commémore la création de l’Etat en 1948. La municipalité a pris cette décision ainsi en raison notamment du stress post-traumatique dont souffrent certains soldats. « L’une des choses qui ont influencé cette décision sont les demandes de soldats souffrant de syndrome de stress post-traumatique qui ont demandé à annuler le spectacle, ainsi que pour les personnes handicapées », a déclaré le maire de Tel-Aviv, Ron Huldai, dans un communiqué. « J’espère que l’année prochaine, une alternative respectueuse de l’environnement et encore plus impressionnante sera possible », a-t-il également indiqué.

Plusieurs autres villes ont également décidé de prendre une décision similaire cette année, notamment Herzliya, Netanya, Raanana et Ramat Gan, quatre villes situées près de Tel-Aviv. De son côté, le ministre de la Culture et des Sports, Chili Tropper, a également annulé le feu d’artifice prévu au Mont Herzl à Jérusalem pour les mêmes raisons.

Le service militaire est obligatoire en Israël

La question du stress post-traumatique des vétérans de l’armée ainsi que des survivants des attentats s’est imposée dans le débat public israélien depuis plusieurs années. L’année dernière, une vague d’émotion avait secoué Israël après qu’un ancien soldat souffrant de stress post-traumatique s’était immolé par le feu devant les services d’aide aux soldats blessés. Le jeune homme s’était vu reconnaître une incapacité permanente partielle car souffrant de stress post-traumatique lié à sa participation à la guerre ayant opposé en 2014 Israël au mouvement islamiste armé Hamas, dans la bande de Gaza.

Lire aussi – Israël : Benyamin Netanyahou peut-il vraiment retrouver le pouvoir ?

La question du stress post-traumatique est souvent évoquée dans les œuvres culturelles du pays. On peut citer la série israélienne Hatufim (Prisonniers de guerre), qui a inspiré Homeland, sur le retour de captivité de 3 soldats israéliens après 17 ans de détention, ou encore Valse avec Bachir, qui traite de la guerre au Liban de 1982. Le service militaire est obligatoire en Israël pour les jeunes âgés de 18 ans, de deux ans pour les femmes, et deux ans et six mois pour les hommes.

Article source: https://www.lejdd.fr/International/en-israel-la-ville-de-tel-aviv-annule-son-feu-dartifice-en-raison-du-stress-post-traumatique-de-soldats-4109286