Archives par mot-clé : lacroix-ruggieri

La « touche française » brille aussi dans les feux d’artifice

feu d'artifice

Si la poudre noire a été inventée en Chine et les feux d’artifice en Italie, la France a contribué très largement au développement des arts pyrotechniques, une « touche française » qui fait toujours recette à l’international.

« La France a une très longue histoire avec le feu d’artifice, elle est une des nations qui a apporté le plus de progrès scientifiques en pyrotechnie », explique Pierre Thébault, consultant et président du Syndicat des fabricants d’explosifs, de pyrotechnie et d’artifices (SFEPA).

Co-président du 15e Symposium international des feux d’artifice, qui se tient à Bordeaux du 20 au 25 septembre, il se réjouit que la manifestation soit organisée pour la première fois en France. Au total, 400 professionnels d’une trentaine de pays sont réunis pour partager leurs pratiques et présenter leurs innovations techniques lors de spectacles publics.

La tradition française du feu d’artifice est ancienne: le premier spectacle pyrotechnique à Paris remonte à 1612; en 1739, les frères italiens Ruggieri deviennent les artificiers de Louis XV et se lancent dans d’audacieuses innovations; plus tard, les chimistes Antoine Lavoisier (1743-1794) et Claude-Louis Berthollet (1748-1822) contribuent à la mise au point des feux colorés…

Autre facteur majeur, la tradition liée au 14 juillet, décrété en 1880 fête nationale devant être fêtée « avec largesse ». « Un gros marché est né et la profession d’artificier s’est beaucoup développée », explique Pierre Thébault.

Résultat, la France reste le plus gros marché en Europe. Leader sur le continent, l’entreprise Lacroix-Ruggieri —- produit de la fusion, en 1998, de deux champions français — tire 60% de son chiffre d’affaires annuel (30 millions d’euros) des 13 et 14 juillet.

Mais si la production de matériel pyrotechnique résiste en Espagne, en Italie et au Portugal, elle s’est réduite depuis les années 2000 à la portion congrue en France. Les artificiers se fournissent en majorité en Chine, à Liuyang (centre-ouest), devenue capitale mondiale de la production. Les sociétés chinoises sont d’ailleurs présentes en force au symposium.

– Conception théâtrale –

Reste alors la créativité, d’autant que les spectacles pyrotechniques, largement assistés par l’informatique depuis vingt ans, associent désormais bandes-son, lasers, projections d’images et offrent une précision inédite.

« Les Français sont particulièrement reconnus pour la conception de grands feux d’artifice », confirme Jean-Michel Dambielle, directeur opérationnel de Lacroix-Ruggieri, qui, depuis 2008, a ouvert sept filiales à l’étranger, dont une en Chine et trois aux Emirats Arabes Unis. « Il y a au Moyen-Orient et en Asie une volonté d’augmenter l’attractivité touristique. Ce sont des marchés porteurs », constate le responsable, qui vise aussi le « frémissant » marché sud-américain.

Basée près de Toulouse, Lacroix-Ruggieri, qui emploie une cinquantaine de salariés permanents, a ainsi assuré la réalisation du gigantesque spectacle du 31 décembre 2014 à Dubaï: « Plus de 200 personnes ont travaillé, nos artificiers ont été trois mois sur zone, avec l’illumination de la tour Burj Khalifa, la tour la plus haute du monde (828 m) et 56 buildings autour », précise Jean-Michel Dambielle.

Après avoir réussi à creuser son sillon en France avec des spectacles thématiques, Planète Artifices, fondée en 1988 en Vendée, tend elle aussi à se développer à l’international: « Nos spectacles, qui s’attachent à raconter des histoires, sont un vrai atout », souligne Jacques Couturier, fondateur de la société qui compte 25 permanents et a assuré le feu d’artifice des noces du Prince Albert de Monaco en 2012. Lauréat de nombreux prix internationaux, son fils, Joseph Couturier, revendique une inspiration tirée des arts vivants. « Lorsque j’ai présenté à Liuyang un spectacle inspiré de +La Petite Sirène+ d’Andersen, avec les textes traduits en chinois, cela a beaucoup plu alors que le public local est blasé », explique le concepteur de 37 ans, qui a ensuite oeuvré à plusieurs reprises pour un gros artificier chinois.

« Les Espagnols travaillent beaucoup sur le rythme et les couleurs, les Italiens sur le crescendo, les Français proposent des choses plus théâtrales, avec une thématique tenue jusqu’au bout », confirme Martyne Gagnon, directrice de L’international des feux Loto-Québec de Montréal, un des trois plus grands festivals mondiaux avec Monaco et Macau. « C’est toujours très recherché », témoigne cette spécialiste, dont le festival a accueilli 26 spectacles français depuis 1985.

Article source: https://www.rtl.be/info/monde/economie/la-touche-francaise-brille-aussi-dans-les-feux-d-artifice-756580.aspx

90 % d’annulations : année noire pour les artificiers

Jean-Michel Dambielle

Directeur général opérationnel de Ruggieri, filiale du groupe toulousain Etienne-Lacroix.

Ce 14-Juillet, les feux d’artifice seront quasiment absents du ciel. Quel état des lieux dressez-vous pour votre groupe, leader du secteur ?

Pour resituer ce sinistre sans précédent dans notre activité, il faut rappeler quelques chiffres. Spécialiste de la pyrotechnie, le groupe Etienne-Lacroix a plusieurs branches : le transport des matières dangereuses, la défense avec, entre autres, les leurres thermiques pour l’aéronautique militaire, l’industrie de systèmes pyrotechniques comme les explosifs pour déclencher les avalanches, par exemple et, donc, Ruggieri pour les feux d’artifice. Au total, Etienne Lacroix pèse 130 à 140 M€ de CA selon les années et emploie 800 personnes. Les spectacles pyrotechniques Ruggieri représentent, eux, en moyenne, 30 M€ et 50 personnes travaillent à l’année sur notre plate-forme logistique de Haute-Garonne. L’effectif y double d’avril à juillet tandis que nous avons 200 artificiers sous contrat durant la durée des grands chantiers comme Carcassonne et Toulouse. Mais si l’on ajoute à cela notre réseau de 20 concessionnaires ayant chacun 200 artificiers aussi, ce sont plus de 4 000 personnes qui manipulent nos produits, sachant que pour les seuls 13 et 14 juillet, on a environ 4 000 feux d’artifice entre maison-mère et concessionnaires. Avec 90 % d’annulations, 2 020 sera donc une année noire pour les artificiers, 80 % de nos salariés étant en chômage partiel tandis que nous restons dans l’expectative pour nombre d’événements internationaux.

C’est-à-dire ?

Au-delà de Toulouse ou de Carcassonne et de l’Europe, l’été, nous travaillons aussi beaucoup avec les pays du Golfe et de l’Asie, d’octobre à février, le pic étant le réveillon du 31 décembre. Cette année, nous sommes ainsi en lices pour la tour Burj-Khalifa, la plus haute tour du monde, mais compte tenu de l’incertitude liée à une éventuelle deuxième vague du Covid-19, Dubaï attend pour confirmer les commandes et ils ne sont pas les seuls dans cette situation.

Pour en revenir à ces 90 % d’annulations enregistrées… Nombre de petites communes sont en dessous du seuil de 5 000 spectateurs retenu comme jauge maximale. Comment l’expliquez-vous ?

Depuis le début de cette crise du Covid, nous sommes régulièrement face à des situations paradoxales et une disparité de décisions sur le territoire national… Le maintien du feu d’artifice du 14-Juillet a Paris ou l’autorisation de plus de feux d’artifice dans l’Est et le Nord-Est de la France – zones pourtant les plus touchées par l’épidémie- qu’en Occitanie, où nous n’en aurons a priori qu’un seul en Haute-Garonne, en sont des exemples. Les mesures sanitaires liées à la pandémie et le fait que les maires aient dû prendre des décisions entre les deux tours, alors qu’ils n’étaient pas réélus, a bien sûr joué, tout comme les images de la fête de la Musique à Paris ont entraîné une cascade d’annulations. Principe de précaution : beaucoup d’élus ont annulé d’eux-mêmes sans même déposer un dossier de demande d’autorisation en préfecture. Mais de notre côté, nous avions aussi fait des propositions à nos clients pour tirer ces feux de points hauts afin de pouvoir répartir les spectateurs sur des sites permettant le respect des gestes barrière. Or même pour les petits villages, des préfets ont demandé aux maires de s’abstenir. C’est vraiment dommage, car nombre de communes voulaient « leur » feu.

Chômage partiel, CA qui risque de chuter à 3 M€… Au-delà, les savoir-faire sont-ils aussi menacés ?

C’est une vraie question. Pour conserver leur certificat d’aptitude, les artificiers ont un certain nombre de feux à tirer dans l’année. Nous sommes donc en discussion pour obtenir leur prorogation.

Article source: https://www.nrpyrenees.fr/2020/07/13/90-dannulations-annee-noire-pour-les-artificiers-8977418.php

Les festivités du 14 Juillet annulées, les artificiers ont le blues

Société Les festivités du 14 Juillet annulées, les artificiers ont le blues

PYROTECHNIE En raison de la crise du coronavirus, de nombreuses communes annulent les feux d’artifice du 14 Juillet. Un coup de bambou pour les sociétés pyrotechniques qui font la quasi-totalité de leur chiffre d’affaires en été

Publié le 12/07/20 à 08h35
— Mis à jour le 12/07/20 à 08h35

Un 14 juillet sans feu d’artifice c’est un peu comme un Noël sans sapin, ça manque de saveur. Et pourtant, c’est bien ce qui attend un certain nombre de villes en France le jour de la Fête nationale en raison de la crise du
coronavirus. Certes
Paris a annoncé ce mercredi qu’elle maintenait son spectacle pyrotechnique, mais il aura lieu sans spectateur.

S’il est symbolique, il est loin de représenter la majorité des 12.000 feux tirés chaque année en France, la plupart du temps devant moins de 5.000 personnes, la fameuse jauge maximale pour tout rassemblement jusqu’en septembre. Si des petites communes ont décidé de maintenir ce rendez-vous, la plupart l’ont annulé. C’est le cas à Toulouse où des dizaines de milliers de personnes se pressent chaque année, ou encore à la cité de Carcassonne, une référence.

Deux feux d’artifice assurés par la société pyrotechnique toulousaine Ruggieri. « Nous allons faire moins de 10 % des feux d’artifice prévus les 13 et 14 juillet, soit 4.000 à travers la France. C’est une tradition, un spectacle gratuit, qui n’aura pas lieu, sauf dans certaines communes où les terrains sont assez grands pour mettre en place les gestes barrières », explique Jean-Michel Dambielle, son directeur général opérationnel qui se retrouve avec un stock de 5 millions d’euros sur les bras.

Dès le début du confinement, il a vu les contrats dénoncés les uns après les autres pour cet été. Si le 14 juillet représente 60 à 80 % du chiffre d’affaires des sociétés selon le syndicat des fabricants d’explosifs de pyrotechnie et d’artifices (Sfepa), « près de 100 % du marché est concentré entre juin et septembre », relève Jean-Michel Dambielle.

Le ciel se pare dans certains coins de France de 1.000 feux au 15 août. Si certains ont pu espérer rebondir à ce moment-là, c’est peine perdue, les communes ayant aussi pour la plupart annulé ces festivités. Ce qui va mettre plusieurs milliers d’artificiers au chômage technique. Chez Ruggieri, habituellement, les effectifs passent d’une soixantaine à l’année à plus de cent personnes entre avril et juillet. Les concessionnaires avec qui ils travaillent sont aussi touchés.

« Nous avons 80 % de nos effectifs au chômage partiel. Nous, nous appartenons au groupe Etienne-Lacroix qui a la trésorerie pour nous soutenir. Mais il y aura beaucoup de casse », prédit le responsable. Si pour lui la santé reste la priorité, il déplore la « confusion » qu’a pu faire naître le maintien de la Fête de la musique dans certains endroits.

A défaut de pouvoir compter sur des rendez-vous importants comme l’exposition universelle de Dubaï reportée à l’an prochain, Ruggieri a mis au point un spectacle de remerciement pour les personnels soignants avec plusieurs tableaux. Un feu qui pourrait être tiré en journée. « Quelques clients sont intéressés, mais il y a encore un manque de vision sur l’avenir », déplore Jean-Michel Dambielle.

09/07/20 | VIRUS

09/07/20 | SOUTIEN

09/06/20 | ANIMATIONS

Choix de consentement
Mentions légales

SOURCE:

Abonnez-vous gratuitement et soyez le premier à liker et à partager:

Votre point de vue compte, donnez votre avis

Laisser un commentaire Annuler la réponse

Téléchargez notre application Android

Article source: https://fr.cameroonmagazine.com/actualite-internationale/les-festivites-du-14-juillet-annulees-les-artificiers-ont-le-blues/

Charente-Maritime : quel programme pour le 14-Juillet ?

La Rochelle  

Pas de feu d’artifice à La Rochelle, et dans son agglomération, ce 14-Juillet. En tout cas, pas en vrai. Car les célèbres artificiers Lacroix-Ruggieri ont concocté une soirée virtuelle, retransmise en ligne donc

Mais un karaoké géant et populaire organisé à 20 heures où Gérard Pont et son équipe des Francofolies rêvent de voir les terrasses du Vieux Port entonner dans un même élan « Un autre monde » de Téléphone. La chanson est devenue l’hymne des festivaliers durant le confinement via la constitution d’une chorale virtuelle. Cette fois, les Francos espèrent entendre une chorale géante tout autour du Vieux Port.

Après s’être ainsi chauffé la voix, les Rochelais détenteurs des précieux sésames gratuits permettant d’accéder au square Bobinec pourront assister au seul concert du festival, celui donné par les artistes du Chantier des Francos. Un concert placé sous haute surveillance sanitaire avec une jauge limitée à 1200 personnes. Mais une belle manière de se donner rendez-vous à l’été 2021.

Saintes 

 14-Juillet : pas de feu d’artifice à Saintes mais un, au Douhet, juste à côté

En raison des préconisations sanitaires toujours en vigueur, la cérémonie du 14-Juillet sera différente. Le traditionnel feu d’artifice n’aura pas lieu, mais à la nuit tombante les 13 et 14 juillet, chacun pourra découvrir l’Arc de Germanicus mis en lumière, aux couleurs du drapeau français. Un rassemblement des autorités, drapeaux et des associations d’anciens combattants aura lieu mardi 14 juillet, à 10 heures, square Foch.

 Festival de musique de Saintes : le classique capte l’air du temps et s’apprécie sur grand écran

Jonzac 

Pas de feu d’artifice ni de fête foraine cette année. Mais, dans le cadre des « Estivales de Haute-Saintonge », la place du Château s’ouvre à une séance de cinéma en plein air, gratuite, à 22h30 (à la tombée de la nuit). L’excellent film de de Gilles Lellouche, « Le Grand Bain » sera projeté sur écran géant (avec Mathieu Amalric, Guillaume Canet, Benoît Poelvoorde, Jean-Hugues Anglade, Virginie Efira, Leïla Bekhti Philippe Catherine…). En prélude à la projection, à 21 heures, concert gratuit par les 70 musiciens de l’Orchestre d’harmonie de l’École des arts, sous la direction d’Hervé Sardin.

Royan 

En Pays royannais, le 14-Juillet, on pourra se faire une toile sous les étoiles, dans le parc de la mairie de Vaux, faire une séance de stretching à La Tremblade ou de taï-chi à Saint-Georges, mais assister à un feu d’artifice semble exclu.

Si l’on se fie à l’agenda officiel des animations sur le territoire, aucune commune n’a maintenu son traditionnel feu, quand elle en propose un. C’est ordinairement le cas à Royan, notamment, où la plupart des animations susceptibles de créer un rassemblement trop conséquent ont été annulées.

On notera toutefois la tenue, toujours annoncée en tout cas, d’une soirée dansante au thème de saison, « tempête de neige », autour du kiosque de la place des Eiders, à Ronce-les-Bains (La Tremblade), à partir de 21 h 30.

Rochefort 

Cette année, à Rochefort comme dans de nombreuses villes, la fête nationale ne sera pas fêtée en grandes pompes. Pour des raisons sanitaires et de distanciation sociale, il n’y aura ni bal, ni feu d’artifice, ni défilé. Un fait rare dans une ville militaire où la cérémonie officielle a toujours fière allure.

 Ile d’Oléron : tous les soirs de l’été, des zones réservées aux piétons à La Cotinière
 

Pour honorer tout de même les porte-drapeaux, toujours fidèles, une petite cérémonie aura lieu le 13 juillet à 18 heures à l’ancienne préfecture maritime (ou maison du Roy) qui abrite aujourd’hui le commandement des écoles de gendarmerie de toute la France. 

 A Rochefort, une fête nationale en sourdine

« Ce sera rapide, il n’y aura ni ordre du jour, ni médailles, ni discours, mais nous voulions quand même marquer le coup en hissant les couleurs », explique le maire, Hervé Blanché. Cette cérémonie intime sera placée sous le commandement du général Morterol. 

En revanche, en Pays rochefortais, tout le monde n’envisage pas les festivités de la fête nationale de la même façon. En effet, à Port-des-Barques, le comité des fêtes organise un bal populaire, animé par Danet Dance, sur le front de mer à 21 heures, avec buvette, barbes à papa et pop-corn ! Comme d’habitude finalement.   

Article source: https://www.sudouest.fr/2020/07/11/charente-maritime-quel-programme-pour-le-14-juillet-7650383-1391.php

Carcassonne : un 14-Juillet privé de défilé et de feu d’artifice

Les adeptes du verre à moitié plein y verront la promesse d’un 14-Juillet sans bouchon ni chasse à la place de stationnement. Les autres liront dans cette Fête nationale 2020 une illustration de plus des ravages économiques causés par le Covid-19. Ce mardi 14 juillet devrait en effet, malheureusement, rester dans les mémoires des restaurateurs et cafetiers carcassonnais, privés par les mesures de précautions sanitaires d’un feu d’artifice et d’un embrasement de la Cité qui drainent chaque année des dizaines de milliers de visiteurs. Pas de spectacle pyrotechnique, donc, et pas de ballet des artificiers de la société Lacroix-Ruggieri, privée de son rendez-vous carcassonnais comme d’ailleurs de 90 % des feux qu’elle a l’habitude de tirer au cours de l’été.

Prise d’armes square Chénier

Pas plus de défilé militaire, non plus, quand le 14 juillet 2019 avait attiré la foule sur le Pont-Neuf. Cette année, c’est square Chénier que se rassembleront, à partir de 9 h 45, les personnalités civiles et militaires, les anciens combattants, les porte-drapeaux, ainsi que les chœurs et l’harmonie municipale. Au programme, à 10 h, une prise d’armes avec honneur au drapeau, Marseillaise, revue des troupes et remises de décoration pour une cérémonie à laquelle le public pourra assister dans le respect des règles de précautions sanitaires. À 11 h 30, c’est en revanche une cérémonie privée qui se déroulera dans le parc de la préfecture de l’Aude pour y honorer 22 « Prodiges de la République » : 22 Audoises et Audois « aux parcours inspirants et exemplaires, citoyennes et citoyens accomplis ou en devenir qui fondent l’unité de la nation et incarnent la diversité ». Des citoyens en vedette d’une cérémonie placée sous le haut patronage du Président de la République, et salués par la préfète de l’Aude Sophie Elizéon, en présence d’élus, de représentants des services de l’Etat et autres institutions.

Bal place Carnot

Pas d’embrasement, donc. Mais, Carcassonne sera cependant animée par plusieurs rendez-vous festifs ; à la Cité, d’abord, avec les déambulations de 15 h à 20 h des jongleurs et acrobates des Echansons du Carcassès, attendus sur les places Marcou, Saint-Jean, du Petit Puits, devant la Basilique Saint-Nazaire et dans les rues du monument ; en bastide, aussi, avec les neuf musiciens du  Panda’s Cover Gang, à l’œuvre dans les rues de 17 h à 19 h et 20 h 30 à 21 h 30. C’est enfin place Carnot que la « tradition » de la fête nationale sera respectée, avec l’incontournable bal musette de Guy Lacroux dès 19 h puis à 21 h 30 le concert de Topaze, groupe toulousain adepte des reprises de variété pop-rock des années 60 à nos jours.

Article source: https://www.lindependant.fr/2020/07/13/carcassonne-un-14-juillet-prive-de-defile-et-de-feu-dartifice-8977642.php