Archives par mot-clé : lacroix-ruggieri

Sainte-Foy-de-Peyrolières. 14 Juillet : approcher les secrets d’artifice Lacroix-Ruggieri

Classé «Seveso II», le site de Sainte-Foy-de-Peyrolières, cœur névralgique d’un des leaders français du marché de l’artifice, nous a ouvert ses portes, à moins d’une semaine du 14-Juillet, qui lui assure chaque année plus de la moitié de son chiffre d’affaires.

Le calme de la campagne du Savès tranche avec l’agitation fourmillante régnant à l’intérieur du site hautement gardé de l’usine principale «Lacroix-Ruggieri» de Sainte-Foy-de-Peyrolières. À une semaine pile du 14-Juillet, il n’y a plus de place à l’approximation ou aux conjectures inutiles. Débarrassés de nos portables car porteurs d’ondes pouvant générer un champ d’électricité et… allumer le feu (mais oui !), nous pénétrons dans ces bâtiments où matière grise, technicité et maintenance rivalisent de bravoure et de rapidité pour que toutes les commandes de la Fête Nationale soient honorées. Il y en aura encore 4 000 cette année, synonymes d’autant de feux d’artifice.

380 tonnes de stockage

Le site de Sainte-Foy-de-Peyrolières constitue bien le cœur névralgique de la société Lacroix-Ruggieri. Ici se conçoivent non seulement les feux, de leur genèse à leur mise en œuvre, mais également les spectacles pyrotechniques, ces shows fabuleux qui ont transformé un simple feu en un feu dit «multimedia», le cas de celui qui sera tiré à Marseille dimanche prochain, «le plus gros de l’année pour nous» concède Jean-Michel Dambielle, directeur général opérationnel chez Lacroix-Ruggieri. Il s’appuie ici sur une équipe d’une cinquantaine de personnes, dont Bernard Barès, son responsable logistique, qui évoque à juste titre «une véritable chaîne de compétence». Pas question, bien sûr, de dévoiler les secrets de fabrication des nouvelles bombes, comètes ou autres marrons d’air, celles que s’arrachent les pays du monde entier (lire ci-dessous), sans parler du fameux «monocoup», vedette incontestable des nouveaux feux tirés. Un seul envoi cliqué sur ordinateur et ce sont de multiples éclats dans le ciel !

Lorsque Jean-Pierre Costes nous emmène dans les baraques de stockage, on prend conscience de la profusion du matériel (380 tonnes), de ses potentiels dangers aussi… Outre le portable évoqué plus haut, l’environnement est primordial : chaque bâtiment est équipé contre les orages et nettoyé à ses abords de ses hautes herbes, afin d’éviter toute propagation d’incendie. Les 380 tonnes de matériels représentant entre 3500 et 4000 références de produits, sont sagement protégées… Ce n’est pas pour rien si le site logistique de Sainte-Foy est certifié «ISO 14001» depuis quatre ans, qui en fait un site «Seveso II», en cours de «Seveso III» ! Avec cette importante évolution juridique : jusqu’à présent agréés, les produits homologués Lacroix-Ruggieri sont depuis jeudi dernier «certifiés», leur rayonnement international s’en trouvant renforcé.


Marseille, Carcassonne, pas Toulouse

Des 4000 commandes annuelles de feux, plus de 70 % concernent ceux des 14 juillet et 15 août. «Notre année commence en septembre en vue de la saison estivale de l’année d’après. On monte en puissance de mars à juillet», indique Bernard Barès. Pour Lacroix-Ruggieri, qui perpétue, rappelons-le, une tradition initiée depuis 1739 – à l’époque pour distraire Louis XV et sa cour ! -, le challenge est chaque année serré, afin que tout soit préparé et acheminé à temps. Et dans six jours, le «feu de l’année» est attendu à Marseille, qui sera tiré du Vieux-Port. Un spectacle complet (ou «feu multimedia») avec artifices, musiques, jets d’eau et autres surprises, la marque de fabrique de Lacroix-Ruggieri, inventeur, rappelons-le aussi, du spectacle pyrotechnique en France au début des années soixante-dix.

Marseille, mais aussi Carcassonne (la fameuse Cité qui s’embrase et s’élève soudain dans les airs !), Biarritz, Dijon, Blois, Tours, Bordeaux, etc. mais ni Paris ni… Toulouse ! «La ville n’a pas répondu en notre faveur lors de l’appel d’offres. Bien sûr, on aurait préféré qu’il en soit différemment, mais c’est comme ça», concède Jean-Michel Dambielle. Le directeur général préfère positiver et se tourner vers l’avenir, c’est-à-dire les marchés émergents pour Lacroix-Ruggieri. Ceux-ci ne sont pas minces, notamment en Asie où «LR China», filiale chinoise de Lacroix-Ruggieri, développe une activité qui booste le chiffre d’affaires à l’export. Mais la «French Fire Works» de Dubaï rayonne tout autant au Moyen-Orient et même en Asie Centrale. Sans oublier la filiale argentine amenée à développer l’activité sur toute l’Amérique du Sud.

Une précision qui n’aura échappé à aucun inconditionnel du spectacle céleste nocturne : les feux Lacroix-Ruggieri sont parmi les plus longs au monde, 30 minutes pour un complet, plus de 10 pour un premier choix. Et un feu comme celui qui sera tiré à Marseille coûte environ 70 000 €.


repères

Le chiffre : 4 000

références de produits. C’est le stock de produits différents savamment gardés sur site, à raison de 150 créations nouvelles chaque année.

«Marseille sera cette année notre plus gros feu, un feu multimédia.»

Jean-Michel Dambielle, directeur général opérationnel

Article source: https://www.ladepeche.fr/article/2013/07/08/1667143-14-juillet-approcher-les-secrets-d-artifice-lacroix-ruggieri.html

Le feu d’artifice du 14 juillet – La tour Eiffel – tour

Tour Eiffel et feux d’artifice : une longue histoire

Le feu d’artifice du 14 juillet à la tour Eiffel est devenu une institution dès 1887, l’année où le 1er spectacle pyrotechnique, signé Ruggieri fut tiré depuis la Tour, et les années suivantes

Crédit: fonds iconographiques Ruggieri / Etienne Lacroix GROUP

 

En 1989, le 17 juin, la Mairie de Paris offrit un spectacle exceptionnel retraçant également 100 ans d’Histoire autour de la Tour. Chanteurs, danseurs, acrobates, dans une féerie de lumière et de lasers multicolores, participèrent à cette animation magique pendant une heure.

Dix ans plus tard, la nuit du 31 décembre 1999, la tour Eiffel salue l’entrée dans l’année 2000 en faisant rêver la planète avec un spectacle magique, véritable danse de feu et de lumière, retransmis par 250 chaînes de télévision du monde entier. Un spectacle signé Groupe F resté dans les mémoires ! A noter que le feu d’artifice du nouvel an se déroule traditionnellement du côté des Champs-Elysées à Paris. Celui de l’An 2000 fit donc figure d’exception !

L’année 2009 se distingue aussi pour les 120 ans de la Tour. Précédé d’un concert de Johnny Hallyday sur le Champ de Mars, ce fut un spectacle magique, de feu et pour la première fois de projections vidéo spectaculaires, enchantant le ciel parisien. La Tour s’est animée jusqu’à danser sur ses piliers, ou même tourner sur elle-même au rythme de la musique, pour le plus grand bonheur des plus de 700 000 personnes rassemblées sur le Champ de Mars.

Depuis, les artificiers rivalisent, chaque année, de créativité pour offrir au public un spectacle toujours plus magique, depuis les jardins du Trocadéro, ou depuis la Tour elle-même, tirant pleinement partie de sa structure, des piliers jusqu’au sommet.

Voir d’autres vidéos sur la page DailyMotion de Paris.fr 

Article source: https://www.toureiffel.paris/fr/actualites/evenements/le-feu-dartifice-du-14-juillet

FEUX D’ARTIFICES : La marque régionale RUGGIERI numéro 1 en France et à l’export

L’entreprise Ruggieri, spécialiste de la pyrotechnie en France et à l’export, est installée à Toulouse.

Créatrice de feux d’artifices résolument modernes et dynamiques depuis près de 300 ans, son savoir-faire historique associé aux technologies actuelles les plus innovantes, lui permet aujourd’hui de coordonner des show multimédias précurseurs faisant intervenir de la pyrotechnie mais aussi des installations aquatiques, de la lumière, des lasers, du video-mapping et des comédiens en live au service de scénographies sur mesure.

De la conception à la réalisation, Ruggieri offre une solution clés en main afin que votre événement soit unique et inoubliable.

 

Ruggieri c’est + de 6000 feux d’artifices en France chaque année, adaptés aux budgets de chacun !

 

Plus d’infos : 

Jérémy PLANA 

RESPONSABLE COMMERCIAL GRANDS EVENEMENTS – SUD

07 70 20 33 90 

jeremy.plana@etienne-lacroix.com

Article source: https://www.herault-tribune.com/articles/feux-dartifices-la-marque-regionale-ruggieri-numero-1-en-france-et-a-lexport/

Muret. Lacroix-Ruggieri: sur tous les«feux»

La nuit vient de tomber sur Sainte-Foy-de-Peyrolières et l’une après l’autre, une vingtaine de bombes d’artifices illuminent la campagne. Il ne s’agit de tester les dernières nouveautés qui agrémenteront les feux du 14 juillet. Ici, les voisins ont l’habitude de ces spectacles impromptus. Le grand centre de stockage de Lacroix-Ruggieri protège aussi un champ de tir. Lampe de poche braquée vers ses notes, David Proteau, directeur artistique, égrène les caractéristiques de chaque bombe avant de lancer le compte à rebours. Celle qui ne « s’ouvre » pas comme souhaité sera écartée des programmes. Mais la plus attendue de ces derniers essais est la « Carcassonnaise ». Avec bon nombre de ses sœurs elle sera l’une des vedettes du feu de la Cité. Spécialement conçue par les chimistes de Lacroix-Ruggieri elle répond aux nouvelles normes de sécurité qui abaissent les calibres de 200 à 150 mm. Pour conserver malgré tout l’effet, elle n’est plus ronde mais de forme cylindrique..

La Cité allumée

Autre révolution pour le plus grand feu de France : les 400 projecteurs qui éclairent les remparts, traditionnellement éteints avant le feu, seront rallumés après les 3 premières séquences. Ils le resteront pour le reste du spectacle. « Nous avons choisi la crème de la crème dans les plus belles séquences qui ont permis à Lacroix-Ruggieri de remporter des concours mondiaux » se régale par avance David Proteau.

Auparavant, dans les bureaux muretains de Joffrery, avec Jean-Michel Dambielle, directeur opérationnel, et Robert Ubéda, responsable technique ils révélaient les nouveautés du feu de Toulouse. Ainsi, un bras élévateur hissera à 50m au-dessus du pont Marengo une machinerie en forme de soleil qui permettra d’ajouter des effets aux bombes lancées depuis le toit de la médiathèque. Chaque année, 8000 feux Lacroix-Ruggieri sont tirés pour la fête nationale, soit 70 % du marché français.


A Muret, le mardi 13 juillet

Avant le 14, il y a des rendez-vous le 13, et c’est cette date que Muret a retenue. La ville apporte des nouveautés. Sur la taille d’abord : il s’agit de fêter dignement les 120 ans du premier vol de Clément Ader. Pour accueillir plus de spectateurs, on se déplacera du parc Clément Ader au complexe sportif Nelson Paillou, à l’entrée Nord de la ville. Sur la forme ensuite : plusieurs tableaux lumineux évoqueront la vie de l’inventeur de l’avion.

Article source: https://www.ladepeche.fr/article/2010/07/10/871739-muret-lacroix-ruggieri-sur-tous-les-feux.html

Toulouse. Lacroix-Ruggieri : les maîtres du 14-Juillet

Comme l’an passé, le feu d’artifice du 14-Juillet sera lancé sur la Garonne, à partir de 22 h 45. Juste après le concert de Cats on Trees à la prairie des Filtres. À la manœuvre cette année comme l’an dernier, l’artificier Lacroix-Ruggieri dont la notoriété dépasse de loin les frontières régionales. Installée à Sainte-Foy-de-Peyrolières sur un site classé «Seveso», l’entreprise stocke près de 400 tonnes de matériels, soit environ 4 000 références de produits et prépare le grand show de ce soir.

Le savoir-faire pyrotechnique de l’entreprise bicentenaire Lacroix-Ruggieri (fondée en 1739), qui a pris ses quartiers dans la petite zone industrielle classée «Seveso» de Sainte-Foy-de-Peyrolières (Haute-Garonne), sera de nouveau à l’œuvre en ce 14 juillet 2015. L’an passé, le feu d’artifice est revenu éclairer la Garonne – un souhait cher au maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole Jean-Luc Moudenc – et, pour le public, il n’y avait pas photo : environ 200 000 spectateurs pour un show haut en couleur et en musique. Celle de Claude Nougaro.

Cette année, le Septième art sera à l’honneur. La facture de l’artificier, chez qui on entre à Sainte-Foy-de-Peyrolières en déposant sa carte d’identité et en enfilant une blouse blanche, s’élève à 80 000 € pour la ville de Toulouse, mais elle est de 700 000 € pour un 14-Juillet à Paris.

Les artificiers de Lacroix-Ruggieri – la société stocke à Sainte-Foy près de 400 tonnes de matériels et 4 000 produits divers (projectiles de calibres différents, de 8 à 125 mm) – ont commencé d’installer leur PC, dimanche, sur le parvis du Port Viguerie. Les camions ont fait la navette pour acheminer les centaines de petites bombes nécessaires à tel déchaînement de lumières. Le tout, piloté par l’informatique.

Il est déjà loin le temps où la main de l’homme déclenchait manuellement l’impulsion électrique pour le détonateur. Désormais, l’informatique peut envoyer 30 ordres par seconde. Une révolution technologique de taille pour le secteur des artificiers dont l’imagination peut enfin s’exprimer.

Outre la thématique qui change, la physionomie du feu d’artifice est calquée sur celle de 2014. Un grand mur de lumières sur la Garonne, entre le Quai de Tounis et la prairie des Filtres, spectacle de 20 minutes avec une introduction et 13 séquences. L’audace ne fait pas peur aux artificiers dont la notoriété se lit à travers des shows grandioses donnés aux quatre coins du Globe (USA, Arménie, Émirats arabes unis, Paris, nombreux concerts), dont un fameux 31 décembre 2014 sur la tour Burj Khalifa à Dubaï (la plus haute du monde).

«Ce sera une orchestration très belle, avec des musiques de films, assure Jean-Michel Dambielle, directeur général de Lacroix-Ruggieri. Le site de la Garonne est beaucoup mieux pour le public. La capacité d’accueil y est plus importante que sur les allées Jean Jaurès où ceux qui étaient placés sur la place Wilson ne voyaient pas grand-chose du spectacle. Avant, on tirait sur le toit de la médiathèque Cabanis, on était entouré d’habitations, avec la voie ferrée en bas, au niveau sécuritaire ce n’était pas terrible.» Un feu d’artifice sur l’eau, il faut dire que ça a un côté magique. Entre le ciel étoilé et l’eau, l’effet miroir est garanti 100 % émotions fortes. Il ne reste plus qu’à trouver une place.


2 200 instructions de tirs en 20 minutes

Plus de 2 200 instructions de tirs, ça fait quelques milliers de produits qui seront tirés ce soir au-dessus de la Garonne. Le PC de l’artificier Lacroix-Ruggieri est basé à la prairie des Filtres, mais le chargement des 21 radeaux et des 3 barges flottantes – qui déploiera une façade de feu de 500 mètres de long à voir en 360° – se fera sur le parvis du Port Viguerie (près de l’Hôtel-Dieu).

C’est là que depuis dimanche dernier, les artificiers de Lacroix-Ruggieri, une équipe de 15 personnes, ont effectué ce qu’ils appellent le «grappage». C’est-à-dire l’attache des mèches entre elles pour assurer la synchronisation des tirs ce soir. Une opération qui précède celle du câblage, qui consiste à relayer l’ensemble du dispositif à la console numérique de mise à feu reliée à un ordinateur. Surtout, un travail de fourmis qui repose autant sur le talent artistique et la mise en scène que sur les techniques de pointe élaborées par le laboratoire de l’entreprise.

Tirs en rafales multi-orientés

«Le spectacle s’appuie sur un système original et sophistiqué, précise Roland Encoyand de chez Ruggieri. Des tirs en rafales multi-orientés, façon chapeaux chinois, et des séquences de feu parfaitement ajustées à la musique. Le plus ? La sonorisation du feu et du concert s’étendra de la Prairie jusqu’aux quais. Ce devrait être assez exceptionnel». L’informatique a certes décuplé les possibilités pour les scénaristes (lire ci-contre). «Avant, on donnait manuellement l’impulsion au détonateur électrique, explique David Prouteau, Directeur artistique à Lacroix-Ruggieri. Il a réalisé le scénario du 14-Juillet 2015 à ToulouseProuteau, directeur artistique chez Lacroix-Ruggieri. Maintenant, on peut créer un effet dynamique en lançant trente ordres informatiques par seconde. ça ouvre des chemins artistiques nouveaux et ça a changé l’état d’esprit des professionnels.» Des 4 000 commandes annuelles de feux, plus de 70 % concernent ceux des 14 juillet et 15 août. Pour Lacroix-Ruggieri, qui perpétue une tradition initiée depuis 1739 – à l’époque pour distraire Louis XV –, le challenge est chaque année serré.


Demandez le programme

À partir de 10 h 30, Défilé du 14-Juillet sur les boulevards. Pour le défilé de l’armée, de la gendarmerie et de la police nationale à Toulouse, la circulation sera interdite, aujourd’hui, jusqu’à 16 heures sur le boulevard Lazare-Carnot, du N° 26 à l’angle de la rue d’Aubuisson,

dans le sens Monument aux morts vers les allées Jean Jaurès, sur les allées Franklin Roosevelt et sur le boulevard de Strasbourg. En présence d’élus et parlementaires, le défilé débutera par une prise de commandement par le commandant des troupes chef de corps du groupement de soutien de la base de défense de Toulouse.

18 h 30. Concert inédit à la Prairie des Filtres. Jack Perry – Dj et Chorale Intergénérationnelle. Cette chorale dirigée par François Dorembus est composée de passionnés âgés de 7 à 77 ans.

20 h 45. Cats on Trees avec Ayo, Vianney et Emji. Le duo Cats on Trees concocte avec ses invités une création sur la scène de la Prairie des Filtres, dont la direction artistique est confiée à Pierre Rougean (lire ci-dessous).

22 h 45. Grand feu d’artifice sur la Garonne.


David Prouteau, directeur artistique à Lacroix-Ruggieri. Il a réalisé le scénario du 14-Juillet 2015 à Toulouse.

«Le public est là pour rêver, en prendre plein les yeux»

Parlez-nous de ce scénario pyrotechnique du 14-Juillet 2015 sur la Garonne ?

Nous avons choisi une thématique différente que ce qui a été fait précédemment à Toulouse. On a choisi de rendre hommage au cinéma dans un spectacle interactif avec le public. Entre les grands tableaux pyrotechniques, il y aura de courtes pauses de 13 secondes maximum où l’on pourra entendre des extraits audio de répliques emblématiques du cinéma. Du style «Je suis ton père» où tout le monde reconnaîtra ce célèbre passage de L’Empire contre attaque (Star Wars). Ce qu’on veut, c’est donner une autre dimension au spectacle. D’un point de vue technique, ça permet aussi de courtes pauses pour que la fumée se dégage au-dessus de la Garonne entre les différents tirs. Une respiration qui permet de passer d’un univers à l’autre.

D’autres films sont au programme ?

Oui, Matrix Reloaded, Pulp Fiction, James Bond, Pirates des Caraïbes, etc. Par exemple sur Pulp Fiction, on lancera un programme un peu déjanté, avec une musique dynamique, à l’image du film de Tarantino. Sur la base d’une pyrotechnie très rapide. On fera différemment sur 2001, Odyssée de l’espace (Stanley Kubrick). Le tout est de trouver le bon dosage entre l’humour et l’émotion. On a construit le spectacle comme un film pour que chacun y trouve sa part de rêve. Et puis 20 minutes, ça passe vite dans notre métier.

L’an passé, le thème du feu d’artifice était un spectacle sur Claude Nougaro, cette idée du cinéma vous a été imposée ?

Non, l’appel d’offres de la ville de Toulouse n’imposait rien sur le thème où la conception du spectacle. Je crois que les élus ont trouvé notre thème original pour 2015, ils ont adhéré à la recette. Mais il ne faut se méprendre sur la bonne recette. Celle des professionnels n’est pas toujours celle du public. Je me suis rendu compte, l’an dernier, en me promenant au milieu des gens sur les berges de la Garonne, que notre perception d’un spectacle est parfois très différente de celle du public. Il est là pour rêver, en prendre plein les yeux, comme les enfants. Je pense que trop de pyrotechnie tue l’émotion. Parfois, on donne une part trop importante à la pyro, alors que le public attend juste de voir la belle verte ou la belle rouge.

Article source: https://www.ladepeche.fr/article/2015/07/14/2143475-lacroix-ruggieri-les-maitres-du-14-juillet.html