Ces présidents de la République qui sont passés en Dordogne

Sur le même sujet


Présidentielle en Dordogne : comment les Périgourdins votent-ils ?

Les deux auteurs racontent avec verve la venue de ces personnalités sur plus de 300 pages, avec 460 images, de nombreux témoignages et anecdotes, sous le titre « Les Présidents en Périgord ». L’ouvrage sort en librairie à la veille de l’élection présidentielle, programmée dimanches 3 et 10 avril. Cet énorme travail de documentation s’accompagne d’une préface du président sortant Emmanuel Macron, des contributions de l’ancien président François Hollande et de Xavier Darcos, chancelier de l’Institut de France.

On dressait autrefois des arcs de triomphe pour accueillir les présidents de la République.

On dressait autrefois des arcs de triomphe pour accueillir les présidents de la République.

Des arcs de triomphe

Le premier à être venu en voyage officiel en Périgord est le maréchal Mac Mahon en 1877, à Périgueux. Un arc de triomphe avait été dressé devant les casernes et un feu d’artifice tiré en son honneur. Il est passé ensuite par Ribérac, ville de son ministre de l’Intérieur Oscar Bardi de Fourtou. Puis sont venus Sadi Carnot en 1888, qui avait de la famille à Saint-Pierre-de-Chignac, Félix Faure en 1895, avec un projet d’attentat déjoué et un arc de triomphe qui brûle accidentellement.

Le faste du passage de Félix Faure à Périgueux, en 1895.

Le faste du passage de Félix Faure à Périgueux, en 1895.

Paul Deschanel s’est rendu, en 1899, à Périgueux, Brantôme et Bourdeilles ; Doumergue, en 1904, pour inaugurer les écoles de Thiviers. Mais la visite qui a laissé le plus de souvenirs est celle de Raymond Poincaré, en 1913, avec des arcs de triomphe dressés partout, un cortège de 40 véhicules, des cartes postales souvenirs avec des haltes à Bergerac, Mussidan, Brantôme, Périgueux, Les Eyzies, Sarlat et Domme.

Une carte postale souvenir du passage de Raymond Poincaré, en 1913.

Une carte postale souvenir du passage de Raymond Poincaré, en 1913.

« La manière dont les visites officielles étaient organisées, au XIXe et au début du XXe siècle, a bien changé. Les présidents ne s’approchaient pas des gens. C’est De Gaulle qui a créé les bains de foule, parfois avec des militants. Aujourd’hui, les visites sont plus thématiques », remarque Sébastien Bouwy.

La mystique de Mitterrand

De Gaulle avait une relation particulière avec la Dordogne où il avait passé des vacances d’enfance, à Champagne-et-Fontaine. Sa première grande visite fut celle du 5 mars 1945 en hommage aux résistants, suivie d’autres en 1947, 1949 et 1951.

Sur le même sujet


Pour tout savoir des liens du général De Gaulle avec le Périgord

La dernière, les 14 et 15 avril 1961, était passée par Bergerac, Périgueux, Neuvic, etc. Georges Pompidou et Valéry Giscard d’Estaing ne sont venus qu’en visite privée pour découvrir Lascaux. Quant au président intérimaire Alain Poher (après la démission de De Gaulle et la mort de Pompidou), parfois considéré comme le 26e occupant de l’Élysée, il est allé incognito à Thiviers où il avait de la famille.

« Il [Mitterrand] venait comme en pèlerinage sur les lieux de son enfance »

Le préféré des deux auteurs reste François Mitterrand : « Il séquençait sa vie et les lieux où il revenait. Il avait une mystique en Périgord. C’était sa famille, son sang, sa terre », souffle Gautier Mornas. « Il venait comme en pèlerinage sur les lieux de son enfance », ajoute Sébastien Bouwy, à Touvent près de Saint-Aulaye, ou pour retrouver son ami Maurice Faure, à Eyliac, autour d’une omelette aux truffes.

François Mitterrand, accueilli par Yves Guéna et Roland Dumas à Périgueux, en 1984.

François Mitterrand, accueilli par Yves Guéna et Roland Dumas à Périgueux, en 1984.

François Mitterrand chez Maurice Faure, à Eyliac.

François Mitterrand chez Maurice Faure, à Eyliac.

Sur le même sujet


Présidentielle en Dordogne : regards croisés sur 10 élections

Les sommets de Chirac

Le Corrézien Jacques Chirac est souvent venu et a créé des événements, comme un sommet franco-allemand en 1996 avec Helmut Kohl, lors du Salon du livre gourmand où il a négocié des quotas de bananes. En 2001, ce fut avec Silvio Berlusconi qui offrit « des cravates immondes » à Xavier Darcos. Ce dernier a également peu apprécié la visite de Nicolas Sarkozy, venu parler de l’école en 2008 : « Il m’a fait perdre les élections (municipales) ». En 2010, pour l’anniversaire de la découverte de Lascaux, Sarkozy a fait ouvrir la grotte fermée à toute sa famille.

Le sommet Chirac - Kohl à Périgueux, en 1996, lors du Salon du livre gourmand.

Le sommet Chirac – Kohl à Périgueux, en 1996, lors du Salon du livre gourmand.

Nicolas Sarkozy a visité la grotte de Lascaux 2 en 2010.

Nicolas Sarkozy a visité la grotte de Lascaux 2 en 2010.

François Hollande, en voisin corrézien, est le plus familier de la Dordogne. Dans l’ouvrage, il l’évoque dans une interview où il parle des politiques locaux avec humour. Quant au président Emmanuel Macron, sa visite de 2018 à Périgueux a été gâchée par le déclenchement de l’affaire Benalla.

Emmanuel Macron sur le restaurant La Péniche, à Périgueux en 2018, entouré par les députés.

Emmanuel Macron sur le restaurant La Péniche, à Périgueux en 2018, entouré par les députés.

Sébastien Bouwy et Gautier Mornas, les deux auteurs.

Sébastien Bouwy et Gautier Mornas, les deux auteurs.

Dans la préface, Macron évoque Joséphine Baker et la terre des Milandes, ainsi que la Marianne postale née à Boulazac. Sans oublier le chêne truffier du Périgord planté avec le député Jean-Pierre Cubertafon dans les jardins de l’Élysée.

Article source: https://www.sudouest.fr/elections/presidentielle/ces-presidents-de-la-republique-qui-sont-passes-en-dordogne-10505079.php